Vertus militaires

Vertus militaires

le 22 novembre, 2015 dans Lecture du dimanche par

Beaucoup de gens se représentent les militaires comme des espèces de lions mal domptés, c’est-à-dire comme des êtres dont les vertus propres s’accordent mal avec la discipline. De là une certaine faveur de sentiment pour le miltaire révolté. Je ne vois point du tout les choses ainsi.

Chez l’homme énergique, l’action déblaie. Les raisons pour ou contre, qui s’étaient amassées pendant la délibération, disparaissent comme les brouillards fondent au soleil. L’homme n’a plus alors qu’une seule idée ; il ne pense plus qu’aux moyens de la réaliser dans le monde. Plus de scrupules, plus de regrets ; nul regard en arrière. Voilà l’homme énergique.

Or cet homme-là est le seul qui sache bien obéir. Obéir, c’est prendre à son compte l’idée d’un autre, oublier ses propres arguments, ses propres scupules : ne plus discuter de la fin. Et cela permet de penser aux moyens. Voilà pourquoi celui qui est le plus discipliné est aussi, et tout naturellement, celui qui montre le plus d’initiative en obéissant : car au lieu de récriminer, et de revenir sur la discussion, il regarde en avant, l’esprit tout frais, l’oeil nettoyé de tout souvenir.

Considérez, au contraire, l’homme qui n’ose pas, qui hésite, qui mêle la délibération à l’action, qui marche chargé de scrupules, qui les compte ; l’homme qui fait toujours deux gestes à la fois, dont l’un brise l’autre : celui-là ne sait point obéir.

Non qu’il résiste : résister c’est encore agir, et il ne sait pas agir. Mais à peine a-t-il commencé à obéir qu’il recommence en lui même à discuter. Ses arguments passent dans l’action ; de là un mélange du passé et de l’avenir ; des mouvements lourds ; des ruses, des marches obliques. Cette bonne volonté est comme une épée de plomb : pesante et molle. Ainsi est le bureaucrate ; et c’est ce que je remarque dans nos miltaires, le plus souvent : ils sont trop bureaucrates. »

              Alain (Propos du 14 juillet 1906)

Partager

Il n'y a pas de commentaires pour cet article, laissez-en un!

Réagissez à cet article :