Les rafles voilées

Les rafles voilées

le 19 mai, 2015 dans Afrique, Asservissement moderne, Les prohibés par

L’Histoire est propagande. Les vainqueurs écrivent leurs légendes et les vaincus s’y soumettent. Des axes et des cycles balisés de lumières savantes canonisant toujours plus les pouvoirs en place. La moindre révision demeure délicate au point de devenir prohibée si elle dévoile l’embryon d’une imposture. La raison du plus fort est ainsi faite. Elle sacralise un passé pour mieux dominer le présent.
Les hommes ont toujours été des conquérants. Ils ne sont que frères à l’heure de partager le butin et de raconter leurs mémoires. Ils glorifient de la sorte leurs barbaries tout en diabolisant ou jetant aux oubliettes ceux entachant leur légitimité.

Combien pour rappeler que l’Afrique fut razziée entre autres par les arabes pendant treize siècles sans interruption ? Entre 15 et 20 millions de victimes. Un crime majeur dont les médias, les films ou autres romans se font trop rarement l’écho, alors que le massacre des Indiens d’Amérique, la traite transatlantique et l’Holocauste se déclinent en abondance dans toutes sortes de récits historiques allant parfois même jusqu’à se contrefaire en fictions quelque peu outrées…

Pour Diktacratie.com, un abrégé s’imposait. Trois livres ont donc constitué la base de cette étude : Le génocide voilé de Tidiane N’Diaye, Les négriers en terre d’Islam de Jacques Herrs et L’esclavage en terre d’Islam de Malek Chebel.

Aucun prophète ne s’est montré chez eux, aussi sont-ils incapables de concevoir les notions de commandement et d’interdiction, de désir et d’abstinence. Leur mentalité est proche de celle des animaux. » – Al-Dimeshkri

Naissance d’un empire

Tout débuta en 652 après J.C. lorsque l’Emir Abdallah ben Saïd imposa aux Soudanais un bakht (accord) les obligeant à livrer trois cent soixante esclaves de bonne stature chaque année. Jusqu’à cette date un servage traditionnel soulageait de nombreuses tribus africaines. Il s’agissait essentiellement de captifs affectés aux tâches domestiques ou guerrières. Il n’y avait à proprement parler ni chasses, ni déportations. A la différence de cette traite arabo-musulmane mettant alors en place un système d’exploitation encore jamais vu, nécessitant rabatteurs, fournisseurs, acheteurs, relais et circuits.

Mais ce genre de commerce procédait avant tout d’une logique impériale. Entre 639 et 642 le général Amr Ibn Al’As, aux ordres des califes omeyyades de Damas, envahit l’Egypte. Puis grâce à Ogba ben Nefi, le califat s’étendra sur tout le Maghreb. En 703 l’Afrique du Nord est totalement occupé. Arabes et Berbères, désormais alliés et unanimement convertis, pouvaient amorcer la conquête et le saccage du continent.

L’Afrique a été une terre luxuriante sur laquelle s’est épanouie une population variée autant par sa culture que par sa croyance. Quel empire pouvait se refuser à un tel eldorado ?
On comprend désormais mieux cette charitable islamisation de masse avec ses pionniers, ses missionnaires, tous armés, instaurant lieux de culte et écoles coraniques toujours à proximité… de mines d’or ! Aussi, dès le VIIIème siècle le Soudan offrit une main d’œuvre opportune, d’abord pour extraire le précieux métal, puis pour travailler aux services des riches acquéreurs. A tel point que l’île de Zanzibar devint rapidement le plus important marché d’esclaves à destination du golfe Arabo-Persique. Les lignes de comptoirs s’étendront ensuite jusqu’à la Somalie puis Quiloa et Djibouti.

De même, en Afrique de l’Ouest, l’Empire du Ghana, gouverné alors par la dynastie des premiers Wolofs, regorgeait d’or. Au XIème siècle leur souverain War Diabi N’Diaye fut converti à l’Islam. Il facilita ainsi l’accès aux musulmans Sahariens Almoravides –un ordre militaro-religieux plus ou moins ancêtre des touaregs actuels – sur son territoire. Débuta alors une guerre sainte détruisant au passage Koumbi Saleh, la capitale de son empire, et subdivisant ce dernier en royaumes désunis : Diarra, Soss et Ouagadou. A noter en revanche que certains souverains courageux, à l’image de Soundiata Keïta (fondateur de l’Empire du Mali), ont su, malgré leur conversion, préserver les coutumes et croyances de leur terre et protéger leur peuple de l’odieux trafic.

Islam et servitude

Malgré ces premières résistances, les conversions à la religion musulmane ne préservèrent aucun africain de l’état de proie. En effet, d’un coté l’on convertissait les chefs de tribu, étant comme tous les hommes de pouvoir facilement corruptibles, puis on les incitait à collaborer en dénonçant les infidèles ou les idolâtres. S’ils résistaient, les missionnaires fomentaient des conflits avec les tribus voisines, histoire de fragiliser la contrée pour ensuite mieux s’imposer en réconciliateur au nom de l’unité islamique.
Les populations convertis, quant à elles, subissaient les razzias en fonction des besoins de l’Empire arabo-musulman, et ce au moindre faux pas : une danse impudique, un totem trop insolent, un voile oublié, une gorgée de bière de mil… et les aloufas (marabouts), les fakis (prêtres) ou encore la secte des assassins débarquaient pour aligner les punitions.
Et même si, comme le prône l’Islam : « le pire des hommes est celui qui vend des hommes », il n’en demeure pas moins qu’un Noir dans l’absolu ne pouvait être qu’au mieux un affranchi du prophète et en aucun cas un de ses descendants. Il restait ainsi à tout moment l’ennemi du musulman en proie à ses démons.

A quoi bon une justification religieuse dans un monde où seule l’issue des luttes décide du sort des hommes ? En invitant à une grande bienveillance envers les esclaves ou à expier ses pêchés par un affranchissement, l’Islam validait du même coup la possibilité d’asservir des êtres humains. Aussi de nombreux érudits musulmans n’ont pas hésité à trancher dans le vif, comme par exemple Ahmed al-Wencharisi déclarant : « l’esclavage est une humiliation due à l’incroyance présente ou passée » ; ou Ilan al Fagi affirmant que les peuples Noirs étaient « à peau brûlée, parce que trop cuits dans la matrice » ; ou encore Ibn Khaldun soulignant la « légèreté, l’inconsistance et un goût prononcé pour la danse » pour mieux justifier leur asservissement. On retrouvera d’ailleurs les mêmes stéréotypes chez les esclavagistes européens quelques temps plus tard.

Toute religion, pour prospérer, trouve nécessairement un intérêt en s’associant avec les forces politiques et armées du moment. Ces dernières l’aideront surtout à s’accroître, voire à s’enrichir. De fait, l’Islam fut utile pour perpétrer et légitimer la domination des maîtres, bannir la révolte et faire l’éloge de la soumission. Aussi, cette relative obligation du jihâd fut bien utile pour asservir les non convertis ! De la sorte ils légalisaient une traite assurant en contre-partie prestige et richesse. Plus un chef jouissait de captifs, plus il était respecté et donc puissant.

Pendant des siècles ce trafic n’a été que l’affaire de riches oligarques, dans la mesure où seuls ceux possédant une force militaire suffisante pouvaient se procurer des captifs et les acheminer vers la côte. Avec le temps, sultans, notables et aristocrates de Turquie, d’Egypte, de Perse, d’Arabie, de Tunisie, du Maroc ou d’ailleurs, de plus en plus accoutumés à la débauche et la paresse, ne purent plus se passer des serviteurs travaillant pour eux.
Ainsi le développement agricole des pays arabes fut relatif au nombre d’esclaves importés chaque année. On comprend mieux, de surcroît, comment sur plusieurs siècles les forces vives soustraites à leurs terres n’ont pu engendrer que pauvreté, retard, faillite, oubli et déni de tout ce qui faisait l’épanouissement économique, culturel et spirituel de leur continent.

De nombreuses résistances

Combien ont su résister et dont on tait les noms et récits ? Comme pour mieux avaliser leur destinée et leur condition de servitude.
Comment passer sous silence les insurrections des Zendjs en Mésopotamie à la fin du VIIème siècle et IXème siècle ? En effet, à l’initiative d’Ali ben Mohamed, plus connu sous le nom de Sâhib al-Zand, une armée d’esclaves infligea, en 869, de lourdes défaites au calife d’une Bagdad décadente. Quatorze années de lutte et de liberté suivront avec à la clé un embryon d’Etat autonome fixant sa propre monnaie. (Entreprise qui n’est pas sans rappeler celle dans la cité portuaire de Thurium où, plusieurs siècles auparavant se réfugièrent Spartacus et ses compagnons.) Une révolte qui prit fin en 883 face à une trop importante coalition, mais qui néanmoins permit l’abandon définitif de grands chantiers d’esclaves.
S’ensuivront d’autres remarquables soulèvements, comme celui du converti Ahmed Baba à Tombouctou ; ou celui du pacifiste Cheikh Ahmadou Bamba au Sénégal et son mouvement mouridiste – paradoxalement inspiré d’un certain… Islam.
Il y eut aussi en novembre 1819 ces femmes sénégalaises qui, promises aux mutilations des Maures, ont préféré, encouragées par l’héroïque Mbarka Dia, mourir libres en s’immolant que vivre en esclaves sexuelles.
Enfin, qui pour encore ignorer les exploits de Chaka Zoulou refusant le trafic sur ses terres ?

