L’oubli et ses vertus

L’oubli et ses vertus

le 11 février, 2015 dans Provoquer le débat par

« Le devoir de mémoire », leitmotiv du pouvoir depuis 30 ans, tend à transformer les citoyens en pleurnichards. Pas une semaine sans commémorations, dépôts de gerbe, reportages larmoyants. Tout est bon pour se souvenir, battre sa coulpe, baisser la tête. Les occasions de pleurer ne manquent pas : la collaboration, la déportation, le passé colonial
À rebours d’une vision humaniste et rédemptrice, des slogans tels que : « Ni pardon, ni oubli ! » prolifèrent désormais, alimentant le cercle vicieux de la haine et de la rancœur…
Bien entendu, le devoir de remuer les énergies noires n’est pas sans avantage, certains en tirent même de grands bénéfices… La récupération électorale d’une souffrance, la culpabilisation permanente pour faire diversion, l’entretien permanent du martyr pour mieux devenir bourreau, la demande de réparations, l’entretien des divisions sociales… Tels sont les dividendes que récoltent ceux qui organisent la culture des sombres commémorations à grande échelle. À plus petite échelle, l’entretien de ces mauvais souvenirs fait la richesse des psychanalystes de tout poil, toujours prêts à écouter les jérémiades des bourgeoises dépressives chroniques, à la manière de Bridget Jones…

Cette obligation de se remémorer du mal est mortifère. Rien de tel pour dire non à la vie ! Car il s’agit moins de se souvenir du génie français, de ses savants comme Marie Curie ou Louis Pasteur, de ses héros positifs comme Bayard ou l’Abbé Grégoire, que de se repentir sur les heures sombres et d’entretenir la haine de soi. Comment faire aimer la France dans ces conditions? Comment se serrer les coudes dans les moments difficiles que nous vivons ? Les victoires de l’équipe de France ne suffiront pas à recréer un espoir commun. Il serait temps d’être plus constructif, positif et tourné vers l’avenir…

Dans un ouvrage intitulé  L’oubli et ses vertus  Simon Daniel Kipman, va à contre-courant de l’hypermnésie culpabilisatrice. Selon lui, l’oubli est naturel, c’est un mécanisme de défense contre l’angoisse qui permet la résilience. Alors, pourquoi réveiller les angoisses du passé ? Le présent et l’avenir ne sont-ils pas suffisamment anxiogènes ? Pourquoi devrait-on sans cesse ressasser les malheurs ? Dans quels buts ? Pourquoi endosser la douleur des autres ?

Oublier c’est avancer, ressasser c’est se condamner à l’immobilisme. Oublier qu’on a perdu un des siens, c’est injuste certes… Mais on n’est pas obligé de souffrir comme un maso toute sa vie et de s’enchaîner à cette souffrance. Cette attitude stérile ne résout rien.

L’oubli est une force positive. L’oubli permet de désencombrer l’esprit du trop-plein des négativités, et ouvre une porte sur l’avenir. L’oubli est un mécanisme psychique constant et massif. Il nous empêche d’encombrer notre mémoire forcément limitée, libère la pensée, favorise l’innovation et stimule la curiosité.

Comme le disait le poète Claude Nougaro : Il faut tourner la page, changer de paysage, le pied sur une berge, vierge. Il faut tourner la page, toucher l’autre rivage, littoral inconnu, nu…

10 Commentaries

  • dan dit :

    bein…
    drole de bouillie tout ca…
    qques prhases jetéees vite fait d un pamplet ne remplacerons pas des etudes serieuses sur une question… assez techniques…
    (pas plus, ok, que nos impressions et observations… certes assez constantes mais pas assez methode rationnelle large, pour devnir au dessus de critiques…)..
    d’abor les references curieuse de ce texte.. on nous propose de nous rejouir d’une marie curie ( la moins antipathique du lot??) qui si elle n’a pas été consciente de certains risques et enjeux, semblaient plutot positive et d’assez bonne foi…
    puis … pasteur… un sombre et antipathique accapareur escroc… bayard, un soudard… et pour couronner le tout un cureton certes condescendant (et il y avait pire a l’epoque… pas mal d’agressifs..)
    a la penser tout a fait proselyte bebete coloniale… (lire sa reponse a l’appel a projet… de la « redemption »… ou son attitude face aux minorités juives de sa region… meme si moins pire que d’autres est quand meme particulierement immonde, alors que al meme periode d’aute déja avaient tout pigé!!

    on a aussi quelques relents fetides « les energies noires »…
    drole d’emploi de ce mot fortement connotée… et sous ce vocable plutot denigrant /un peu relent raciste… il ne semble pas s’agir de la designation de nos amis de la FA…

    et avec un esprit moderement critique… il y aurait a relever quasi a chaque ligne…
    au moins a demander des precisions et intentions quasi en continu a ‘l’auteur…

    et sur le fond… pourquoi extemiser carricaturer essentialiser??
    oui un peu de pardon/distance..; pas se laisser envahir…
    pas de tomber ds de la victimisation…

    mais pourquoi ne pas voir que l’on peut tres bien admettre le coté criminiel de nos existences, de pire pour les actes de nos arents (vichy, coguerre coloniales.. rien fait pour reduire inegalités strictes et inequités sur la planete… les degats entre nous et sur les plus jeunes des inegalités, de l’autorité, la violence, la non-ecoute…)
    )
    …bref reconnaitre, connaitre, oui ni oubli ni pardon (surtout si non solicité!!, ou pressions continuées!!) et construction ds la clarté d’une vie paisible sereine reparatrice a l’occasion…volonté de comprendre ensemble (sans trop d’anathemes..) etc… et de construire une vie harmonieuses, gaie et vivable…??
    pas besoin du tout d’amnesie pour cela…
    oui juste bien savoir d’ou l’on vient (meme les pires horreurs… meme celles de la raiepoublique..) et savoir (rechercher ensemble!) vers ou nous souhaitons aller?

