Petit éloge de l’excès

Petit éloge de l’excès

le 03 mars, 2016 dans Lecture de vacances par

Je croirai en Dieu le jour où je le verrai danser. »    –F. Nietzsche

– On peut dire ce qu’on veut du génie humain, à force de gratifier les mâles dominants, les forts en fer, les mangeurs d’os, de laisser les vainqueurs écrire l’histoire et les marchands s’emparer du vivant avec une marge de quinze pour cent pour les actionnaires, le résultat n’est pas bien marrant.

L’idée très humaine de conquête procède pourtant d’un désir d’unifier les corps et les esprits, préfigurant la mondialisation des échanges et l’abolition des frontières, saine initiative en soi, sauf que l’Homme, partout, n’a jamais pu encadrer son voisin : invasions, pillages, viols, assujettissements divers et contre tous, guerres à la pelle, religions au marteau, impérialismes sauce barbecue, les moins nases de nos soi-disants vedettes ont tenté d’administrer les territoires conquis, les pires appliqué la politique d’Attila ou de Gengis Khan, le plasticien mongol dont l’art de l’empilage de têtes semblait constituer la Très Grande Bibliothèque. Des siècles de progrès et, alors que nous nous sommes péniblement arrachés à la station quatre pattes, aux grognements, à la superstition, à la mainmise des mâles sur les femelles, alors que nous avons ce truc totalement fantasmagorique dans les mains, à savoir l’humanité, alors que nous devrions jouir des multiples possibilités d’existence qui s’offrent à nous, Occidentaux de type caucasien de préférence masculins et plein aux as, plus le temps passe et plus nous avons l’impression d’approcher de la fin. La fin de l’humanité et, c’est le bouquet, le sentiment assez désagréable qu’on pourrait bien y assister… Pas folichon, hein.

Mourir passe encore, mais un par un, et les vieux avant les jeunes. Les rapports des spécialistes sont tous alarmants ; il suffit de songer aux cinq principaux critères définissant la survie ou l’effondrement d’une société, à savoir les dégradations infligées à son propre environnement, les changements climatiques, les conflits avec d’autres sociétés, les relations commerciales amicales et les attitudes culturelles, pour comprendre que nous en sommes à l’alerte rouge. Pour peu qu’on relève la tête de son porte-stock-options, on aurait comme l’impression d’être dans la peau de celui qui attend un bombardement, voire à la veile d’une catastrophe…

Les bombardés sont unanimes : le plus insupportable, c’est l’attente. Pas la joie on vous dit. Aussi l’éconocratie totalisante et phobocratique que nous subissons aujourd’hui mérite que nous tordions le cou au réel : les petits malins qui ont monté l’affaire partant du principe que l’Homme est un animal qui agit selon son propre et unique intérêt, je ne vois pas, moi, nous, l’intérêt de respecter les règles en cours.

C’est d’ailleurs précisément ce qui constitue l’excès. Je n’invente rien, c’est dans le dictionnaire étymologique : le mot est d’abord employé pour désigner un acte qui dépasse la mesure, un dérèglement. Je vous passe les détails mais, à la fin, l’emploi du mot au sens de « très grand », et de son adverbe au sens de « très » ou « tout à fait », et cela sans idée d’excès, est fréquent. L’excès non seulement résiste aux règles imposées par les pauvres types susnommés, mais permet aussi de nous multiplier, de nous essayer à toutes les sauces, tous les possibles, de grandir en somme. tant pis si on est excessivement mauvais. Il n’y a à perdre que des illusions, des résidences secondaires, des voitures des slips de bain. Puisque la fin violente du capitalisme actuel semble inéluctable, opposons-lui l’excès et, par mesure d’hygiène morale, nions la règle mortifère imposée par ces fameux pauvres types.

Il en va de notre salut : beaucoup mieux, de notre sens sur la bonne Terre.

