Par delà le bien et le Mali

Par delà le bien et le Mali

le 25 octobre, 2012 dans Conflit malien, International / Alternational par

Comme son nom l’indique, l’illusionnisme est un art du spectacle qui consiste à créer des illusions, en détournant l’attention des spectateurs. Un sens de l’escamotage très bien assimilé par les magiciens de l’Empire qui ont toujours une colombe à tirer de leur chapeau pour, c’est le cas de le dire, nous pigeonner. Et quand il s’agit de jouer le Mali au bonneteau, à la fin tout le monde est sûr de perdre, sauf l’Empire, évidemment. Abracadabra !

La toute récente réintégration du Mali dans l’Union africaine fait partie de ces écrans de fumée qui ne veulent rien dire, sinon que les vraies décisions se prennent ailleurs. De même, la ribambelle d’experts européens auto-proclamés actuellement réunie à Bamako pour évaluer une remise à niveau de l’armée malienne, ne produit que de lourdes notes de frais dans les palaces de la capitale. Il va en falloir du cirage pour discuter avec le président du comité de réforme de l’armée, l’ineffable capitaine Sanogo.

Mais, au petit matin à peine blanchi du lundi 22 octobre, quand les états-majors se sont assis autour de la même table à Paris, au Cercle national des armées, métro St Augustin ligne 9, l’ambiance était autrement différente ! Autour des représentants de l‘Union africaine, de la Cédéao, de l‘Union européenne et des Nations unies, il y avait aussi Johnny Carson, haut responsable pour l’Afrique au département d’Etat à Washington, ainsi que le général Charles Hooper, en charge de la planification stratégique au sein du commandement du Pentagone pour l’Afrique.

La réunion qui s’est tenue le lendemain, au Centre de planification et de conduite des opérations, le CPCO, centre nerveux parisien de l’état-major des armées, à laquelle participait notre joyeuse délégation étasunienne, ne devait pas non plus manquer de piquant. D’autres militaires américains sont attendus ces jours-ci dans la capitale française, pour d’autres entrevues fabuleuses où se décide l’avenir du monde.

Côté esbroufe et pour alimenter la version officielle, il s’agit de discussions sur la sécurité au Sahel. Dans la coulisse, on en est plutôt à compter les drones. Et comme il se doit, les magiciens ne font jamais deux fois de suite le même tour, ce qui après la Libye et la Syrie, promet un beau spectacle au Mali.

Partager

Il n'y a pas de commentaires pour cet article, laissez-en un!

Réagissez à cet article :