Il faudra attendre l’aide implicite et opportune des Occidentaux pour continuer en toute quiétude le juteux commerce. A l’exemple de ces millions de fusils abandonnés par les vétérans des récentes guerres napoléoniennes ayant directement avantagé les négriers en mal d’arguments percutants.

Par ailleurs, les Européens se proclamaient les champions de l’abolition en Occident tout en laissant favorablement la traite perdurer sur le continent africain ! Ainsi, de nombreuses nations occidentales, comme les Anglais, ont colonisé les terres, profité de leurs richesses, en pactisant sur place avec les arabes ayant, eux, la garantie de préserver les bénéfices de leur trafic d’humains. De fait et par delà tous leurs discours altruistes, ces Occidentaux rivalisaient de vitesse pour planter leurs drapeaux en Afrique, afin de la dépouiller en règle. Quand diplomatie rime avec économie, la rentabilité se pare souvent du masque de la philanthropie.

L’amnésie vectrice de fraternité ?

Pourquoi braquer les projecteurs exclusivement sur la traite transatlantique si ce n’est pour mieux voiler toutes ces atrocités à même le continent ?
D’impitoyables chasses à l’homme, à la femme et l’enfant ; des milliers de caravanes échouées dans le Sahara balisant par moult cadavres les chemins de la traite ; des villes entrepôts à Khartoum, Kouka, Ouidah, Tunis ou Zaouila où les « nègres » étaient inscrits parmi d’autres marchandises ; des esclaves soldats, chair à canon ; des esclaves castrés, eunuques de luxe pour surveiller ces harems de femmes objets, violées à la mode abyssine ou pour enchanter l’impuissance des sultans, voire pour mystifier une Mecque immaculée…

Qui, du coté des érudits et dirigeants arabes ou des imams de renom, pour dénoncer ces horreurs ? Pour stopper la tragédie ? Ne peut-on réciter l’amour du prochain avec tous, sans exception ?

Enfin, n’a-t-il pas fallu attendre que les colons européens, dans leur quête suprématiste, n’y trouvent plus d’intérêts pour que cela cesse ? Un paradoxe pour les uns, un transfert pour les autres, toujours est-il qu’aujourd’hui les maîtres proviennent d’un autre camp, et que l’oubli de cette traite ne peut que favoriser la solidarité religieuse des arabes et des afro-descendants dans leur résistance commune contre le mondialisme

Partager

46 Commentaries

  • queteur dit :

    Cedric …
    Je susi nouveau sur le site, mais j’ai essayé de rattraper mon retard en lisant le plus d’articles possibles afin de combler mes informations quand à la direction prôné par votre action qui a pour support ce site …

    J’ai constaté, au fil de mes lectures, que vous êtes un intervenant que je pourrais qualifier de majeur vu le nombre de vos posts …

    Cela dit, les sujets que vous couvrez sont vastes, larges et diversifiés, aussi, l’impression qui en ressort, du moins en ce qui me concerne, est que vous êtes le genre de personne qui a une vaste culture …

    J’ai lu cet article, du début jusqu’à la fin, et je méditais tou au long de cette lecture vos propos en essayant d’u distinguer le fruit de vos analyses et conclusions de celles de vos références que vous avez cités en début.

    Pour ne pas alourdir, j’ai constaté en fait que vous avez fait un grand travail afin, justement, de dédouaner les occidentaux de leurs responsabilités de la traite des esclaves … oui, il y’avait des esclaves et une certaine forme d’esclavagisme, mais laissez moi vous dire que vous avez vraiment laissé libre cours à votre fertile imagination … On comprend, arrivé à la fin de l’article, qu’en fait, les colons sont vraiment venus avec une mission qui a été salvatrice pour ces africains car les ayants libérés des horreurs subies par ces musulmans barabares et belliqueux de nature d’après le portrait que vous avez peint. Je n’ai entrevu aucun objectivisme dans vos écrits, surtout sachant que l’empire musulman a commencé à décliner au 16ème 17ème siècle et que, par contre, l’empire anglo-saxon et français commençaient à prendre de l’ampleur .. la traite négrière a été pratiqué par les arabes et le occidentaux, ce qui me pose problême dans vos écrits c’est plutot la chronologie … sous estimant la traite transatlantique comme vous l’avez spécifié en nous laissant croire que l’autre type de traite était plus répandue … Oui, si vous comptez le nombre de calife, vous vous rendrez compte qu’il y’en avait pas des masses, alors que les colons partis s’installer au nouveau monde (les 02 amériques) eux par contre étaient des masses … l’esclavage n’a pas sévi qu’en amérique du nord mais aussi en amérique du sud, dans les iles pacifiques, atlantiques … et la règle était la couleur de la peau …

    Si vous vous donniez la peine de pousser vos investigations, vous découvririez que les raisons qui ont poussées à la traite chez les arabes et chez les occidentaux n’étaient pas les mêmes, principalement les occidentaux l’ont fait par souci de domination de la race noire car les blancs estimaient que ces gens étaient des sous hommes, la même pensée n’animaient pas les arabes, il ont exploité les noirs mais pas avec la même idéologie …

    La traite négrière a continué bien après la chute de la civilisation arabe et je pense qu’elle continue mais sous une forme moins voyante …

    Un point qui me parrait important mais non signalé, c’est que l’une des raisons pricipales qui ont cautionnées la traite négrière occidentale était d’ordre religieux … l’église a malheureusement jouée un rôle clé dans l’aboutissement de toute une culture qui a considéré les noirs comme des sous hommes, du bétail, des animaux presqu’humains … consultez les propos de grands hommes du passé politiciens, savants, artistes … etc.

    Le point qui m’a navré, dans votre article, c’est que vous semblez relayer la propagande islamophobe sous une forme moins apparente en essayant de faire l’amalgame entre ce qui était une politique en ces temps là et ce qui est une profession de foi … J’attends de lire avec intérêt l’article que vous consacrerez à la façon dont les chrétiens ont assujetis de force des peuples innombrables afin de croire en jésus (avec toutes les cruautés qui en ont suivis), la naissance de l’église romaine et de l’uniformisation de la foi suivant des dogmes pas du tout révélés et inconnus du temps du Christ et de ses apotres, la création de cette entité qu’est la papauté et qui a régie le monde chrétien occidental jusqu’à il y’a peu, enfin, pour ne pas s’éloigner du sujet, les guerres proclamés par cette église qui a envoyée à la mort des centaines de millions d’individus en tablant sur leur crédulité … Et aussi, puisqu’on en discute, de la façon dont les juifs ont vendus Jésus et leur part de responsabilité dans sa crucifixion …

    • Cédric dit :

      Queteur, à nous lire trop vite, tu nous lis mal…et tu ne nous comprends pas du tout. A quel moment j’ai tenté de dédouaner la traite transatlantique ??? Deux textes majeurs du site t’ouvriront les yeux : http://diktacratie.com/code-noir-et-lumieres-blanches/ et http://diktacratie.com/code-noir-blanches-lumieres-partie-2/. Des articles te démontrant que je tente de sauver personne, sauf…Toussaint Louverture qui est pour nous autres le seul et vrai libérateur. Bon, mais je ne peux refaire le débat ici, surtout que je suis au boulot et le temps de pause m’est compté.
      Mon propos du jour est la traite arabo musulmane. Elle m’est utile pour faire une critique relative de l’Islam, et faire l’apologie d’une Histoire africaine que les arabes et européens semblent complétement renier.
      Ta critique qui tente de me faire passer pour un Bernard Lugan, et qui donc préjuge de mon travail (et non de ma culture !), en devient presque insultante, mais j’aime le débat, et donc si tu es patient je pourrais dès ce soir prendre le temps de te répondre point par point. Ce à quoi tu pourras réagir naturellement.
      Enfin après avoir travaillé longuement sur l’Ancien Testament et la religion juive (A-t-on lu la Bible ?…), après ce long travail sur la religion musulmane en rapport avec la traite négrière, je vais en effet travailler sur les Chrétiens, mais il faut du temps de réflexion, de lecture et d’écriture, ce qui ne semble pas donner à tous…

      • queteur dit :

        Cedric,
        En effet, j’ai peut être lu un peu trop vite l’article, d’ailleurs, j’ai au tout début de mon commentaire précisé que j’étais nouveau …

        Je vais lire les article que vous me proposez dans votre réponse.

