Rêves, droits et devoirs

Rêves, droits et devoirs

le 28 février, 2013 dans Philosophie politique, Provoquer le débat par

Ce que les hommes ont nommé amitié n’est qu’une société, qu’un ménagement réciproque d’intérêts, et qu’un échange de bons offices ; ce n’est enfin qu’un commerce où l’amour-propre se propose toujours quelque chose à gagner » – La Rochefoucauld

Seuls les dominants imposent des contraintes. Ils ne réforment le monde que s’ils y trouvent leurs intérêts. Inlassablement par la force, qu’elle soit sournoise ou directe. On assomme les pauvres et on aide les riches comme dirait l’autre.

A cela les « gauchistes » par exemple, proposent des résolutions qui s’introniseraient comme par magie. Ils espèrent même pouvoir sanctionner les seuls qui aient le pouvoir effectif… de sanctionner. Ils s’imaginent ainsi pouvoir détrôner par leurs esclandres et leurs ressentiments ceux qui ont tous les droits et qui ne respectent avant tout que les leurs : nos dirigeants, nos maîtres donc, que nous autres, citoyens dans l’âme et brebis dans les actes, avons élu, nous contentant de nos devoirs. C’est comme ça, pas la peine d’aboyer ! Les droits sont toujours ceux des plus forts alors que les devoirs sont les privilèges des esclaves.

Nous nous persuadons souvent d’aimer les gens plus puissants que nous, et néanmoins c’est l’intérêt seul qui produit notre amitié. Nous ne nous donnons pas à eux pour le bien que nous leur voulons faire, mais pour celui que nous en voulons recevoir ».

Et tant que les contestataires dresseront leurs idéaux sur drapeaux noirs, rouges ou verts sans établir effectivement les lois à même d’organiser autrement le monde, les puissants dormiront tranquilles. Ces onanistes de l’idéal amalgament la potentialité et l’être des choses. Tous ces réfractaires se déroutent dans des optimismes politiques fantasmés. Ils ne savent empoigner l’ici et maintenant et ne jouissent que d’un futur incertain établi sur un présent sacrifié.

Il arrive que des choses se présentent plus achevées à notre esprit qu’il ne les pourrait faire avec beaucoup d’art ».

Pendant ce temps les banques et les bombes imposent leurs lois implacables. Que leur importe l’existence de ces faux opposants, l’alternative proposée est comme toujours inutile et spectaculaire. Inutile dans son action, spectaculaire dans sa revendication

Toute parole contestataire affichée révèle la caducité de son réalisme par la tolérance qu’un pouvoir en place peut lui accorder. Car il n’est pas dans l’intérêt d’un dominant de laisser s’exprimer une force à même de le renverser réellement ! Aucune d’entre-elles n’échappe donc aujourd’hui au formatage consumériste. Le système dominant les transforme en livre, en pub, en film, en chanson ou en reportage…et vide ainsi de sa substance tout potentiel alternatif. De sorte que la révolution est devenue un symbole dépolitisé qui semble exister pourvu qu’elle soit médiatisée. Et celui qui possède le monopole des médias détient le pouvoir sur l’imaginaire. Cet imaginaire par lequel les révoltés convoitent de nouvelles valeurs et s’égarent dans des contre-pouvoirs d’estrade, inoffensifs, pendant que les pouvoirs en place vaquent à leurs intérêts prioritaires : le maintien de leurs prédominances et de leurs privilèges.

Partager

3 Commentaries

  • lakri dit :

    Exactement :-)
    Tout squi passe à la télé est suspect.le seul vrai opposant bien gênant (peut-être le seul que je connaisse , mais au pire il doit y en avoir un ou deux de plus) , kemi sebba , à subi un sort en france qui devrait éclairer ceux qui croient encore à ce cirque.
    Vos articles (dans leur ensemble.de tout ceux que j’ai lu, il n’y en à aucun à renier) sont toujours fins et intelligents.
    J’espère que vous arriverez à ouvrir les yeux a ceux qui croient à qq parti que ce soit
    (je pense + particulièrement aux électeurs de lepen et melenchon , même si ils n’ont pas cerné l’immensité de l’imposture de notre « démocratie ».eux au moins sont dans une démarche contestataire.quand à ceux qui votent encore ps ou ump en 2012 , ce sont pour moi d causes perdues)

  • amora emma dit :

    Bonjour,

    Effectivement, certaines vitrines pseudo contestataires sont organisées par le pouvoir lui même.
    Surfons sur cette vague aussi…
    Compte tenu, du désintérêt flagrant des gens pour la politique, ses enjeux…je crois qu’il est nécessaire de surfer sur la vague des « humanistes reconnus », pour être précise, des humanistes imposés par le pouvoir.
    Amener doucement mais surement aux réalités qui font trop peur, que l’inconscient rejette.
    Cédric, vous êtes trop optimiste sur les qualités intellectuelles et morales des gens, les gens sont incultes, idiots, égoïstes, vous ne pouvez pas les attraper et les convaincre avec des révélations crûes.
    Surfons….
    amicalement :)

  • amora emma dit :

    Je tiens à ajouter :
    « des révélations crûes » qui ne servent pas directement leurs intérêts personnels, à un moment T, celui de leur propre existence.
    Faut y aller crescendo…même si ça urge.
    Le peuple même si il est pauvre ça veut pas dire qu’il soit « gentil »

Réagissez à cet article :