Non-assistance à personne en danger

Non-assistance à personne en danger

le 23 septembre, 2015 dans Provoquer le débat par

Aujourd’hui l’information est partout. Télé, journaux, smart-phones, difficile de ne pas être au courant quand on est branché ou qu’on fait partie du réseau. Mais au courant de quoi ?
Marchands d’armes, banques, multinationales ou philanthropes millionnaires se partagent la plupart des médias. Qui pour croire que leurs intérêts se conjuguent avec la quête de vérité d’un journalisme probe ? Comme on dit : « celui qui paie les musiciens choisit la musique ». Aussi, leur matraquage est tel que leur propagande finit par faire autorité. Formater et divertir l’opinion, voilà la mission de nos dealers d’infos ! Ici Poutine est un dictateur, Netanyahu un chic type ; là Onfray a rallié le FN et BHL le jardin d’Eden. Ailleurs, on vante la mansuétude de Merkel et assure que l’Europe est un paradis ; on promeut la guerre au nom de la paix ; on certifie que les impôts ont baissé et garantit qu’un meilleur pouvoir d’achat engendrerait du bonheur social ; on se félicite que l’argent du Qatar amende le destin de nos champions et celui du commerce de nos armes ; on jure que Usain Bolt n’est pas dopé ni Florent Manaudou ; on grogne quand il pleut sur le littoral et on se réjouit du soleil marseillais. Bref, tout est pour le mieux dans leur meilleur des mondes.

Mais, attardons nous un instant sur le pilonnage actuel de nos médias relatif à l’exode des migrants.
En effet, depuis quinze jours, la grande presse joue à celle qui s’émeut du sort des réfugiés syriens et d’ailleurs. Photos opportunes à l’appui, les commentateurs de tout bord s’indignent des conséquences d’une guerre dont ils légitimaient les causes il y a encore peu. Souvenez-vous quand ils nous brossaient ces portraits héroïques de « rebelles » combattant pour libérer la Syrie de son infâme président ! Ces faux rebelles mais vrais mercenaires, indirectement armés et financés par l’Occident, sont devenus comme par magie les méchants djihadistes de Daesh et du Front al-Nosra !

Désormais, à force de bouffer de la merde l’empêchant de réfléchir, la mémoire du consommateur d’infos semble comme rouillée. C’est d’ailleurs pour cela qu’on la réinitialise sans cesse en l’invitant à s’émouvoir ou s’indigner. Notre cerveau reptilien se rassasie ainsi en zappant entre vidéos stimulantes et tweets simplistes. Autrement dit : il s’excite d’images et de formules binaires n’ayant besoin d’aucune germination. Sinon quelques pubs pour lui rappeler où se situe l’essentiel de ses préoccupations – ou comment réactiver rapidement les oriflammes de sa libido quand son néocortex semble retrouver ses capacités d’analyse, de compréhension et d’émancipation. Mais ne nous égarons pas.

Intéressons-nous plutôt à la photo de ce gosse mort sur la plage. Oui, celle qui nous a tous affectés !… Heureusement que les vacances venaient de finir ! Imaginez le même mioche, le corps croupissant au dénouement des vagues, à quelques mètres des estivants ! Là, pas de gloire posthume, aucune chance d’être célébré comme il l’a été, en cette rentrée morose ! On aurait sans doute évoqué un requin égaré… Faudrait pas gâcher la fin des congés de nos chers chroniqueurs-censeurs ! Faudrait surtout pas qu’ils ratent leur retour sous les projecteurs !  Chialer en prime time la belle affaire ! Parce que tout le monde a chialé, c’en était même devenu comme un passe-droit pour se retrouver à l’écran ! Un spectacle à part entière. Des pleurs d’artifice ! Peut-être pour montrer que la France, l’Europe même, a un coeur gros comme l’univers. Enfin, montrer… plutôt aliéner le spectateur quand il est en défaut de raison. Car pour ce qui est de faire des associations d’idées, là y a plus personne. Regardez, par exemple, cet été, aux abords de Paris plages, sous certains ponts, on pouvait croiser des clochards avinés, aux relents de mort-vivants, échoués dans leur merde. Sans doute que les photographes étaient alors sur les transats de Tel-Aviv sur Seine ; quant aux riverains, ils s’y sont habitués depuis bien longtemps. C’est comme ça Paris : les bourgeois fanfaronnent pendant que la misère s’y néglige. Faut dire que ces gueux sont souvent des réfugiés ou résistants de rien et de nulle part, seulement des vaincus de l’existence survivant dans l’indignité la plus morbide. Ca ne serait pas très honorifique pour le pays des droits de l’homme de montrer cette face obscure : des dissonances dans la Marseillaise que personne ne veut entendre et qui anéantirait tout le prestige de notre nation, celle incarnant la liberté, l’égalité et la fraternité. De là à rappeler crânement que nos responsables politiques sont tous complices et donc coupables de non-assistance à personne en danger envers tous ces désœuvrés et nécessiteux survivant dans nos caniveaux, il ne nous manquerait qu’un audacieux avocat.
En même temps, qui sommes-nous pour dénoncer ces désinvoltures criminelles que nous pratiquons tout autant ? Qui ose vraiment gueuler à l’heure où les loups abusent de leur domination ? Y-a-t-il eu la moindre manifestation pour dénoncer BHL lorsqu’il somma d’exécuter Kadhafi ? Qui pour inculper Fabius lorsqu’il déclara que Bachar el Assad ne méritait pas d’être sur cette terre ? Personne.
Ah oui la France doit montrer qu’elle a du coeur et veut soulager sa mauvaise conscience ! Alors, elle se doit d’accueillir tous les réfugiés de ces conflits qu’elle a en partie fomentés ou soutenus – et ce pour satisfaire des intérêts ne concernant qu’une poignée de nantis. Alors, ces migrants, vont-ils pouvoir venir s’abriter chez vous, dans la fameuse chambre d’amis ?… Ben non, forcément. L’indignation est heureusement sans conséquence dans le réel, non performative. Tous ces bannis vont donc d’abord être parqués dans des logements décents, mais provisoires. Faut faire de belles vidéos pour la télé ! Puis quand la mode à l’accueil des réfugiés sera passée et oubliée, ils iront dans des taudis puis travailleront comme ils pourront, c’est à dire en faisant les larbins de vos seigneuries : construire vos maisons, nettoyer vos chiottes, servir votre bouffe et garder vos gosses ! Un cercle vicieux dont se targuent déjà le Medef et le Macron.

Partager

2 Commentaries

  • Tchesare Bordjia dit :

    J’adore !!! :

     » Alors, ces migrants, vont-ils pouvoir venir s’abriter chez vous, dans la fameuse chambre d’amis ?… Ben non, forcément. L’indignation est heureusement sans conséquence dans le réel, non performative. Tous ces bannis vont donc d’abord être parqués dans des logements décents, mais provisoires. Faut faire de belles vidéos pour la télé ! Puis quand la mode à l’accueil des réfugiés sera passée et oubliée, ils iront dans des taudis puis travailleront comme ils pourront, c’est à dire en faisant les larbins de vos seigneuries : construire vos maisons, nettoyer vos chiottes, servir votre bouffe et garder vos gosses ! Un cercle vicieux dont se targuent déjà le Medef et le Macron. »

  • Geygey dit :

    Excellent article, j’approuve!
    Bravo!

Réagissez à cet article :