Marianne se soûle ! Populo s’amuse ! La Bastille de l’autorité

Marianne se soûle ! Populo s’amuse ! La Bastille de l’autorité

le 13 juillet, 2014 dans Lecture du dimanche par

14 juillet ! Les fenêtres se bariolent de bleu, de blanc, de rouge, de jaune. La Marseillaise se beugle par les rues.
14 juillet ! Les marchands de vin sont en joie : pas de pain à la maison, les derniers sous se jettent sur le zinc.
14 juillet ! Les chauvins et le badauds « gais et contents » vont acclamer les petits soldats ; le tableau truqué de la grande armée nationale.
14 juillet ! L’épicier du coin, le notaire véreux, l’exploiteur adroit, l’assassin légal vont recevoir la juste récompense de leur dévouement à la république.
14 juillet ! De longs et filandreux discours promettront beaucoup : promesses fallacieuses qui s’en iront loin au vent avec la dernière pétarde du dernier feu d’artifice.
14 juillet ! « Le peuple, il en a d’la réjouissance. »
Quel anniversaire fêtes-tu donc ? Quel souvenir glorieux te fait-il recouvrir de ce décor mensonger ta vie habituelle de labeur et de misère ?
14 juillet ! La Bastille est rasée ; une ère de liberté est ouverte.
Ah ! tu veux rire, bon Populo, la Bastille est rase : que sont donc autour de nous ces bâtisses mornes, aux murs élevés, aux fenêtres grillées. Sont-ce des séjours paradisiaques ?
La vieille Bastille est rasée…soit.
La Santé et Saint-Lazare, les centrales et les bagnes, Nouméa et la Guyane, Biribi et Aniane… la Bastille est ressuscitée. Les casernes et les usines, l’atelier et le Gros Numéro, le couvent et le collège… la Bastille est ressuscitée.
Ah ! tu veux rire, bon populo, une ère de liberté est ouverte. Dis-moi donc quel jour, quelle heure tu es libre…Libre, entends-tu ?
Du berceau à la bière, tu passes par l’école, l’atelier, la caserne et encore l’atelier ; tu te maries, tu te syndiques, tu meurs selon des formules, éternel jouet de l’autorité sous toutes ses formes : père, prêtre, patron, gouvernant, galonnard. Est-ce cela ta liberté ?
La Bastille n’est pas rasée. La liberté est encore à venir.
Ta fête est un leurre.
Ton 14 juillet est une mascarade
.
Crois-moi, bon Populo, la Bastille à renverser ne tombe pas sous les coups tangibles de ta force brutale. Tu pourras détruire successivement des centaines de bastilles, accrocher à la lanterne des milliers d’aristocrates, raccourcir des dizaines de Capet, la Bastille sera debout, l’ère de la liberté sera à venir.
L’ennemi le plus âpre à combattre est en toi, il est ancré en ton cerveau. Il est un, mais il a divers masques : il est le préjugé Dieu, le préjugé Patrie, le préjugé Famille, le préjugé Propriété. Il s’appel Autorité, la sainte bastille Autorité, devant laquelle se plient tous les corps et tous les cerveaux.
Peuple, tant que le monstre existe, il ne saurait y avoir ni repos ni fête.
Chaque jour de perdu est un jour de recul.
En lutte, peuple, pour plus de bonheur, pour plus de beauté.
Mais, sache-le bien, la lutte n’est pas contre telle ou telle bastille, contre tel ou tel maître, elle est contre « la » Bastille sous toutes ses formes, contre « le » maître, sous toutes ses faces.
Pour tuer le poulpe, il faut frapper à la tête, car les membres renaissent. Pour détruire la Bastille, il faut démolir l’autorité, base fondamentale, car les murs se rebâtissent.
Et le jour où le monstre sera abattu, si tu en as le désir encore, tu pourras fêter le 14 juillet ; la Bastille sera rasée, la terre enfin libérée verra des hommes libres.
Or donc, sus à l’autorité ! »

 Albert Libertad (12 juillet 1906) ( Le culte de la charogne)

Partager

2 Commentaries

  • Roland dit :

    on voit que c’est un texte de 19à6 ! en 1960 les gens mettaient encore des drapeaux bleu-blanc-rouge à leurs fenêtres pour le 14 Juillet, mais maintenant on n’en voit plus un seul !

  • Sébastien dit :

    Joli texte, mais naïf hélas comme tout discours anarchiste. D’ailleurs dans les faits, on voit le résultat. Il faut en tirer les conséquences à partir d’un moment. La liberté est un but, une chimère. Pas plus.

Réagissez à cet article :