        En fait, j’ai eu cette réaction parceque, voyez vous, dans ma quête de tous les jours, je cherche surtout à trouver les éléments fédérateurs plus que ce qui peut nous éloigner les uns des autres.

        Vous l’avez si bien souligné dans votre article : L’histoire est écrite par les vaiqueurs. Donc, d’emblé, on est d’accord que ce que nous connaissons de l’histoire n’est que ce qui a été JUGE UTILE PAR LES VAIQUEURS d’être rapporté. Des pans entier de notre histoire, je désigne par « nous » l’ensemble de l’humanité, ont été ainsi perdus à jamais ! Bien entendu, il reste les peuples et les souffrances qu’ils ont endurés, ou plutot le souvenir des souffrances qu’ils ont endurés.

        Ne prenez pas mon commentaire comme une attaque directe contre vous, cela n’était pas mon but, je ne critique pas ou plutot ne rabaisse en rien votre travail ou plutot sa qualité. Si j’ai laissé entrevoir cela je vous pris de m’en excuser.

        Bien sur, on pourrait rester là à discuter sur ça à n’en plus finir mais je ne pense pas que cela serait la chose la plus judicieuse à faire. Comme vous le faites remarquer, le débat n’est que le début, le but étant bien entendu rassembler le plus de personne qui adhèrent à la vision prôné par ce site afin de traduire toutes ces phrases, tous ces mots, toutes ces interventions en actions concrètes.

        En attendant, je suis impatient de lire ce que vous aurez à nous présenter … et de « critiquer » comme il se doit ce qui me parraitra devoir l’être …

        Cordialement ..

      • HUE dit :

        Désolé d’appuyer le commentaire de Quetteur mais il y a un GROS détail que vous oubliez tout les deux … Je pense que les 3/4 des gens lisent en diagonal, voir plus vite encore, cela est mon cas . La première chose que j’ai pensé, c’est que cet article allait faire ressortir l’islamophobie !! Pensez un peu au gens qui n’ont pas le temps de tout lire, ou à ceux qui sont peu ou mal instruit … Ne réservez pas vos articles à une élite !! Faites un résumé simple, puis développez svp . Merci

    • Henry dit :

      Parfait merci !

  • Ton maitre dit :

    Merci pour ces connerie, maitre dans l’art de la manipulation vous savez jouer avec les mots et les aligner pour faire passer votre vrai message.

    • Cédric dit :

      Et quel est mon vrai message ????

      • Ksiq dit :

        C’est la vérité historique que tu prétends chercher? moi je ne vois dans cette article qu’une attaque en règle à la fois de pratiques, que je reconnais condamnables, mais dans le même temps, et c’est là que mon nez me pique, du corpus religieux auquel se référaient, hypocrites, ceux qui asservissaient : Or si tu évacues rapidement la question, je trouve pour ma part que l’essence de l’islam est la libération par l’unique soumission à l’unique. La bonté ne se décrète pas sur une communauté, pas plus que l’entrée au paradis (encore faut-il être doué de logique pour le comprendre). Non seulement le livre condamne l’esclavage, au contraire du Talmud, (très influent dans l’idéologie et la pratique du commerce triangulaire – t’entendra t on à ce sujet documenté par l’american jewish history society) mais il est encore davantage universaliste que le message chrétien pour lequel la représentation fallacieuse du messih incitait à penser que l’âme n’était que blanche. Quant aux idéologies noachiques issue de Marx (maçon et luciférien revendiqué) et de l’ONU Rothschild, elles entérinent bien l’égalité, mais celle des goys face au peuple dieu, face à une loi inique, peau de chagrin. Un fait bien plus révoltant, pour qui se cherche dans la révolte… Enfin, quand liras-tu le vénérable Israel Shahak pour nous conter, à ta manière de perroquet féérique, les conditions particulières qui poussèrent un jour les serfs d’Europe de l’Est à se rebeller contre leur contremaîtres israélites. Il ne s’agit pas d’accuser, mais de chercher la vérité la où les autres veulent s’en créer une de toutes pièces, n’agréant pas l’existante.
        Je comprends tout à fait que : ta culture, qui sait ? ton faciès? tes expériences, peut être? ton idéologie, plus sûrement ! t’aient poussé à nourrir une certaine rancœur à l’endroit de ces immigrés que leur côté musulman t’empêchait de faire glisser dans ton escarcelle électorale, ton hédonisme philosophique ou encore ton amour du partage bourgeois. Pour autant, ces raisons personnelles n’enlèvent pas à la mesquinerie du propos. Quel que soit leur bords, les goys rendus fébriles et rancuniers, ont trouvé un point sur lequel tous se mettre d’accord : La détestation de l’axe du mal désigné par les trostko-libéralo-talmudiste de la team BUSH. Quand je vois cette bannière, je me nettoie la bouche d’en avoir lu le nom.

        • Cédric dit :

          Au lieu de fumer je ne sais quoi pour mieux nous insulter, je t’invite à te renseigner sur nous. Ca évitera tous ces délires extravagants ! Prends juste le temps de nous lire et tu comprendras qui nous sommes…peut-être même tu nous rejoindras, après avoir tirer la chasse par contre !

          • Ksiq dit :

            extravagant car voguant hors de certains bacs, peut être une quelconque inhalation t’en rendrait elle la compréhension plus aisée, thérapeutique, je n’ai pas à lire ce que tu infliges en série pour juger d’un propos, l’as tu fais pour tes com de com? ne le prends pas mal, mais je sais que non, ton escarcelle ne m’est pas confortable, « réconcilier sans relier » je connais merci, d’une manière le projet est forestien. Quant à l’allusion tremblante à je n’sais quelle chasse, je connais aussi ceux que l’odeur « nauséabonde » importune si souvent, bizarrement pas lorsqu’elle provient d’eux, et pourtant ils en produisent, empiriquement. Salut, jeune soin

    • FLAVIA dit :

      Lol je connais cette phase elle vient d’une page sur facebook que je vois que tu fréquente avec beaucoup de pratique vu qu’elle raconte les memes choses
      je vois que tu t’es déjà conforté à elle une imbattable aussi sur ce sujet.

      Elle vous appel les enfants de l’islam paré a ce retourné contre un autre noir a tout instant. Elle dit aussi que votre identité n’est pas noir mais islamique et que si l’islmam vous demande de faire du mal a un homme noir c’est sans état d’ame que vous vous servez de votre couleur de peau pour mieu trahir les noir.

      Enfant guerrier dormant de l’islam a qui on raconte que l’islam les a sauvé et a toujours été la religion des noirs. Maitre guerrier de l’islam vous êtes a désormais a découvert. Nous les Noirs de culture nous devons nous protéger de vous car votre Islmam peut nous mordre a tout instant, comme au mali comme en afrique du sud … et bien avant dura l’esclavage subsaharienne

      Vous qui reprochez au antillais de ne pas se savoir africains auriez vous oublié de vous rapprochez a vous d être la marionnette des musulman maghrébins et arabe ???

      En passant utilise une autre expression que l’alignement des mots c’est pas à toi … tu la récupéré lors d’un débat ou tu a été farouchement remis a ta place.

      Invente tes propres expression c’est mieux

      • Jugurtha dit :

        Tu sembles oublié que les nord-Africains sont Africains. Autant que toi et les Africains subsahariens. Et les grandes figures noires islamiques existent, n’oublie pas Luqman, Bilal, le Négus chrétien qui sauva les premiers musulmans en les accueillant en Abyssinie. Ce qu’on fait certaines dynasties musulmanes blanches à l’encontre de leurs frères noirs n’a rien à voir avec la foi musulmane et est une honte pour ces musulmans sans l’ombre d’un doute.

  • queteur dit :

    Je viens de lire les deux articles que tu m’as proposé plus haut code noir et lumière blanche.

    Oui, avec les commentaires, surtout en 2ème partie, c’était très instructif, l’article intitulé chien de garde aussi était intéréssant dans la mesure où on y apprend certaines choses dont on ne soupçonnait pas l’existence …

    Mais (là je vais user de pragmatisme), il est vrai que nous avons besoin de repères, nos repères en tant qu’êtres humains voués à une constante évolution qui fait d’ailleurs partie de notre nature même, nous dicte de nous servir des expériences du passé afin de vivre notre présent et de préparer comme il se doit notre avenir.

    L’idéal, bien sur, serait que notre histoire soit ce qui s’est REELLEMENT PASSE, or, il est une certitude, à notre époque, qui est que cette histoire que nous exploitons afin de nous « former » pour l’avenir est entachée de gros passage bidons !! alors, l’histoire est-elle une référence … doit-elle être une référence ou LA référence .. peut-on se passer de l’histoire pour construire notre avenir … doit-on nous en remettre à l’histoire afin de construire notre avenir …? Que faire … comment faire …

    Mais encore, nos références, bien apprises lors de notre cursus scolaire sensé nous « éduquer » sont elles fiables …? Que représente l’aspect critique dans l’étude de l’histoire .. notre histoire … et quel conclusions doit-on en tirer …?

