Prosélytisme cathodique

Prosélytisme cathodique

le 15 novembre, 2013 dans Asservissement moderne par

Quand je pense qu’il suffirait d’éteindre sa télévision pour amorcer une révolution.

En même temps pourquoi passer à l’action quand on peut se prélasser dans l’indolence neuroleptique ? Car, même un téléspectateur averti demeure, au mieux, disposé à se désinformer en se divertissant, au pire, heureux de se divertir en s’abrutissant. Il ne souhaite aucunement échapper à cette dialectique de la propagande.

Une propagande sournoise, subtile et ensorceleuse qui nous asservit d’autant plus facilement que, désormais, les chaînes sont virtuelles. Ce n’est plus par les pieds et les mains qu’elles nous lient, mais par cette télé qu’elles nous commandent. Télécommande ! Troublant d’ailleurs de désigner du même nom le mécanisme de notre aliénation et l’appareil qui, d’un clic, pourrait nous affranchir. Ce paradoxe illustre malheureusement toute l’insolente actualité de notre servitude volontaire.

Auparavant les fers immobilisaient la moindre envie de résistance, plombant ainsi toute volonté physique d’émancipation – alors réactivement légitime. Dès lors, les images inhibent et assomment notre esprit de rébellion au point de le subjuguer. Plus besoin de cage ou de cellule, l’écran nous emprisonne de par son simple éclat. Plus besoin, non plus, d’arme ou d’armée pour imposer sa loi.  Processus d’ailleurs pernicieux et viral qui s’est propagé jusqu’à nous convaincre de condamner toute violence. Alors qu’il suffirait d’un bon coup de marteau ou de casserole – mesdames ! – sur cet écran fragile pour signifier notre refus de servir ! Mais nous préférons définitivement étourdir notre cervelle dans les récréations télévisuelles. Ainsi se formate notre fausse réflexion et vraie servitude.

La variété des programmes et la démultiplication des chaînes comblent notre passive curiosité jusqu’à saturation. Un formatage tel un viol, mais sans agressivité, avec douceur et bienveillance. Donc inutile de fuir, car il ne rate jamais sa cible, tout téléviseur distrait, prêche et désinforme simultanément…nous offrant en contrepoint une fugue virtuelle.

Ainsi, aux heures de grande écoute, un nombre indécent de guignols surpayés nous sermonnent leur moraline de bourgeois ethnocentré : impossible  d’y échapper : du moindre commentaire sportif jusqu’au commérage journaleux, il n’y a pas de sortie de secours pour celui qui espère penser par lui-même. A moins, encore une fois, d’éteindre, de débrancher ou de détruire. Qui en est capable ?

Y a même des arrogants s’imaginant qu’en zappant ils actionnent leur libre arbitre. Mais le libre arbitre n’est en rien le revers de l’ennui : quelle différence entre les mensonges de Fabius et ceux de Pujadas, les provocations du FN et celles des Femensle ballon d’Evra et le ventre de Ménès, le sourire de Belkacem et celui de NKM, le déhanché d’Alizée et l’ivresse de Stromae, les seins de Nabila et ceux de Lapix, la fatuité de Caron et l’impudence du mentalistles crachats de Valls et les postillons de Mélenchon, le soleil de la météo et les nuages de Fukushima, les bouffonneries d’Hanouna et les insolences d’Haziza, la mafia marseillaise et les « rebelles » de Syrie, l’intimité de Sarko et celle de Dexter ?… Tout ça c’est la même mascarade ! Mieux qu’Hollywood ! Nous abrutissant au point que cette profusion de propagande nous offre l’illusion d’une pensée multiple qui se décline irrémédiablement dans un horizon unique – un paradis d’esclaves !

5 Commentaries

  • Boris Lesoir dit :

    Et oui la télé nous abrutit,nous assomme de conneries ,nous empub le cerveau;un vrai bourrage de crâne,histoire de ne pas faire fonctionner nos neurones.La télé, une machine faite pour penser à notre place;un genre d’opium pour les montons humains!

  • alex dit :

    Au lieu de regarder des niaiseries, lisez Diktacratie!
    Superbe article, surtout à la fin : Paradis d’esclaves (Tout est dit!).

  • Dan dit :

    Bonjour,
    vous avez oublié qu’il faut payer pour ça! Et quadruplement (la TV, l’abonnement à un fournisseur (plus personne ne se contente de la TNT! qui n’est d’ailleurs pas gratuite car il faut s’équiper)), l’électricité ET la redevance!). Bravo pour vos articles.

  • Piccolo dit :

    Ce qui est drôle, c’est que beaucoup de gens disant ça… passent leur temps sur sur internet. Ils sont fiers d’avoir remplacé un écran par un autre 🙂

  • sed dit :

    Joli réquisitoire contre la télévision, mais j’ai bien peur que vous ne soyez optimiste, surtout lorsque vous dites qu’il suffirait de l’éteindre.

    « Nous » avons pris l’habitude de nous attaquer à la télévision car son flot de bêtise est particulièrement visible, mais c’est aussi, en fait, ce qui la rend moins dangereuse qu’un autre appareil de propagande beaucoup plus puissant, car gardant une réputation de sérieux: La presse.

    Je pense pouvoir dire sans trop me tromper que plus personne ne regarde la télévision, surtout dans la jeune génération (Personne ne l’a réellement complètement éteint, nous sommes d’accord). Ce qui se passe c’est qu’il est déjà trop tard: Même si vous leur coupez la télévision maintenant, c’est trop tard, ils en ont bouffé, et le programme (virus?) est « rentré ».

    J’observe actuellement comme Rue89, site de presse internet, remplace désormais très « favorablement » la télévision dans son rôle de « perfusion » du système. Site à l’origine un tout petit peu subversif. Vraiment pas beaucoup (subversif), mais juste assez pour séduire la jeune génération qui a soupé de la télévision des années 90 et qui n’a cure de la presse de « papa et maman » (Libé, Le Monde, Le figaro), et qui s’est véritablement transformé en organe de propagande du système (Jouant à la fois le rôle de divertissement et d’information bidon et orienté). A coté de ça, vous trouverez toujours quelques intello’ pour lire Courrier International en parallèle, ce qui, il faut bien le dire, ne change pas grand chose, si non à faire croire à ces lecteurs qu’ils sont plus cultivés et mieux informés que la moyenne. Ils ne ressortent de tout ça que d’avantage persuadé d’être informés.

    C’est comme ça et grâce à ça qu’on peut maintenant croiser des individus véritablement « savants » de propagande. A tel point « informé » par la désinformation qu’ils peuvent réciter avec une incroyable fidélité la propagande ambiante en croyant véritablement être pointu sur ces sujets. Ça en est presque décourageant de tomber sur quelqu’un comme ça, puisqu’ils vous récitent, fier comme des coques, une série de sophismes en se croyant véritablement savants et en ne détectant même pas la nature sophiste (pourtant évidente) de ce qu’ils vous racontent.

    Non malheureusement, éteindre la télévision ne suffit pas. Le problème est bien complexe que ça.

Réagissez à cet article :

FERMER
CLOSE