Mariage pour personne !

Mariage pour personne !

le 04 octobre, 2014 dans Provoquer le débat par

Une semaine après le Grand salon du mariage de Paris et, la veille d’une nouvelle Manif pour tous, Diktacratie.com tient à rappeler sa position quelque peu singulière sur le sujet. Le débat est donc rouvert…

 

 

Le mariage pour tous ? Une belle connerie ! Une de plus qui institue le malheur des hommes en postulant son bonheur.

Un mariage c’est quoi ? C’est une union contractée par deux êtres. Et le problème ne concerne pas tant le genre des parties souscrivant à cette union que le contrat même. Que nous importe qu’il s’agisse de deux hommes ou deux femmes, d’un juif avec un musulman, d’un soninké avec un catalan, s’ils consentent mutuellement à s’accoupler c’est avant tout leurs affaires et pas celle de la société ou de la communauté. Tout adulte fait, avec qui il veut, ce qu’il veut de son cul…

Le contrat donc. Cet accord qui instaure une obligation entre deux parties ne fonctionnera que s’il repose sur un socle de composition rationnelle. Ainsi l’on s’accorde pour travailler ensemble, pour gouverner ou être gouverné. Du simple contrat d’embauche au contrat social conceptualisé par Hobbes ou Rousseau, les données sur lesquelles les différentes parties contractent sont intelligibles, c’est à dire qu’elles sont compréhensibles de manière analogue quelque soit leur nature.

D’ailleurs, toute véritable démocratie devrait se fonder sur ce genre d’engagement, mais, évidemment, de manière plus égalitaire et collective. Cette convention offrirait alors plus de garanties de justice et d’équité que celles confisquées par nos minorités gouvernantes via le suffrage universel, sombrant irrémédiablement dans la trahison et la corruption.

Mais revenons à notre sujet initial : le mariage. Peu de facteurs rationnels interviennent originairement dans la constitution d’un couple. En effet, rarement la froide réflexion y motive nos choix ; les flammes de nos désirs s’embrasent volontiers par delà toute raison…
Certes, pour régulariser les humeurs lunatiques de nos pulsions libidinales, pour garantir les droits juridiques, administratifs et économique de chacun des amants, pour assurer un cadre stable aux enfants du ménage, alors oui le mariage apporte des avantages pratiques et certains. Mais il n’incarne en rien ce qu’il prétend être : un pacte d’amour. Il est donc aussi fragile que superficielle, et son prestige a d’autant plus de valeur que sa récusation – le divorce – a de légitimité.

L’essence de l’amour ne s’affirme jamais par l’existence du mariage. Ce dernier n’est qu’une coalition d’intérêts, il dénature l’amour jusqu’à pouvoir l’ordonner, le soumettre, le cloisonner et le légiférer. Ainsi, ce n’est plus l’amour qui motive le mariage, mais le mariage qui atteste de l’amour. Et les mariés s’imaginent un bonheur défini par le regard que porte alors la société sur leur union formalisée.

Partager

15 Commentaries

  • Patrick dit :

    Je partage cette vision du mariage, alors merci pour ce billet.

  • Chiron dit :

    Bonjour !

    Vers une interdiction de la circoncision, ce serait une évolution…

    Cet acte est contre nature

    Une femme juive contre la circoncision
    Chargement en cours…
    1 506

    Ajoutée par DroitAuCorps le 28 janv. 2011

    Laurie Evans manifeste à Washington DC lors de la « Genital Integrity Awareness Week » (Semaine de sensibilisation à l’intégrité génitale).
    Elle nous fait partager son expérience de la circoncision.

    Visitez notre blog pour plus d’informations : http://droitaucorps.blogspot.com/

    Lien de la video : http://www.youtube.com/watch?v=uwBatEF-83c

    Voir ici un lien complet sur le sujet « attention âmes sensibles…

    http://fr.sott.net/article/4079-Traumatisme-de-la-circoncision

    Ceci serait une évolution…

  • Bilou dit :

    N’importe quoi sauf le premier paragraphe. L’union devant dieu entre un homme et une femme est apparue en même temps que la création de l’homme et justement c’est cette union sacrée qui fonde la famille et permet de cadrer les hommes car sans règles c’est l’anarchie et le chaos.
    Quand à Chiron tu es hors sujet.

    • Donc Bilou tu es aussi d’accord avec l’avant dernier paragraphe du texte !
      Sinon pour le reste tu amalgames union et amour et c’est ainsi que tu valides le travestissement du mariage. Chacun ses prisons !

      Le texte tente d’expliquer en quoi le mariage n’est pas la chose la mieux adaptée à l’amour, voilà tout !

    • PLV dit :

      Je rappelle que 1 couple sur 2 n’est pas marié, qu’un enfant sur 2 naît hors mariage, et 50% des mariages finissent en divorce. Alors, dire que le mariage, c’est l’union sacrée qui fonde la famille, relève du fantasme d’une époque révolue.