    Enfin bref, dans toutes ces tergiversations, il est sur que, pour notre bien à tous, il est impératif que nous nous attelions à construire notre avenir avec ce que nous savons, profiter des expériences réelles ou non des évènements passés mais surtout et le plus important dans tout ça c’est garder à l’esprit une chose très importante à mon avis : Bien que l’histoire ait été écrite par les vaiqueurs, elle l’a de plus été non pas par les peuples vainqueurs mais par SA CLASSE DIRIGEANTE !!

    Alors ne soyons pas mouton mais plutot Homme …

  • Rirabien dit :

    « Et même si, comme le prône l’Islam : « le pire des hommes est celui qui vend des hommes », il n’en demeure pas moins qu’un Noir dans l’absolu ne pouvait être qu’au mieux un affranchi du prophète et en aucun cas un de ses descendants. Il restait ainsi à tout moment l’ennemi du musulman en proie à ses démons. »
    Pourriez-vous m’indiquer d’où vient cette information? Du Coran de l’Islam???
    Le coran ne fait pas de différence de couleurs, les personnes sont jugées par rapport a leur piété, qu’ il soit blanc, noir ou jaune n’ a aucune importance.
    Comme on dit une fois de plus, ce sont les vainqueurs qui écrivent l’Histoire, en voilà le reflet. Pour ma part vos références sont loin d’être objectives. Pourquoi ne parlez vous pas de tous ces peuples qui se sont convertis sans violences???? Vous n’avez rien trouvé sur le sujet ???et je suis entièrement d’accord avec les remarques de Queteur et surtout: »Le point qui m’a navré, dans votre article, c’est que vous semblez relayer la propagande islamophobe sous une forme moins apparente en essayant de faire l’amalgame entre ce qui était une politique en ces temps là et ce qui est une profession de foi… ». Grâce à vous nous n’oublierons pas que les méchants, ce sont les musulmans, on avait pas parlé d’eux depuis 2 jours

    • Rirabien, pardon pour cette réponse tardive, mais étant attaqué sur tous les fronts, j’avais oublié ton commentaire.

      « Le pire des hommes est celui qui vend des hommes » s’agit d’un hadith, tout simplement.

      Ensuite je ne vois pas ou j’ai écrit que « le Coran faisait des différences de couleur » ??? C’est trop facile de me faire dire ce que je n’ai jamais écrit, pour ensuite mieux saboter mon travail. La moindre des choses dans un débat c’est d’être de bonne foi, non ?
      Quant aux peuples qui se sont convertis sans violence, biensûr que j’en parle dans ce texte ! Soit ta foi t’aveugle, soit tu t’es empressé de critiquer ma réflexion sans en voir tous ces corollaires…

      Je vois surtout et malheureusement qu’il y a des sujets tabous, sur lesquels il est encore difficile d’avoir un esprit critique sans se faire incendier. Dommage.

  • Skungun dit :

    Et donc, la clé de la non-solidarité religieuse, ou je dirais meme de la guerre arabo-subsaharienne (meme entre musulmans) est le rappel (bidon) qu’il a existé un système esclavagiste aussi sous les differents empires musulmans ?? Les berberes convertis sont aussi des salauds et il faudrait que les maliens se battent contre les tunisiens ?? Serieusement quel est le message ?

  • Kax dit :

    Les esclaves noirs des arabes étaient castrés en masse donc il y a en plus une dimension génocidaire

    Mais l’histoire africaine n’échappe pas à la règle de la maltraitance, les noirs ont aussi été esclaves des noirs, environ 14 millions de victimes… De toute façon tous les peuples ont du sang sur les mains, il y a même eu environ deux millions de chrétiens blancs enlevés puis mis en esclavage par les Algériens (ce dont a fait partie l’écrivain Cervantès), autre sujet tabou

    Bilan la seule démarche saine est de laisser le passé au passé et de fuir la victimisation ou la culpabilisation qui est toujours la porte ouverte à la manipulation politique. Personne aujourd’hui n’est responsable ou victime de ce qu’ont vécu ou fait nos ancêtres.

    • queteur dit :

      Kax …
      J’adhère entièrement à l’écrit avec lequel vous avez conclu votre commentaire : « Bilan la seule démarche saine est de laisser le passé au passé et de fuir la victimisation ou la culpabilisation qui est toujours la porte ouverte à la manipulation politique. Personne aujourd’hui n’est responsable ou victime de ce qu’ont vécu ou fait nos ancêtres. »

      Espérons que notre aspiration à un monde meilleur dépouillé de tout ce qui a fait sa « laideur » puisse émerger de ces expériences regrettables pour l’humanité mais qui auront au moins eu le mérite de nous éclairer sur la face sombre de notre nature huimaine et, ainsi, nous enseigner à nous là, maintenant, afin de ne pas réitérer ces erreurs et mettre un terme une fois pour toute à cette phrase « L’histoire tend à se répéter » ! L’histoire n’est pas une entité vivante en soi mais bien l’illustration de nos faits et actes, qui ne dépend que de nous et n’a, donc, aucune propension à se répéter si ce n’est parceque nous le permettons …

  • roer dit :

    L’étude de l’histoire pourrai se diviser en Trois questions pourquoi? comment? et par qui?

    Pour moi les deux première questions étant essentiel pour ne pas répéter les erreurs du passé (chose illusoire car l’homme a la mémoire sélective et n’hésite pas a réitérer une erreur pour la centième fois si il estime que cela l’arrange sur le coup, l’histoire le prouve)

    En ce qui concerne le par qui? cette question est tout simplement a proscrire car cela donne les commentaire si dessus(rirabien, queteur,…),du style c’est vous les méchants et c’est nous les gentils et vice vers ça.

    Ce n’est en rien productif et les commentateur ont beau y mettre la forme avec de beaux mots et de belles formules le fond reste niveau maternelle dés que l’ont ce pose cette question ridicule du par qui?

    quand on regarde l’histoire sous l’angle communautaire la mémoire sélective et le relativisme sélectif s’active, la bonne foi trouve ses limites et cela l’insu même des intervenants.

    De plus qu’en effet on connaitre de l’histoire que ce qui en a été rapporté.

    • queteur dit :

      Roer …

      Ai-je utilisé des mots incomprehensibles …?

      J’ai axé mon intervention sur le « par qui » justement afin de ne pas imputer une évènement facheux à une partie plutot qu’à une autre …

      Je ne sais pas, dois-je m’exprimer avec des expressions plus ou plutot moins claires et dans le style du français de rue qui commence à ne plus avoir d’âme …? peut être devrais-je m’exprimer avec des grossiéreté afin d’avoir l’air du temps … … Sachant que le langage est ce qui définit une culture, une civilisation …Comment, à votre avis, pourrions nous définir sa décadence …?

      « Le fond reste niveau maternel » .. Oui, pourquoi pas, faute d’utiliser un langage structuré de beaux mots et de belles formules c’est en effet la seule option qui s’offre …

      Revenons à votre intervention …

      Roer dit : « L’étude de l’histoire pourrai se diviser en Trois questions pourquoi? comment? et par qui?

      Pour moi les deux première questions étant essentiel pour ne pas répéter les erreurs du passé (chose illusoire car l’homme a la mémoire sélective et n’hésite pas a réitérer une erreur pour la centième fois si il estime que cela l’arrange sur le coup, l’histoire le prouve)

      En ce qui concerne le par qui? cette question est tout simplement a proscrire car cela donne les commentaire si dessus(rirabien, queteur,…),du style c’est vous les méchants et c’est nous les gentils et vice vers ça.

      Ce n’est en rien productif et les commentateur ont beau y mettre la forme avec de beaux mots et de belles formules le fond reste niveau maternelle dés que l’ont ce pose cette question ridicule du par qui?

      quand on regarde l’histoire sous l’angle communautaire la mémoire sélective et le relativisme sélectif s’active, la bonne foi trouve ses limites et cela l’insu même des intervenants.

      De plus qu’en effet on connaitre de l’histoire que ce qui en a été rapporté. »

      Fin de citation de Roer.

      Par quoi allons nous commencer .. par l’analyse de ce que vous avez écrit ou par la manière, le style, l’orthographe, la syntaxe utilisé dans cet écrit …?

      En fin de compte, vous vouliez nous faire parvenir quoi comme idée …?

      Bref …

      Donc l’histoire se divise en trois questions : Pourquoi – Comment – Par Qui …

      Pourquoi : est la raison qui a poussé à l’évènement historique … Comment : est la façon dont on s’y prend afin de mettre à exécution notre « plan » pour l’évènement … Par Qui : représente l’acteur directement et INDIRECTEMENT impliqué dans l’évènement … bon tout ça pour faire bref …

      Oui, et alors, c’est une catégorisation de l’étude du fait historique selon vous, est-ce cela l’étude de l’histoire …? ou est-ce le procédé que nous devrions utiliser afin de comprendre les évènements historiques …? Doit-on juste étudier ou doit-on apprendre de l’histoire …? est-ce une activité « littéraire » ou est-ce une activité basé sur la science … l’analyse des faits, des évènements, etc … ?