Combien de gens, même des femmes pétillantes et superbes, se demandent ce qu’ils foutent ici, sous les bombes ? En attendant le déluge, on notera que tout est bien organisé, l’ennui sponsorisé, l’isolement étudié par de grandes marques de machines à décerveler et les rouages gérés par des spécialistes…

On s’enrichit sur le dos qu’on peut. Quelle élégance ! Tant de panache à ne pas vivre ferait presque ricaner : le problème, c’est qu’à flatter l’infantile reptilien, le génie humain a comme qui dirait des mouches dans les yeux. Dès lors asphyxiés par les conditions technico-spectaculaires de la dictature économique actuelle, deux solutions : ou nous bricoler OGM ou verser dans l’excès inverse. Pas l’excès pompette, avec la tête de la mamie qui tourne comme sous un coup de poppers : non, je rappelle aux indécis qu’il s’agit d’une question de vie ou de mort, qu’on penche aujourd’hui vers la seconde et ce n’est pas vos Sicav qui vont vous sortir de là.

Pour sortir du sillon , il va plutôt falloir déconner, comme disait Deleuze, faire dans l’excès Artaud Corps sans Organes, le dionysiaque jambes en l’air, de préférence tous les jours et coûte que coûte : il va en falloir de la joie au laser pour fendre leurs coeurs de pierre, des fleurs brûlantes pour crever leurs bulles spéculatives. Il n’y a de l’excès que dans l’excès et rien à espérer des gourous qui nous servent la bouillie dans la bouche…

Consommateurs passifs réduits au statut de jeune fille rêvassant de vivre son quart d’heure médiatique, adhésion silencieuse aux valeurs à deux balles, l’attitude des (a)gen(t)s économiques est un suicide collectif qui, non seulement ne dit pas son nom, mais donne celui d’un autre. la faute aux Arabes, demain aux Chinetoques. Aux coupables répondent des irresponsables, et la lame de la petite herbe n’a qu’à bien se tenir. Raison de plus pour cueillir des fleurs en fer et leur coller dans les yeux, histoire de chasser les mouches et de retrouver un peu de lucidité.

Avant d’être sacrifié sur l’autel du gros Capital (car j’ai beau ne pas croire une seconde au Grand Soir de mes aînés, tout ça n’est qu’une question de pognon), il nous reste notre libre arbitre. Libre à nous de ne pas acheter leurs saloperies, de ne pas lire, écouter, regarder leurs saloperies, de ne pas travailler pour leurs entreprises à l’idéologie fascisante, libre à nous d’aimer qui en a envie comme on a envie – en vie – et de ne tenir aucun compte de leurs désastres, des atavismes familiaux, leur business plan, pour une résilience à tous les étages. Ne pas vivre reclus en prédisant l’apocalypse dans un hédonisme de pacotille mais faire tonner le volcan qui grogne en nous… »

                                     Caryl Férey   (Petit éloge de l’excès )

6 Commentaries

  • Did dit :

    Libre à nous de ne pas acheter leurs saloperies, de ne pas lire, écouter, regarder leurs saloperies, de ne pas travailler pour leurs entreprises à l’idéologie fascisante, libre à nous d’aimer qui en a envie comme on a envie – en vie – et de ne tenir aucun compte de leurs désastres, des atavismes familiaux, leur business plan, pour une résilience à tous les étages. Ne pas vivre reclus en prédisant l’apocalypse dans un hédonisme de pacotille mais faire tonner le volcan qui grogne en nous…

    Le volcan c’est pas le feu, c’est son eau claire et pure quand il est posé, et c’est à ces moments qu’il faut vouloir et pouvoir changer les choses, pas dans le feu mais dans la clarté.

    Il faut sensibiliser nos enfants sur la réalité qui nous entoure.

  • Duke de Pouille dit :

    Banalités habituelles sur le vilain mâle dominant, superstitieux et fondamentalement haineux de son voisin, et hop! j’ai décroché dès le début. Dommage.