  • Jo dit :

    Euh @bilou, le mariage suivant st machin est apparu bien après l’homme. Que je veuille savoir les hommes n’ont pas attendu Jésus christ pour s’enculer. Par contre, il me semble que pour désamorcer cette bombe de notre gentil parti sociétal-libéral, il m’apparaît plus juste de recentrer le débat suivant le terme « union civile », le mot « mariage » suggérant plutôt le postulat religieux.

  • bob dit :

    En France nous sommes un état laïc, il y a séparation de l’église et de l’état. Le mariage est une institution venue du fond des âges sur le plan religieux et il hors de question pour l’église, que soit revendiqué le droit au mariage religieux pour les personnes de même sexe, soit, c’est dans la logique de cette institution. Mais sur le plan civil, c’est une autre histoire, et affirmer que le mariage se doit d’être hétérosexuel, parce qu’il en est ainsi actuellement, est une escroquerie intellectuelle pure et simple, surtout qu’à notre époque, un mariage sur trois finit par un divorce, et même un sur deux à Paris !

    voir:
    http://2ccr.unblog.fr/2012/10/30/le-mariage-pour-tous-et-toutes/

  • Kanary dit :

    la définition première, et non moderne du mariage est « l’union sacrée d’un homme est d’une femme » ce terme désignait donc une union d’ordre religieuse, avant de devenir une union administrative, selon moi c’est beaucoup de bruit pour rien, les religieux contre le mariage homosexuel en avait rien à foutre du pacs ce qui montre bien que ce n’est pas de l’homophobie, mais une gène qu’un terme qui est leur soit changé dans le sens, le mariage a un sens dans leurs écris par exemple, est il nécessaire d’adapter le sens du mot à notre temps quitte à ce qu’ils aient leurs textes à reformuler? Le simple fait d’utiliser un autre terme aurait évité de faire autant de bruit, mais pendant qu’on écoute le bruit on nous fait les poches…

    « Mais revenons à notre sujet initial : le mariage ! Aucun facteur rationnel ne peut intervenir dans la constitution civile ou religieuse d’un couple. En effet, dans un premier temps, ce n’est jamais la raison qui motive notre choix. Notre libido a une part déterminante, qui peut le nier ? L’amour exulte d’un feu passionnel et non d’une décision réfléchie. Certes, pour régulariser les humeurs lunatiques de nos pulsions amoureuses, pour garantir les droits juridiques, administratifs et économique de chacun des amants, pour assurer un cadre stable aux enfants du ménage, alors oui le mariage apporte des avantages pratiques et certains. Mais il n’incarne en rien ce qu’il prétend être : un pacte d’amour. »
    Tout dépend pour qui, la description que tu fais du mariage est purement rationnelle est administrative,ce qui est à l’opposé du concept premier…
    Se mettre face à Dieu (pour un des croyant puisque le mariage est religieux au départ)et face à tous pour affirmer que son amour et si fort que l’on est confiant quant à l’avenir, et que l’amour que l’on éprouve aujourd’hui est la preuves que les épreuves vaudront la peine d’être surmontées, car le mariage c’est être sûr de son amour, suffisamment pour l’exposer à tous et décider que cet amour sera au centre de la construction d’un avenir commun, ces choses là ne sont pas mesurables, visibles, ni rationnelles, c’est pour moi une plus juste définition véritable du mariage, les sens ajoutés son modernes, dénature le sens premier, et donc forcement entraine des conflit puisque plusieurs camps donnent des sens différents aux mots, si vous ne parlez pas la même langue comment se comprendre?

    « Ainsi ce n’est plus l’amour qui motive le mariage, mais le mariage qui atteste de l’amour…  »
    Je te trouves trop catégorique de dire que l’amour n’est plus le moteur du mariage, le mariage atteste de l’amour auprès des autres pas auprès des mariés…

    • Kanary, excepté ma discrète provocation en début de texte, je n’ai pas insisté sur le mariage d’ordre religieux, car ce dernier est dangereusement communautaire et engendre des ruptures existentielles et irrémédiables pour celui ou celle qui est allé outre. La mère de mes enfants -musulmane- pourrait ici témoigner, comme d’autres amis religieux quasiment tous prisonniers de leur « église ». D’ailleurs « le mariage pour tous » évite soigneusement le sujet…

      La force de l’amour est de s’épanouir au delà de toute partition, de toute cloison. C’est là sa dimension sacrée et non dans l’institution que ceux avec qui tu vis en font.

  • Kanary dit :

    « Kanary, excepté ma discrète provocation en début de texte, je n’ai pas insisté sur le mariage d’ordre religieux » pourtant le mariage est religieux avant tout, (je ne parle pas de l’amour mais bien du mariage), « ce dernier est dangereusement communautaire et engendre des ruptures exitentielles et irrémédiables pour celui ou celle qui est allé outre. » Tout dépend du contexte, de l’environnement en faire une vérité tiens de la folie, la religion est un outil tout dépend ce que l’on en fait.
    « La mère de mes enfants -musulmane- pourrait ici témoigné, comme d’autres amis religieux quasiment tous prisonniers de leur « église » »
    Chaque exemple a son contraire, j’ai des amis, croyants, catholiques et musulmans, qui ressentent les choses différemment, pour moi un exemple ne fait pas office de vérité, et nous sommes tous responsables de nos choix, religieux ou non.
    « La force de l’amour esr de s’épanouir au delà de toute partition, de toute cloison. » ça ne remet pas en cause ce que j’affirme.
     » Ainsi ce n’est plus l’amour qui motive le mariage, mais le mariage qui atteste de l’amour… » tu es d’accords avec ça? en tant que vérité, pas seulement que ça existe mais que ça concerne tout les mariages actuels.