      Alors, pour ne pas juste me mettre à crtiquer les jugements que vous avez portés sur moi et d’autres, je vous dis seulement que, si vous avez des éclaircissements ou autre à apporter alors faites le, sinon, abstenez vous d’être grossier et, soit dit en passant, soigner un peu votre style d’écriture …

      Cordialement …

  • Michèle dit :

    Merci pour cet article.
    Oui, nous devrions avoir beaucoup de compassion pour ces hommes et ces femmes qui ont beaucoup souffert de l’esclavagisme.

    Je pense que nos ascendants ont tous une part de responsabilité et cela quelque soit leur idéologie politique, religieuse etc… Il faut le reconnaitre et l’accepter c’est cela qui permet une prise de conscience.

    Aux vues des commentaires, j’ai envie de dire qu’avant d’être chrétien ou musulman nous sommes avant tout des êtres humains, et de ce fait nous devrions réagir en tant que tel. Rien n’est parfait, personne n’est parfait. De reconnaître que nos ascendants ont fait une grave erreur en agissant ainsi vis à vis des africains, c’est reconnaître que nous sommes perfectibles.

  • Abdelhafid dit :

    Merci Monsieur je récite la vérité 1400 ans après les faits lol tu te sent crédible?

  • kheich dit :

    en tant que historien j’ai remarqué beaucoup d’erreurs dans cette article surtout au niveau de la chronologie. j’ ai surtout remarqué que vous avez une dent contre l’islam. cette article manque vraiment d’objectivité. je vous suggére de bien revoir vos dates avant « d’attaquer » une civilsation que vous ne connaissez pas à mon avis. « Entre 639 et 642 le général Amr Ibn Al’As, aux ordres des califes omeyyades de Damas, envahit l’Egypte », il faut vous informer car votre date la ne correspond pas à ce que vous voulez dire. en 642, on était dans la califat d’oumar (2eme calife de l’islam) pas des ommeyades. ces erreurs sont nombreuses dans votre article.

    • Cédric dit :

      Kheich, j’ai tenté par cette publication de proposer une critique de l’Islam quant à ses prétentions sur l’esclavage et ses réalisations. Je ne détiens aucune vérité. Je propose une opinion, et j’ouvre le débat, d’où l’intérêt de ce blog. Tu amalgames mon travail à de la haine envers les musulmans, ce qui est absurde quant on sait que la mère de mes enfants est une africaine musulmane et franchement pratiquante. Maintenant tu peux à loisir préjuger de mes convictions, mais je pense que le débat serait plus intéressant si nous discutions sans ressentiment et avec raison.
      En revanche tu as raison de souligner les contradictions historiques auxquelles j’ai été confronté en lisant les livres de N’Diaye, de Herrs et de Chebel. J’ai même recoupé avec d’autres sources pour tenter de relater que ce qui était partagé par tous. Alors le fait que tu sois historien ne garantit en rien ton objectivité (relis l’intro du texte !), mais si tu pouvais me préciser tes sources, je pourrais si elles s’avèraient meilleures que les miennes, corriger les prétendues erreurs provenant des livres que j’ai synthétisés ci-dessus.

  • Quintus dit :

    http://www.youtube.com/watch?v=kgToEJUiGMQ
    L’image que vous utilisez pour illustrer votre article est une escroquerie, ce n’est pas un document authentique d’époque, non c’est une image utilisé à des fins de propagande par des pro-colonialiste, vous exploitez le terme esclave d’une façon, malhonnête, l’esclave comme vous l’entendez battu, humilié, enchainé maltraité et assassiné comme ça été le cas en Amérique, n’a strictement rien à voir, avec le terme esclave utiliser sur les territoires islamisé, qui avait des droits et des devoirs des même, que leur employeur avaient des droits et des devoirs envers eux (logement, nourriture, éducation des enfants etc.). Comme nous aujourd’hui qui somme esclave de nos employeurs (fonctionnaire, Peugeot, Auchan etc.). Vous oubliez aussi de précisé, que les esclaves n’était pas choisis en fonction de leur race, à cette même époque, des millions d’européens était esclave en Afrique du nord. Pour finir, le prophète Mohamed SWS avait condamné fermement la pratique de l’esclave, qui asservissait les hommes.

    • Hé ben super Quintus, je vois que toi aussi tu aimes remettre en question mon honnêteté intellectuelle. Un petit fanatique, un de plus ! Mais je vous aime mes chéris ! A d’autres les intolérances…
      Je te rappelle que je relate dans cet article le travail de trois émérites penseurs. Mais, ta réflexion sortie de je ne sais encore quelle aliénation est sans doute supérieure à toutes ces pages de glose qui invitent plus au débat qu’à l’insulte. Aussi faut-il avoir un minimum d’esprit critique et d’humilité intellectuelle, hum Quintus ?
      Toi tu penses un truc et tu crois direct que c’est la vérité ! Soyons sérieux, et oublie cette arrogance que tous les ignorants aiment à étaler quand ils sont en colère.

      Sinon, à quel moment j’écris que les esclaves étaient choisis en fonction de leur race ????
      Pour ta gouverne je travaille à un texte sur la traite des Slaves et à un autre sur la malediction de Cham. Ca pourrait t’intéresser (Si j’ai bien compris tes deux dernières phrases)… Mais tout ça est complexe et demande du temps de lecture et de réflexion.
      Y en a qui font les perroquets et d’autres qui attendent tels des alligators. Comprenne qui pourra comme dirait mon ami Kemi Seba.

  • Sami dit :

    Le Prophète (sws) à dit : « Je serai l’adversaire de trois catégories de personnes le Jour du Jugement. Et parmi ces trois catégories, il cita celui qui asservit un homme libre, puis le vend et récolte cet argent. » (rapporté par Al-Bukhârî et Ibn Mâjah).

    Très étonné que le Diktacratie, sur la ligne E&R et donc soucieux de réconcilier les uns et les autres, relaye se genre d’article. Je tenais à répondre en tant que musulman :

    Premièrement, je tenais a questionner l’objet et la porté de l’article (quel est ton projet?). Quid de cette volonté systématique, voir systémique de vouloir rejeté sur les autres la responsabilité de crimes horribles comme pour s’en dédouaner au final ?

    De plus, l’auteur ne fait-il pas le jeu de la « pleurniche » institutionnelle ainsi que du « divide et impera » en relayant les travaux d’auteurs partiaux et pour le moins orientés comme Tidiane N’diyae, un temps publié dans « Israël Magazine ». Lequel auteur critiquait, jadis avant de trouver un terreau de recherche anthropologique plus fertile (lucratif ?!), le sort des falachas au sein de l’entité sioniste. De surcroit n’y a t-il pas des « martyrs » plus actuels à dénoncer?!

    Toujours est-il que la probité de ses travaux a été remise en cause par Cahit Gungor, lequel a mis en exergue des problématiques restées sans réponses pour que les faits allégués soient établis. Pour commencer, l’absence d’une présence endémique d’afro-descendant en Arabie (tous castrés soit disant [et là frappé d’un pragmatisme faurissonien j’aurais envie de vous dire, castré 14 million d’individus d’un point de vu matériel ?! Ou sont les charniers de couilles ?!]). Et surtout le postulat racialiste complément absent dans le corpus islamique, j’en veux pour preuve ces quelques sources :

    Le sermon du Messager d’Allah durant les trois jours de « Tachrîq » :
    « Ô gens ! Sachez que votre Seigneur est Unique et que votre père est unique.
    Sachez qu’il n’y a aucune différence entre un arabe et un non arabe.
    Il n’y a pas de différence non plus entre un blanc et un noir, si ce n’est par la piété.
    Ai-je bien transmis le message ?
    – le Messager d’Allah a bien transmis le message, ont-ils répondu. ».

    ou encore :

    « Allah ne regarde pas vos apparences et vos biens, mais Il regarde vos cœurs et vos actes. »
    [L’Authentique de Mouslim [(2564)- 34] .
    Et pour finir le verset coranique suivant (compris de façons identique par toutes les écoles) :
    « Ô gens ! Nous vous avons créés à partir d’un mâle et d’une femelle, et Nous avons fait de vous des peuples et des tribus afin de vous connaître les uns les autres. Certes, le plus honoré d’entre vous auprès d’Allah, c’est le plus pieux. Allah est certes Savant et Avisé » [Les appartements ; 13].

    Cordialement, et Dieu est plus savant.

    • Sami, la question que je pose, au delà de toutes pleurnicheries, c’est : la réconciliation doit-elle passer impérativement par la religion ? Nous avons écrit de nombreux textes proposant des pistes de réponse… Le débat est ouvert. La tolérance est de mise, et pas qu’en parole…
      Aussi nous distinguons clairement ce qu’il y a d’écrit dans le Coran et ce qui a été fait par certains musulmans ? Mon texte n’est pas une exégèse du livre Saint, mais une condamnation de quelques-uns de ces dévots…

      • Mon texte n’est pas une exégèse du livre Saint, mais une condamnation de quelques-uns de ces dévots…
        Pourtant tu écrivait plus haut:
        Mon propos du jour est la traite arabo musulmane. Elle m’est utile pour faire une critique relative de l’Islam!

