OSDH: quatre lettres pour quatre mensonges en quatre mots

OSDH: quatre lettres pour quatre mensonges en quatre mots

le 07 septembre, 2013 dans Asservissement moderne, Inter-national par

Il y a un peu plus d’un an, le 30 juin 2012, Diktacratie proposait cet article… passé à l’époque inaperçu. Tout était déjà là pourtant. Tout pour bien comprendre la propagande de guerre mise alors en place…

OSDH : Observatoire Syrien des Droits de l’Homme. Gros robinet par lequel s’écoule le fiel toxique de la propagande de base anti-Assad, l’OSDH est devenu, au fil des événements en Syrie, l’unique source des médias occidentaux pour compter les morts et les manifestants.

L’OSDH prétend disposer d’un solide réseau de militants en Syrie lui fournissant des informations, ensuite transmises aux canaux habituels des agences de presse, AFP, Reuters et AP, qui répercutent les « infos » sur leurs fils d’actualités, tandis que de l’autre côté du tuyau, dans les rédactions, les journalistes reprennent en chœur les bobards qui leurs sont servis par barquette de douze pour le prix de dix. Aussi simple qu’efficace !

Grâce aux couleuvres de l’OSDH, on en arrive à des bilans en vies humaines qui ne veulent rien dire, mais qui se révèlent toujours bien utiles pour tromper les esprits.

En grattant le vernis, on se trouverait presque enclin à rire un bon coup, si l’enjeu n’était pas aussi tragique. Car en vitrine et en surface, derrière cet OSDH sorti du diable Vauvert, il n’y a qu’un petit entrepreneur sunnite syrien exilé depuis une grosse dizaine d’années à Coventry, près de Birmingham.

Quand Rami Abdel Rahmane n’officie pas dans la boutique de prêt-à-porter qu’il tient habituellement avec son épouse, il alimente via ses fameux « contacts sur place » la BBC, le New York Times, CNN et consorts en chiffres et données sur la Syrie que personne n’ira vérifier. Elle est pas belle, la vie ? L’OSDH, c’est un mec au téléphone pendant sa pause déjeuner ! Un mec qui a aussi ses entrées au Foreign Office où le chef de la diplomatie britannique, William Hague, l’a déjà reçu, au vu et au su de tous.

« L’OSDH est un instrument de propagande favorable aux Frères musulmans » : la charge vient de Fabrice Balanche, spécialiste incontesté de la Syrie, où il a vécu dix ans, et qui est aujourd’hui directeur du Groupe de recherches et d’études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient (Gremmo). Notre grosse tête du CNRS le pense sans détour, l’OSDH est sous perfusion financière des médias panarabes comme Al-Arabiya et Al-Jazira.

Et quand Balanche balance, on sent le tireur d’élite, c’est le cas de le dire : « Les pertes de l’armée syrienne sont gonflées pour faire croire à la débandade, alors qu’il n’en est rien. Lors du siège par l’armée de Haffé, l’observatoire a écrit que l’ALS s’en était retirée pour protéger les civils. Or, il n’y avait déjà plus de civils. Les chrétiens avaient quitté les lieux depuis 2011, les sunnites et les alaouites avaient suivi ».

C’est à saluer, le décryptage de Balanche sur la question de l’OSDH a été sollicité par le journal La Croix, qui dans le papier d’Agnès Rotivel publié le 25 juin dernier, se donne un peu un air d’avant-garde, puisqu’à ce jour, la quasi-totalité de nos médias, en génuflexion reconnaissante à l’Empire, ont donc opté pour le roulage consenti dans la farine.

Mais la brèche ouverte par La Croix risque d’être vite colmatée par le boulanger de Coventry qui, à n’en pas douter, va continuer de polluer les esprits pour mieux les préparer à l’étape suivante, celle où l’OSDH comptera les morts hors Syrie…

4 Commentaries

  • Stella dit :

    J’hallucine, c’est un vendeur de fringues qui informe la presse mondiale sur la Syrie?? En tout cas merci pour cet article très instructif.

  • alexandre dit :

    Excellentissime article anti propagande !!! Longue vie à Diktcratie !

  • Hanshiro dit :

    Tiens, un sosie de Julien Dray faut-il y voir un message caché ?

  • bluerider dit :

    pour Hama en 1982, la DIA américaine parle de 3000 morts (dont 1000 baasistes assassinés en public par décapitation sur la place centrale du village pendant 15 jours par des Frères Musulmans) et Nora Benkorich parle de 30 000, pour Le Monde. Robert Fisk parle de moins de 20 000. Les médias occidentaux ou pro-occidentaux n’ont aucune retenue. Et ils oublient aujourd’hui ce qui s’est passé avant la répression. Alors l’OSDH…..

Réagissez à cet article :

FERMER
CLOSE