    • Oui, l’amour n’a absolument pas besoin de mariage.
      La société et les religions pour se structurer et se renforcer en font, quant à eux, l’apologie.
      Enfin, du fait d’être très pratiquante et croyante, tu imagines bien que ma compagne fréquente assidûment la communauté musulmane. Son cas n’est pas une exception, malheureusement, bien au contraire.Je peux te l’affirmer.
      Je connais bien les juifs aussi et je sais que la mixité chez eux est quasi rédhibitoire, et pour ceux qui s’en tiennent à l’Ancien Testament ou le Talmud, elle est carrément illicite…
      Quant aux catholiques, en effet, les choses sont plus souples – et encore ! -, mais ce n’est pas en majorité à eux que je pensais quand je te parlais de mes amis religieux et croyants…

  • Thomas dit :

    « Le texte tente d’expliquer en quoi le mariage n’est pas la chose la mieux adaptée à l’amour » explique Cédric en commentaire et c’est en cela qu’il ne répond pas à son sujet : « Le mariage pour tous ». Démontrer l’absurdité du mariage est une chose, vouloir en privé une partie des couples ayant tout aussi droit de ce tromper que les autres, en est une autre. Ce « mariage pour tous » symbolisera tout simplement l’acceptation officiel (puisque c’est ainsi, pour le moment, que notre société fonctionne) de l’homosexualité comme norme égale à l’hétérosexualité. (C’est en réalité d’ailleurs une affirmation du couple-binôme traditionnel). Si deux hommes ou deux femmes décident de ce marier c’est évidemment un sottise, mais après tout, du moment qu’ils nous invite au vin d’honneur…

  • Kanary dit :

    « . Ce « mariage pour tous » symbolisera tout simplement l’acceptation officiel (puisque c’est ainsi, pour le moment, que notre société fonctionne) de l’homosexualité »
    Non là il s’agit de l’amalgame qui est mis en place par les médias, me pacs tout le monde s’en foutait mais il faut bien mettre de l’huile sur le feu pour vendre du papier et faire oublier les intérets d’areva…

    Cedric « » Ainsi ce n’est plus l’amour qui motive le mariage, mais le mariage qui atteste de l’amour… » tu es d’accords avec ça? en tant que vérité, pas seulement que ça existe mais que ça concerne tout les mariages actuels. » ceci était la question et voici ta réponse, « Oui, l’amour n’a absolument pas besoin de mariage. » hors sujet…
    Et donc selon toi  » je n’ai pas insisté sur le mariage d’ordre religieux, car ce dernier est dangereusement communautaire et engendre des ruptures exitentielles et irrémédiables pour celui ou celle qui est allé outre. » est une vérité générale?

    • Kanary, quand tu dis que je suis hors sujet, je sais quand même ce que j’écris et ce que ça veut dire ! Tes prélévements et tes interprétations laissent parfois perplexe ! Comment débattre ainsi ?
      Ensuite je ne pense pas détenir de « vérité générale », je propose simplement une opinion, fruit de mes expériences et à laquelle j’ai beaucoup réfléchie, et j’en discute avec ceux qui veulent bien…d’où l’intérêt d’un blog, non ?

    • Thomas dit :

      Kanary, le pacs n’est pas le mariage, il avait cependant également créé la polémique à son niveau. On se souvient du discourt à rallonge de Boutin. « vendre du papier et faire oublier les intérets d’areva » est d’un populisme de PMU très appréciable mais peu pertinent une fois l’adolescence passé. Areva à investit dans les robes de marié, les godes ceintures et/ou le poppers ? Ou alors peut être est ce tellement la préoccupation de chaque personne et ceux dès le matin qu’il fallait vite trouver un subterfuge ? Ceci dit je suis heureux que tu découvre que le journalisme est un métier consistant à créer des produits de consommation soumis, comme tout, aux règles du marché. La répercutions sur l’honnêteté s’apprécie en fonction de la volonté des rédactions : Ecrire sur le mariage gay nécessite peut d’investigation, peu de temps, peu de moyen. C’est tout bénef. Vouloir changer le journalisme est une chose, vouloir changer le système économique également, créer ou utiliser pour cela des pensées en système extrapolés en est une autre. Le refus de ce mariage pour tous relève purement et simplement de l’homophobie. Parce que honnêtement, en temps qu’hétéro, qu’est ce qu’on en a à foutre ?

Réagissez à cet article :