        Avoue que ta façon de faire est pour le moins suspecte ;)

        • Une critique de l’Islam en rapport à cette traite…donc une critique de ceux qui agissent au nom du livre Saint et qui n’ont pas hésité à participer à l’odieux trafic… Où suis-je suspect ? Et suspect de quoi ?

    • amine dit :

      Merci Sami, c est ce que j avais envie de répondre aussi, surtout les citations du coran et des paroles du prophète. L islam a aboli l esclavage il y a 14 siècles, coran et paroles du prophète à l appui, cela n empêche pas que certains musulmans se soient égarés du droit chemin par rapport à cette question, mais dans les textes, il n y a aucune ambiguïté, l islam à nterdit depuis le début, c est à dire il y a 14 siècles, toute discrimination raciale.

  • queteur dit :

    Je vois que le débat est passionné …

    Oui, il est vrai que, en ces temps où l’avancée en terme de moyens n’a pas été suivie par une avancée notable dans notre façon de penser, beaucoup de sujets restent sensibles et peinent à être abordés.

    L’auteur de l’article a tenu à nous dévoiler une facette qu’il a considéré comme devant être débattue … oui, pourquoi pas, y’a t’il un sujet qui ne doit pas l’être dans ce monde …? Ne sommes nous pas, en tant qu’être humains, curieux et toujours en quête de vérité et de savoir …?

    La pire des choses qui caractérie l’ère dans laquelle nous vivons est, à mon avis, malheureusement ces idées préconçues sur lesquelles on refuse d’avoir un oeil critique …

    Les livres saints ne sont saints que pour les personnes qui y croient, pour les autres, cela reste du domaine du criticable, on ne peut négliger le fait qu’il y’ai des personnes qui ne partagent pas notre foi et, de plus, en ont une carrément différente de la notre …

    Nous tous, peuple de la terre, avons hérité une foi que nous préservons envers et contre tous, mais hérité ne rime pas forcément avec comprehension … A voir les égarés de tout bord .. chrétiens, musulmans, juifs, sectes et même athés, il apparait clairement que les extrémismes ne sont pas la particularités d’une religion ou d’un dogme plutot qu’un autre …

    L’extrémisme survient, à mon avis, lorqu’une partie considère qu’elle DETIENT la vérité ! et à partir de là, tous ce qui n’est pas conforme à cette vision n’a pas lieu d’être et doit être combattu et DETRUIT !

    Personne ne détient la vérité … nous pouvons la connaitre, en avoir eu connaissance, la distinguer mais en aucun cas la posséder !

    Afin d’évoluer dans un monde viable, il est nécessaire que nous prenions conscience que la seule option qui s’offre à nous est la TOLERANCE. Sans elle, nous ne ferons que sombrer …

    A quoi cela sert t’il d’avoir un cerveau si on n’utilise pas ses capacités …?

    Réflechissons, analysons, faisons l’effort de nous comprendre et de comprendre l’autre et, j’en suis convaincu, nous arriverons, un jour, à pouvoir vivre ensemble car, après tout, nous partageons tous cette terre et je ne vois pas pourquoi ce doit être un groupe plutot qu’un autre qui devrait avoir le pouvoir sur la majorité …

    Après des milliers d’années d’évolution sur le plan de la pensée, je pense que l’Homme est arrivé au point où il peut se poser les bonnes questions et y apporter les bonnes réponses …

  • dakeyras dit :

    Depuis quand les assassins sont allés en Afrique Noire ? Afrique du Nord, Egypte en particulier mais sur le net on ne trouve nul article qui évoque l’Afrique Noire et l’esclavage ainsi que des punitions sur les populations convertiers. Ensuite, le Coran ne parle jamais des hommes « noirs » comme étant des sous-hommes et si des musulmans ont considérés les noirs comme des sous-hommes, il s’agissait de philosophes ou historien comme Ibn Khaldun…ou de mécréants non respectueux du Coran qui fait justement la part belle à une des plus grosses vertus de l’Islam à savoir  » Libérer des esclaves « .
    Il ne faut pas confondre l’esclavagisme religieux et l’esclavagisme tout court. Les arabes sont responsables de l’esclavagisme à une certaine époque mais les « musulmans ». C’est comme si on disait que c’était les chrétiens qui étaient responsables de l’esclavage des Noirs alors que c’était la politique et l’industrie naissante qui en était responsable.

    • Dakeyras, pour écrire cet abrégé, je ne me suis pas servi du net, qui est un outil prétendant tout et n’importe quoi, et dont on perd beaucoup trop de temps à faire la part des choses. J’ai donc lu, plume à la main, différentes « thèses », rédigées par des érudits ayant travailler des années sur ce sujet apparemment tabou pour de nombreux musulmans. Ces essayistes de renom, je les ai référés au début de mon papier. Je me suis donc limité à relayer leurs travaux en ajoutant quelques réflexions personnelles. D’ailleurs ce n’est jamais sur ces dernières que vous m’incendiez, amis musulmans, mais plus sur les faits énoncés dans leurs livres…faits, je me répète, que j’ai simplement synthétisés ci-dessus.
      Aussi il est franchement malhonnête de me condamner pour des choses que je n’ai écrites nulle part, car cela sabote la possibilité d’un sain débat sur la question. Où ai-je écrit, par exemple, que « le Coran parlait des hommes « noirs » comme étant des sous-hommes » ?????? Les nombreuses évocations de l’esclavage dans le Livre Saint (sourate XXX,27 ; XVI,714 ; II,177- 178 ; XLVII,4-5, IXC,10-18 ; IX,60, XXIV,31-32-33, V,91 ; LVIII,4-5, IV,94-95 ; II,221 ; IV,24-25-33, XXVI-75 ; XXXIII,49-50-52-55 ; XXIII,1-7) ne parlent jamais de race, et à aucun moment ma réflexion ne se base sur ce mensonge. Je n’ai relevé que quelques citations de certains érudits musulmans , qui ne sont malheureusement pour la plupart encore non condamnés par l’Histoire !

      J’aurais pu parler aussi de comment les Musulmans ont utilisé « la malediction de Cham » pour justifier leur trafic ciblé… mais c’est un autre sujet, encore plus délicat, qui fera l’objet, sans doute, d’un nouveau texte dans les prochains mois.

      Sinon, tu écris que « l’une des plus grosses vertus de l’Islam c’est de » Libérer des esclaves « . Ben oui certes, mais en théorie, car en pratique, l’Histoire témoigne du contraire. Et pour moi seuls les faits et les actes comptent. On n’a bien vu, par ailleurs, comment « l’amour du prochain » biblique a engendrer des guerres et détruit des civilisations ! Maintenant tu peux nier le réel et te limiter à l’idéal de ta foi, mais ainsi, le monde ne changera pas, et tu trouveras toujours une justification à la souffrance de ceux qui auraient peut-être pu l’éviter.

      Encore une fois, je ne fais pas l’exégèse du Coran, je ne commente pas la vie du prophète -et je suis fatigué de le répéter à tous ces dévots qui ont lu un peu trop rapidement mon texte -, j’invite juste à réfléchir sur les actes de nombreux musulmans (religion commune aux esclvagistes venant de Turquie, d’Arabie, de Perse, de Tunisie ou d’Egypte, et religion qui a toléré sur plusieurs siècles, malgré ses prétentions, un commerce inhumain…). Ces musulmans sont pour le coup condamnables au regard des dégâts qu’ils ont fait dans les civilisations africaines.
      Aucune parole ne sauvera ce crime, aucune négation ne l’effacera, voilà tout.

    • Pour ce qui concerne la « Secte des Assassins », je sais que cette nébuleuse a vu le jour en 1060 en Perse, à l’initiative de Hasan Ibn Al Sabah. Ils ont d’abord opéré en Perse, en Turquie, puis en Occident avant de gagner l’Afrique du Nord en infiltrant des mouvements comme celui des Toubena. Autoproclamés « bons musulmans », ils partirent à l’assaut de sénégalais dont ils qualifiaient les habitants de « mauvais habitants ».

