OMERTA

OMERTA

le 13 janvier, 2012 dans Journal d'un vaurien par

Entre la gare et ma piaule, sous la pluie, de retour des entrailles de Paris, banlieue nord. J’ai pris le pli de marcher, à pied, pas dans ma tête, sinon tu restes sur place, à attendre que l’on te transporte, et à bon port en plus ! Faut que ça aille vite, à moindre effort, et faire la queue, cette torture, ça fait parti du marché! Piétiner, rivaliser de postures pour soulager son corps portant le poids de l’attente. Qu’est qu’on a bon dos! Dès le matin sept heure, entassé puis déporté vers son camps de travail, forcé chaque jour de recommencer, sinon c’est la chute! Regardez comme ils s’écrasent sur les trottoirs, trois millions de chômeurs, neuf millions de travailleurs pauvres, je préfère dire douze millions d’esclaves, et on coûte trop cher encore, pas assez compétitif, tu comprends? La guerre se part d’un nouveau nom, le libre échange..

Pour m’en affranchir un peu, j’arpente et je cogite, ça laisse au moins l’occasion de passer par ailleurs, de changer de chemin. Car la pensée, elle, se nourrit des détours, rencontre des tournants, ceux que l’on ne prend plus quand on est sur les rails, pour beaucoup c’est vers trente ans.

Tu montes dans le wagon et tu prends place avec ton magazine préféré. Première ou deuxième classe ?

Nécessité fait loi

j’ai appris. Bouffer, dormir, ok on sait. Mais quand faut faire sa place, c’est celui qui a le plus faim qui gagne, et qui sait s’entourer, autant dire lécher des trous de balles et des biens sales. On en fait des références, pour ensuite leur faire des révérences, tu m’étonnes qu’on a mal au dos. L’archétype de la réussite sociale, c’est l’arriviste défroqué!  Aiguise bien tes dents pour percer, fais les longues et souris sans qu’on les voit ! Apprendre à dire « oui » c’est important, en ayant l’air sincère surtout. Être un bon comédien.

Au sommet de l’échelle ce sont des tueurs nés, c’est pas la même catégorie encore…

Yohan De Doncker

Partager

Il n'y a pas de commentaires pour cet article, laissez-en un!

Réagissez à cet article :