Qu’est ce qu’on attend, François ?

Qu’est ce qu’on attend, François ?

le 01 janvier, 2015 dans Asservissement moderne par

Merci Président pour ta prestation qui, de nouveau cette année, nous a rassurés quant à nos apathies politiques. Combien faut-il avoir de convictions vérolées pour nous affliger de tels boniments un soir de réveillon ! Cintré et saupoudré pour la circonstance, tu as su nous parler souverainement : droit dans la caméra. Nos sorciers de la propagande t’avaient parfaitement rafistolé. Comme un Berlusconi. A parier qu’il s’est trouvé quelques dindons ayant applaudi leur écran, pendant que la majorité se contentait, au mieux de l’éteindre, au pire de s’indigner. Rien de tel qu’une purge au champagne pour oublier la mascarade…

Que François Hollande persévère ainsi dans son foutage de gueule, témoigne de la bonne santé de notre diktacratie. C’est le protocole. Aussi en le laissant encore et toujours nous mystifier de la sorte, il est certain que rien ne changera en 2015. Et, il semblerait que cela nous convienne parfaitement. Combien ont préféré se doucher sous les feux d’artifice que foutre ce putain d’incendie salutaire ? Nous manque sans doute un peu d’audace, comme l’a si justement rappelé notre chef de l’Etat…

« Mais qu’est-ce, mais qu’est-ce qu’on attend pour foutre le feu, mais qu’est qu’on attend pour ne plus suivre les règles du jeu. […] La bourgeoisie peut trembler, allons à l’Elysée, brûler les vieux, et les vieilles, faut bien qu’ils paient. […] Unissons-nous pour incinérer le système. »
Ah, elle était belle la révolte, en ce temps là, hein Joey ? Ça catharsisait plein pot même. Paris sous les bombes ! La vache, c’est que ça en avait de la gueule ! Quoique… on a vu le résultat.

Qui mieux que les artistes pour envoûter la masse ? Pendant qu’ils chantent l’insurrection, on danse ! D’ailleurs, pourquoi nos dirigeants les encensent-ils autant ? Ils ont carrément un ministère pour assurer le business : celui de la cultureÇa les aide même à se faire réélire. Le principe ? Leur intérêt ? Leur but ? Leur projet ? Assurer le rouage diktacratien.
Mais pas d’inquiétude à avoir ! Il suffit de constater l’engouement pour cette nouvelle année, dans laquelle nous consentirons de nouveau, et volontiers, à notre servitude volontaire. Voilà pourquoi cela finira dans le désarroi. Désarroi déjà roi ?

Partager

1 Commentaire

Réagissez à cet article :