  • dakeyras dit :

    Ce n’est pas parce que des états musulmans pratiquaient l’esclavage que l’islam en faisait l’apologie ou que les gens du peuple y adhéraient mais au bont de plusieurs générations cela devient une norme…

    A l’époque de l’esclave par l’occident la France était chrétienne…Doit-on pour autant parler de traite chrétienne ?

    wikipédia :

    En effet, l’un des premiers affranchis (zinj), prénommé Bilal fut libéré par le prophète, qui l’acheta à son maître. Il fut ensuite nommé à la tâche de l’appel à la prière muezzin. Les docteurs et les sages musulmans ont souvent encouragé les affranchissements. Une part du budget de l’État est réservée pour l’émancipation systématique des esclaves : (Cor. IX, Le repentir : 60) : « Les Sadaqats (dons non obligatoires, par opposition à l’impôt-aumône obligatoire=Zakat) ne sont destinés que pour les pauvres, les indigents, ceux qui y travaillent, ceux dont les cœurs sont à gagner à l’islam, l’affranchissement des jougs, ceux qui sont lourdement endettés, dans le sentier de Dieu, et pour le voyageur en détresse. C’est un décret de Dieu ! Et Dieu est Omniscient et Sage. »15 Les citoyens musulmans sont invités par le Coran à affranchir eux-mêmes les esclaves, un acte considéré comme très méritoire16(Cor. II, 177) : « L’homme bon est celui qui… pour l’amour de Dieu, donne son bien à ses proches, aux orphelins, aux pauvres, au voyageur, aux mendiants, et pour le rachat des captifs. »

  • dakeyras dit :

    Qu’on pense , l’esclavage a existé et existe encore sous de multiples formes mais depuis longtemps il est mal vu…Alors qu’être esclave n’a pas toujours signifié  » être enchainé ». Sous certaines régimes, les esclavages étaient très bien traités , avaient des droits etc…. En réalité, ces premiers esclaves de l’histoire étaient les immigrés d’aujourd’hui , non naturalisés : ils n’avaient donc pas les mêmes droits mais ils pouvaient vivre, habiter, travailler sur la terre qui les accueillaient….

    On voit l’esclavage comme la fameuse Traite des Noirs et son Code mais il n’en a pas toujours été ainsi.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Chronologie_de_l%27esclavage

    Voyez cette chroologie…c’est à partir de 1600 que ça part bien en vrille pour les noirs mais avant, même dans l’antiquité, on voit des hommes qui se sont battus pour les esclaves, pour leurs droits etc…Marc Aurèle, Sénéque, Mahomet etc….

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Traite_arabe

  • dakeyras dit :

    Qu’on le veuille ou non, l’esclavage est à la source de toute grande civilisation et sans esclavage il n’y aura pas eu d’aussi grandes évolutions chez les Grecs, Romains, égyptiens, arabes etc…Chaque peuple fut esclave d’un autre à un moment donné de l’histoire et inverse plus tard : l’esclave devint par la suite esclavagiste. Les esclavagistes étaient les peuples guerriers et en soumettant les tribus nomades ou sédentaires et en les faisant travailler , ces peuples guerriers ont réussis à grandir, à satisfaire leurs envies et à focaliser leurs élites intellectuelles, scientifiques etc…dans la recherche et dans l’art. L’esclavage est un des piliers du développement de l’humanité : un exemple tout bête : sans l’esclavage des animaux (ce qu’on appelle l’élevage) nous n’aurions pas le monde que l’on a actuellement, on ne nourrirait pas autant de monde etc….
    Toute forme d’asservissement permet le repos des élites et leur focalisation sur les tâches « intellectuelles » plutôt que les travaux liés à la survie (agriculture, chasse).

    Depuis la nuit des temps les élites se servent du peuple c’est un fait. Et les seuls formes de société sans esclaves sont les tribus. Le tribalisme (et le nomadisme) c’est le seul mode de vie qui permet une vraie paix.

  • dakeyras dit :

    Merci pour ta réponse mais citer Chebel comme un érudit me fait tout de même rire.
    Ton article se base sur des travaux d’érudits mais tu ne donnes pas ton point de vue personnel et tu ne fais que synthétiser les écrits d’érudits proches de la pensée que tu désires véhiculer dans ton article. Tu ne cites que trois personnes alors qu’il existe bien plus d’érudits que cela. Pourquoi n’écris-tu pas un article plus objectif en citant des contradicteurs de ces historiens et philosophes ?

    Pourquoi ne citer que des contemporains ?

    Internet est une mine d’or on trouve tout et c’est plutôt rare de lire une livre d’histoire qui contient des détails introuvables sur le net. Or sur le net, je ne trouve pas de rapport en Assassins et Sénégalais….

    Pourquoi ne parles-tu pas du livre Traite négrière d’Olivier Petré Grenouilleau ?

    Semble t-il que les Arabes n’allaient pas en Afrique Noire et que c’était les Berbères convertis caravaniers qui étaient chargés d’aller prendre des Noirs pour les ramener ensuite en Égypte afin de les donner aux Arabes…. Ce qui ne change rien au fait que les Arabes ont bien été esclavagistes nous sommes d’accord mais un détail tout même : les assassins n’ont jamais mis les pieds au Sénégal.

    Ensuite, les guerres au nom de la la religion ne doivent pas faire passer ne religion pour ce qu’elle n’est pas. Les faits historiques montrent qu’au nom de Jésus , des hommes ont tués, certes, mais Jésus n’a jamais dit de faire ça ! Et aussi faut-il remettre une chose au point :

    Ce n’est jamais « le peuple » d’un pays qui désire se battre au nom d’une idéologie mais les élites seulement. Le peuple, à cette époque, était à 80% une masse paysanne qui n’avait certainement pas le temps ni l’envie de faire 4000 km à cheval pour tuer des Sarrasins donc guerre de religion = une volonté d’élite au nom de la thune, des profits, du commerce donc de l’économie et d’une expansion territoriale sous couvert d’une excuse religieuse afin de flatter l’Eglise et de faire croire au peuple que l’armée va se battre pour le Bien et la Morale.

    Je ne pense pas que les gens aimaient voir leurs enfants , maris, frères, pères partir vers une mort certaine et tout ça au nom de la paix divine.

    Les idéologies ne sont responsables de rien. C’est une manipulation pour camoufler les vraies motivations….

    • Pour Chebel je suis relativement d’accord avec toi. C’est en effet celui que j’ai le moins utilisé, mais son travail est tout de même conséquent, il ne se contente pas de commenter wikipédia.
      Maintenant je t’invite à lire N’Diaye et Herrs, tu y trouveras matière à réfléchir.
      Tu écris, par ailleurs, que je ne cite que des contemporains, c’est vraiment avoir mal lu mon papier !! Tu ne veux voir que ce que tu as envie de voir… Mon travail est à lire avec raison et non avec sa foi et son coeur, sinon, forcément, on ne débat qu’avec ressentiment et arrogance. Et on perd notre temps dans une querelle de coqs spirituels…C’est absurde !

      Internet n’est en rien une mine d’or, il donne des pistes par delà toutes les propagandes certes, mais après il faut travailler de soi-même, ça prend du temps et nécessite quelques sacrifices : il faut donc lire des livres, réfléchir et discuter… A lui tout seul le livre N’diaye vaut tous les wikis du monde. Ha, mais aussi faut-il avoir l’envie de mettre son nez là où ça fait mal…

      Où as-tu lu que les Arabes ne sont pas descendus en Afrique Noire et qu’ils ont confié le sale boulot aux Berbères??? Mais c’est quoi tes sources ??? J’ai une vaste bibliographie d’intellectuels musulmans, qui te démontrera le contraire, mais toi, non, tu persistes et signes : parce que sur internet tu ne trouves aucune trace des « Assassins » au Sénégal, tu prétends que je raconte n’importe quoi ! Ca en devient insultant. Oublie ton net et plonge toi dans les livres que j’ai cités ! Après, ok, tu peux remettre en cause leur probité, mais avant cela, il faut que tu te renseignes sérieusement ! Si tu avais lu les livres de Petré Grenouilleau, par exemple, tu aurais considérer les faits exposés ci-dessus autrement. Le problème quand même c’est que ce fonctionnaire a rédigé ses thèses, à la demande de notre Etat encore tout auréolé de colonialisme, et qui voulait se dédouaner un maximum des torts que les français et autres Occidentaux avaient commis lors de la traite… Déjà, je t’invite à lire cette somme (c’est long, très long…et à vomir), mais surtout à lire Sala Mollins, Taubner et Verschave, tu comprendras un peu plus où il voulait en venir le petit saligaud de Petré. Mais je m’égare et m’emporte…Vraiment lis ça, tu verras les splendeurs de la propagande. Et tu comprendras pourquoi je ne les ai pas utilisées dans mon article.

      Enfin tu écris que je ne donne pas mon point de vue personnel. Là aussi, je ne comprends pas pourquoi tu affirmes cela ? Dans quel but ? La moitié de l’article est une réflexion singulière tirée des faits extraits des livres référencés ci-dessus.
      Ce qui te dérange c’est que c’est la réflexion d’un athée radical, qui ne juge que les actes – et donc les crimes – et jamais les belles paroles -ou mensonges -, et qui revendique un pouvoir égalitaire total en conséquence. Ca n’est pas compatible avec ton logiciel spirituel appparemment. Encore une marque d’intolérance, non ?
      Dans le fond, c’est ce qui me chagrine le plus, car il révèle encore une fois que les hommes n’ont que faire de la liberté et l’égalité si elles ne sont pas à leur avantage.

