Noël, un mythe crucifié

Noël, un mythe crucifié

le 25 décembre, 2015 dans Lecture de vacances par

Ce vieux mythe de Noël nous conte, par images, une grande chose. Plus souvent qu’on ne croit, tous les jours peut-être, quelque fils de l’Esprit vient au monde entre le bœuf et l’âne. Sa mère, toute simple, et son père, un peu rustre, adorent ce petit roi qu’ils ont fait. Rien n’est plus divin, sur la terre, qu’un fils des siècles qui naît jeune, sans une ride sur le front, sans un nuage dans les yeux. S’il grandit entre le bœuf et l’âne, sans se mentir à lui-même, voilà l’ouvrier de justice. Voyez-le marcher sur la terre ; les choses et les hommes s’ordonnent selon leurs vrais rapports dans ses yeux, miroirs du monde.

Il n’a pas quinze ans et déjà il étonne les docteurs, et il les effraye. Un mot de lui va plus loin que leurs livres. Cela vient de ce qu’il regarde les choses, tandis qu’eux ne regardent que des livres. Aussi déjà ils complotent entre eux, afin de tuer ce mauvais esprit-là. Mais en attendant, il faut bien qu’ils cèdent devant cette force juvénile, qui pense avant de parler ; car le peuple écoute ; le peuple reconnaît son fils et son roi, et lui fait des triomphes. Comme la lumières dissipe les ténèbres, ainsi le Vrai prend la place du Faux, sans lutte par sa seule présence. Les liens d’injustice se relâchent, car ce n’est qu’un nœud d’escamoteur, qui lie le travail des uns à la puissance des autres ; il s’agit seulement de voir, au lieu de craindre et d’espérer ; il faut dénouer, non secouer ; les esclaves étirent déjà leurs membres, sur leur pauvre lit ; les aveugles voient, les sourds entendent, le paralytique va marcher.

Ici l’histoire devient tout à fait obscure. On sait que le paralytique n’a pas marché, mais pourquoi ? On raconte qu’ils ont crucifié le Fils de l’Esprit. Mais non. Je l’ai reconnu hier ; il avait le front soucieux, les yeux glacés par l’âge ; l’orgueil, l’ambition, l’avarice l’avaient tracé des plis amers autour de ses lèvres. Il avait le manteau royal, et la couronne, et le sceptre. Les pauvres gens croyaient encore en lui ; mais lui ne croyait plus en lui-même. Quel sophiste l’avait enfin pris au piège ; quelle fausse sagesse était entrée en lui ; quelle lettre avait tué cet esprit ; quel diable l’avait emporté ; sur quelle montagne ; quels royaumes il lui avait offerts ; quel amour terrestre avait corrompu cet amour céleste ; quelle faiblesse de cœur avait obscurci cette vive intelligence ; quelle erreur l’a conduit de faute en faute jusqu’à ce qu’il désespérât de lui-même et enfin s’oubliât lui-même ; c’est ce qui n’est pas facile à savoir ; les gens simples ne cherchent pas si loin ; ils disent que l’Enfant-Dieu est mort à trente-trois ans. »

     Alain (Les propos d’un normand n°1019, 26 décembre 1908)

Partager

4 Commentaries

  • Alexein dit :

    Heureusement qu’Il est mort pour revivre et remonter vers son Père avec la victoire qu’il avait conquise !!!!
    Il y a eu dans le ciel un grand silence, l’assemblée devant le trône de Dieu se prosterna. Puis le fils a échangé avec le Père un regard complice. Puis un sourire. « Je l’ai fait, Père. Tout est accompli ». Les rituels et les règles, sensés servir de solution d’appoint, n’ont plus lieux d’être. Tout est accompli. L’ombre ne sert à rien quand le vrai apparait.
    Alors les cris de triomphe se sont fait entendre. Le Père et le fils rient. La musique, les trompettes, des voix. Des myriades d’anges chantent à la gloire de l’agneau immolé et ressuscité. Lui seul est digne !!!! (Apocalypse 5)
    « Tu es digne de prendre le livre et d’en ouvrir les sceaux, car tu as été immolé et tu a racheté pour Dieu, au prix de ton sang, des hommes de toute race, langue, peuple et nation; tu as fait d’eux pour notre Dieu un royaume de sacrificateur régnant sur la terre. » Israel devait être une lumière, un flambeau pour toutes les nations de la terre. L’amour de Dieu ne s’arrête pas à Israel. Mais en l’englobant, il va vers tous les peuples de la terre.
    Une promesse a été faite à Abraham. Israel n’était qu’une étape.  » Toutes les familles de la terre seront bénies en Toi » (Genèse 12:3 ; Galates 3:8).
    Noël n’est pas la date de naissance de Jésus. Mais nous pouvons quand même honorer celui qui as reçu un nom qui est au-dessus de tout nom. (Philippiens 2:5-11) Il as été crucifié oui (et merci Jésus pour ton obéissance), mais IL EST VIVANT au siècles des siècles !!! Amen !
    Bonne fêtes à tous.

    • gaelle dit :

      Rien n’a été acompli puisque Jésus n’est pas venu abolir mais accomplir, il est venu renforcé la loi de Moïse;et qu’en reste t’il , un grand champs de tromperie. Vous ne pratiquez pas la circoncision alors que lui même était circoncis, vous ne pratiquez pas le sabbat alors que lui même le faisait, vous mangez du porc alors qu’il est venu confirmer que cea était interdit. Mensonge, mensonge que des mensonges avec esquels vous vous gargarisez depuis deux mille ans. Vous l’avez fait fils de Dieu alors que lui même se dit « fils de l’homme », et ou est l’Evangie selon Jésus. Quand i reviendra puisqu’il doir revenir pour détruire le porc et a croix, votre échéance viendra et vous ne pourrez pus mentir devant lui, « si vous êtes véridiques souhaitez donc la mort, mais assurément vous ne a souhaiterez pas » car tout ceci n’est que fasification. Que Dieu vous guide.

  • Roland dit :

    ces soldats en armures c’est fou comme ils ressemblent aux « robots-cops » que sont devenus nos ex « gardiens de la paix », vous trouvez pas ? …..

  • Chronos.Tr.Th dit :

    Bonjour. Tout ceci est très intéressant. Bravo pour la conception est la réalisation… Néanmoins, Il me semble que vous faites au moins deux erreurs.(Voir plus…).1. Vous mettez l’homme au centre d’un tout, Il n’y a pas  » un centre « , et il n’y a pas  » un tout « .Vous faites référence à la science… Soit. Donc vous savez que l’espace est pluridimensionnel.Votre référence à la kabbale m’interpelle.Aleph n’existe qu’au travers de Beith. Le concept Monothéiste et de fait une absurdité. 2.Vous savez pertinemment que la crucifixion du personnage, Jésus, relève de l’anthropomorphisme, et que cette mise en scène est une pure invention. Sa définition est tout autre.!Concernant Jésus, se fils de YHWH,il n’ est pas  » un « , mais la quintessence de ce que devrait être l’ homme parfait, par lui et pour lui même. L’anthropomorphisme dans ce cas se réfère à anthropothéisme, et vous savez, en tant que Kabbaliste; si vous l’êtes, que les personnages de la Genèse le sont.Comme beaucoup, vous epprouvez toutes les difficulté a séparé l’héritage hébraïque et ce concept sado – masochiste qu’ on appel le Judaisme. Bonne continuation. Vous êtes pour moi un sujet d’études très intéressant.Votre obligé. Tr. Th.(Lestaths)

Réagissez à cet article :