    • Henry Aubevoy dit :

      Votre commentaire a un an mais je viens de le recevoir.
      Peut-être faut-il aller plus loin que le vilain mâle dominant. Dominant suffit qu’il soit religieux, politique, économique,…..ce n’est pas d’aujourd’hui.
      L’histoire ne s’invente pas, elle radote!!! Personne n’a à ce jour réussit à devenir « maître » du monde???
      Nous vivons une période critique ce n’est ni la première, ni la dernière et 2015 sera sans doute parmi les plus chaotiques. Que cela vienne du soleil, des cycles qui se synchronisent ou des « dieux » hypothétiques que personne n’a jamais vu, plus féroces les uns que les autres, sortis en ligne droite de la mythologie, inventés par des hommes dominants, peut-être pas, mais certainement frustrés de la bagatelle, assumant mal(-^e) leurs complexes d’infériorités, en particulier vis à vis des femmes…. nous n’y échapperons pas, maîtres ou pas.
      N’oublions pas que nous sommes simplement en voyage sur cette planète, elle n’appartient à personne.
      Une chose est certaine: le soleil revient toujours, tout du moins jusqu’à l’extinction de l’étoile, mais c’est une autre histoire…

  • enebre dit :

    —–des « dieux » hypothétiques que personne n’a jamais vu——-
    Je trouve qu’il faut être aveugle pour ne pas voir cette réalité puissante qui gère « à sa manière » la vie et la destinée de la planète.

    Je penses que la définition de la déité n’est simplement plus en adéquation avec notre comportement intellectuel, bien que cette définition classique soit toujours chérie et reconnue par bon nombre d’individus, mais ici chez nous en occident, ça ne passe plus.

    Nous avons perdu le symbole, la symbolique, le respect du divin et la crainte qui va avec, comme perdre le bébé et l’eau du bain en voulant croire qu’un bon nettoyage nous ferait le plus grand bien, un coup de maître où plutôt devrais-je dire un coup des maîtres du monde pour mieux nous faire écraser.

    La terre à permis l’avènement de la vie et cela dans une infinité de forme et d’espèces vivante, ayant toutes des comportements d’expansion, de croissance et d’évolution, mais l’homo sapiens moderne il croit en être le sommet, le pyramidion de l’intellect et de la conscience.

    Puisque Dieu n’est plus il c’est proclamé héritier de la maîtrise de sa destinée cela au détriment des autres formes de vie, sans qu’il ai à craindre le moindre retour de bâton, il a même oser prendre le bâton des mains de Dieu pour asservir ses semblables.

    Et bien il faut vraiment espérer que Dieu ne soit qu’un mythe et que l’histoire ne dévoilera pas la vérité à notre descendance (pour ça on peut lui faire confiance, à l’histoire) car si je me mets à penser comme ayant l’hypothétique position de toute puissance régnant sur les êtres et les choses du monde, « si j’étais Dieu », je crois bien que je réserverais un chien de ma chienne pour l’espèce humaine.

    En définitive, on devraient regretter amèrement d’avoir perdu un mythe aussi patriarcale qui nous guidait sur le droit chemin et nous préservait des épines et du chaos issus du mensonge et des intrigues fomentées pour ce suprême pouvoir réservé à Dieu seul.

    Il y avait une bonne raison pour que Dieu existe, mais il a fallu, que des hommes intelligents pensent que Dieu n’avaient plus rien à voire dans leurs comptes… en banque.

    Car il apparaît que plus le monde s’émancipe de Dieu moins il gagne en liberté et plus il sert des nouveaux maîtres Ô combien plus insatiables que ce Dieu immatériel qui nous demandait pas grand chose, à peine une dizaine de commandements.

    • un inconnu qui te veux du bien dit :

      mon bon monsieur enebre votre écriture est fantastique mais les fautes sont bien trop nombreuses! C’est ennuyeux.

  • un inconnu qui te veux du bien dit :

    je suis athée Dieu merci!

Réagissez à cet article :