      • queteur dit :

        Cedric …

        L’important est dans les réflexions que tu nous présentent et jusqu’à quel point tes articles sont documentés afin de conforter tes analyses …

        Je suis entièrement d’accord que l’internet est une bonne source mais pas la meilleure … Rien ne surpassera le document … internet est surtout, à mon avis, un moyen de combler des lacunes jusqu’à une certaine mesure car, là aussi, la véracité de tout ce qui y est colporté n’est pas implicite …

        Je perçois le net, pour ma part, comme une plateforme d’échange d’idées plus qu’une ressource documentaire, car, le plus important dans cet outil qu’est l’internet, c’est de pouvoir échanger avec des personnes qu’on ne peut rencontrer pour différentes raisons dont la plus importante, à mon avis, est l’éloignement géographique.

        Rien ne vaut le « live » car, derrière nos écrans, les règles les plus élémentaires de la communications ne sont pas mises en pratique dont la plus importante qui est de voir la réaction de notre ou nos interlocuteurs …

        Il est certains que si nous choisissons de ne discuter qu’avec des personnes qui partagent nos points de vues ou nos crayances ou autre, la marge d’évolution sera plutot « réduite » puisque aucun réflexion ou idée émise ne pourra faire l’objet d’une critique/débat …

        De plus, nous sommes à l’ère de l’universalisme avec tout ce que cela comporte et implique. Se cantonner à un dogme ou à une philosophie ou a des idées précises et balisées ne saurait être constructif puisque menant inexorablement à l’exclusion de tout ce qui n’est pas conforme à notre vision …

        Donc, je pense que nous devrions trouver les élément fédérateurs d’abord, le reste ne constitue qu’une manière de débattre sur les moyens et la voie que nous aspirons à suivre …

        • guerre des chiffres dit :

          Il faut faire attention avec ces chiffres donnés dans cet article, il n’y a jamais eu 15 à 20 millions d’esclaves noirs dans le monde « arabo-musulman ».
          Tidiane n’diaye et jacques heers ne sont pas des experts du sujet (ils compilent des données qui n’ont jamais été validées et déforment l’histoire), on en est très loin, on est même dans une sorte de pleurniche.
          Les chiffres données notamment dans le livre de grenouilleau viennent principalement de ralph austen et patrick manning.
          On a eu droit à une guerre des chiffres aux états-unis, et les chiffres des traites transsahariennes et orientales ont été gonflés.
          En général, les chiffres les plus élevés pour la traite en Afrique et en orient vont de 8 millions à 11/12 millions en 13 siècles.
          Les hypothèses moyennes sont plus proche des 4/5 millions.

          Ralph austen qui avait donné le chiffre de 14 millions, puis 17 millions, est passé à un peu plus de 11 millions et demi pour les deux traites (là aussi il est toujours critiqué, il n’a jamais rien justifié).
          Pourtant grenouilleau au lieu de reprendre le chiffre de 11 millions a repris celui de 17 millions, ce type est bien un propagandiste.

          Ralph austen avance que pour la traite orientale (swahilis, arabes, perses, océan indien…) on a 3100 esclaves échangés entre 650 et 1920.
          Pour la traite transsaharienne on a quasiment le double qui est échangé entre les différents acteurs (pays du soudan, afrique de l’est, sahara, pays d’afrique du nord et orientaux).
          Serge daget utilise les même données et propose le chiffre de 11.68 millions d’esclaves échangés en 13 siècles.
          Patrick manning qui avait lui aussi donné le chiffre de 12 millions est descendu à 3 millions.
          Il y a eu une intensification des échanges d’esclaves vers les côtes d’afrique de l’est à partir du 16ème/17ème siècle, l’apogée a été la période zanzibar et Pemba vers la fin du 19ème siècle.

          Pour la traite européenne les chiffres peuvent monter très haut en 4 siècles, juste pour la traite transatlantique (les esclaves embarqués sur les bateaux et arrivés en amérique) on a entre 12.5 millions et 16 millions de déportés.
          Les travaux les plus récents effectués par deux universités (Cambridge puis emory) donnent le chiffre de 12 521 336 esclaves embarqués et 10 702 656 arrivés.
          Ces chiffres ne sont pas complets, il y a des archives manquantes, de plus il faudrait aussi étudier plus en détail les esclaves noirs utilisés en afrique, en europe, dans les archipels et la traite dans l’océan indien.

          Aussi, au dessus j’ai vu un commentaire où il est écrit que les algériens auraient mis en esclavage 2 millions d’européens.
          Il faut se calmer, le chiffre le plus élevé pour l’ensemble des captifs détenus dans les états barbaresques a été donné par robert c. davis, il donne des chiffres compris entre 1.2 et 1.5 millions.
          Ces chiffres ne se basent sur rien à par des calculs mathématiques très tordus.
          Tout ce qu’il fait c’est appliquer des multiplications en se basant sur les chiffres les plus élevés données par des prêtres en mission en afrique du nord durant le 16ème siècle, et appliquer ces calculs pour une large période.
          Aussi, il se base sur le nombre de galères détenus par les raïs pour déterminer le nombre de captifs, c’est une blague, dans ce cas on peut faire la même chose avec les états européens et là le nombre de captifs musulmans en europe explose.
          Le pic au niveau du nombre d’esclaves-captifs a été la période comprise entre le 16ème siècle et la première moitié du 17ème siècle, durant cette période les espagnols et les italiens surtout ont perdu beaucoup de batailles au Maghreb (contre les régences, les ottomans et les saadiens).
          Le chiffre le plus élevé a été donné par le père pierre danfait qui parlait de 25000 captifs à alger vers la fin du 16ème siècle (il n’a pas eu la possibilité de les compter, le chiffre donné est faux, beaucoup d’autres témoins parlent de beaucoup moins de captifs).
          Le chiffre donné par robert c. davis peut être largement divisé, aussi on ne parle jamais des musulmans (principalement maghrébins, turcs, arabes du levantin…) qui étaient eux aussi capturés par des chrétiens sur terre ou sur mer.
          Des musulmans étaient détenus en esclavage dans les états italiens, chez les anglais, venise, gênes, malte, naples, cadix, valence, marseille, toulon, toscane etc…
          Il n’y a pas eu de traite, mais une période de guerres maritime (batailles et courses + piraterie) qui faisaient des victimes des deux côtés.

          • fouineur dit :

            En gros vous minimisez la traite musulmane au motif que les chiffres seraient exagérés, tout en reconnaissant que les esclaves se comptaient par millions. Je ne comprends pas trop ce sophisme qui consiste à minimiser la souffrance humaine en s’appuyant sur de telles considérations chiffrées. Le fait est que cet esclavagisme là a bel et bien existé, qu’il est toujours plus ou moins en vigueur – sous une forme détournée – dans la péninsule arabique ou les cas de maltraitance de travailleuses et de travailleurs immigrés sont fréquents (travail forcé, conditions de travail dégradantes), et que le propos de l’auteur de l’article est clairement et sans ambiguïté aucune – non pas de minimiser l’esclavagisme occidental – mais de rétablir un équilibre en dénonçant – aussi – l’esclavagisme pratiqué dans les pays arabo-musulmans (qui, n’en déplaise aux auteurs de certains commentaires, est tout à fait hallal, on peut bien sûr trouver des sourates du Coran approuvant et encourageant la capture d’esclaves, c’est le principe des razzias, voir les références dans le Coran ici : http://www.thereligionofpeace.com/french/Quran/015-slavery.htm ).

  • Jean marie dit :

    Un texte intéressant que devrait lire mme taubira! C’est de l’histoire pas du politiquement correct! Il y a des commentaires scandaleux d’ignorants mais bon passons ! Rappelons que les français ont « attaque » l’Algérie car des pirates dépouillaient nos bateaux et persécutaient notamment des « occidentaux »! Qu’a construit l’empire ottoman : rien ! Comparez avec la france !

  • lerebel dit :

    Puree un blog anti musulman de plus,dikatcratie????? c’est etrange comme ca sonne faux alors que le monde entier connais les esclavagistes juifs,americain et occidentaux et vous osez parler de la seule religion du seul prophete(salla ALLAHv3alaihi wa sellama) qui achetait les esclaves pour les affranchir;relisez ou revisez vos cours ou si vous faite partie de cette categorie de gens qui veulent changer l’histoire en faisant croire que les juifs n’etaient pas esclaves des pharaons,ce n’est pas la peine de reviser,restez comme ca vous etes top

  • fouineur dit :

    J’aimerais que quelqu’un m’explique comment en 110 ans (622 l’Hegire – 732 Poitiers), l’islam à réussi à s’étendre de la péninsule arabique jusqu’à l’Europe, en passant par le Mashrek puis le Maghreb ? J’imagine qu’en ces temps reculés la préoccupation principale des populations était la survie au jour le jour. Aussi, comment les musulmans ont – ils fait pour convertir les populations rencontrées sur leur parcours, sur de si grandes distances et un temps historique relativement court. Si quelqu’un peut m’éclairer …

Réagissez à cet article :