    • moi dit :

      Dan,
      1) Je pense que tu n’as pas digéré le texte, tu es sous emprise.
      Libre à toi de te flageller, dommage que tu aimes te faire du mal.
      Le projet ? L’héritage à perpétuité de la rancœur collective ?
      « ni oubli ni pardon » s’applique à échelle individuelle et en aucun cas à échelle collective
      2) Il s’agit d’un article court et non pas d’un essai (alors bouillie ? non)

      • dan dit :

        .
        .
        si si j’ai tres tres bien lu…

        je crains juste que tu ne vois des monstres (cela t’arrange-t-il? et pourquoi?) (et ok… il peut y avoir de tres tres tres rares exagerations ds ce domaine…) là ou il n’y en a, imho, point.

        vision profonde et large… memoire forte ET legerté… sont consubstantielles a une vie vivable…
        et n’engendre aucun risque de victimologie chronique… bien au contraire…

        post initial…pas detaillé certes … mais bcp bcp de curieux relents… a suivre donc (si vs etes tenté!)…

  • Neg8 dit :

    Tout à fait d’accord avec la notion de mécanisme de défense permettant la résilience. Toutefois, à l’instar d’un ex-toxico, il y a un risque de « nostalgie » avec le temps, du fait de ce même mécanisme – après un certain temps d’abstinence une nostalgie du produit peut se manifester (le cerveau ayant retenu que les aspects positifs du produit dans ce soucis de résilience..). Il est donc opportun d’instaurer à l’occasion une piqure de rappel histoire de remettre à l’esprit les aspects négatifs. Le devoir de mémoire et les commémorations systématisés restent toutefois indispensable tant qu’il reste encore en vie des victimes de ces évenements malheureux. Ce n’est qu’à ce moment que l’oubli peut devenir une force positive.

  • houcine dit :

    d’accord avec l’article surtout avec le passage qui dénonce toute cette faune qui ne pense qu’à tirer un profit personnel en perpétuant les haines. Ils déposent des gerbes à toute occasion; je dirais « ils gerbent » tout court!

  • MarcelT dit :

    Réponse à Dan
    Vous rendez vous compte de votre prose ?
    Avez vous fumé de la moquette ?

    Pour le reste de ce que je comprends de votre intervention,
    nous sommes toujours dans le même débat.
    Vous avez endossé l’habit du soixante-huitard, gauchiste, soi disant humaniste.
    Tout le monde est beau et gentil sauf les blancs occidentaux.

    Moi, inversement, je défends les blancs occidentaux.
    Ils ont apporté le progrès (médical, technologique, démocratique)
    Ce n’est pas parce que des sauvages ne savent pas utiliser notre démocratie imparfaite, qu’il faut la jeter.

    A moins d’être racistes, la colonisation ne peut être analysée que comme la prise de pouvoir du plus évolué sur le moins évolué. Ce n’est pas au plus évolué de s’excuser mais au moins évolué de s’excuser d’avoir été moins évolué.

    Si vous êtes un peu âgé, rappelez vous d’un sketch de Roger Pierre et Jean Marc Thibaut sur les nordistes et les sudistes de la guerre de sécession américaine.

    Si vous les noirs, vous aviez été plus évolués, nous les blancs, nous aurions bel et bien pris la pâtée.

  • Jonathan dit :

    100% d’accord avec ce textes, sauf pour le passage sur Pasteur…cet escroc notable à qui l’on doit l’empoisonnement à petit feu de l’humanité par ses vaccins tueurs.

  • Ezzie dit :

    Nous vivons en cette période volontairement anxiogène, des journées de commémorations diverses.
    Le gouvernement organise sans cesse des recueillements c’est le protocole , mais ça devient très omniprésent.
    Trois quatre cinq fois par jour des émissions sur la guerre sur hitler sur les camps
    L’obligation (du jamais vu) de se prosterner devant l’évocation de la guerre et de ses horreurs.
    Si l’évocation de ce passé douloureux évitait de nouvelles horreurs et de nouveaux conflits on l’aurait remarqué !
    Or aujourd’hui il y a bien plus à faire pour protéger ceux qui souffrent plutôt que de s’apitoyer sur le passé.
    Gaza le Nigeria le Mali la Syrie la lybie et maintenant l’Ukraine a 3 heures de Paris
    Là pas d’émissions larmoyantes juste quelques lignes au journal d’information
    Nous sommes dans une totale et complète hypocrisie
    De l’arrogance et du mépris pour la douleur et le massacre du XXI eme siècle
    Il faut avoir honte de nos gouvernants et le clamer haut et fort
    Il faut boycotter leurs commémorations jusqu’à ce qu’ils agissent pour les conflits qu’ils provoquent en cette minute car ils envoient des armes et financent les terroristes
    Nous devons refuser leurs humiliations par le désintérêt
    Je refuse de m’aligner à la victimisation perpétuelle
    Cette psychose collective est malsaine et perverse

Réagissez à cet article :

FERMER
CLOSE