Les Indignés lisent-ils Machiavel ?

Les Indignés lisent-ils Machiavel ?

le 05 octobre, 2014 dans Lecture du dimanche par

Dieu m’est témoin que je suis pas ami des pandores et des schmitts, mais quand je vois les Indignés sur les places européennes, je suis saisi par des envies de prendre la tête d’une section de bleus pour donner l’assaut sur toute cette bande de joueurs de djembé en dreadlocks, bracelets brésiliens, tongs et pantalons de lin. Ces demi-sel sont « indignés »… La pire des erreurs, en politique, c’est l’indignation. Comme s’il fallait être digne pour faire de la politique ! avoir des retenues morale et des égards ! Tous ces grands couillons nettoient les places où ils manifesté (parole d’honneur : je l’ai vu) ; dans les AG, ils applaudissent sans battre les mains pour pas déranger le voisinage (itou) ; et, sommet de l’abjection morale, ils ont des commissions de respect (sic) pour interdire les bières dans leur campement (les ordures !) Tous ces grands dépendeurs d’andouilles végétariens et asexués feraient mieux de relire Machiavel. Ils apprendraient que la politique est le règne de la force et que quiconque refuse l’exercice de la violence a déjà perdu le combat. Quiconque s’indigne de l’exercice de la violence, chez l’ennemi ou chez soi, celui-là laisse faire l’ennemi. Ils pourraient au moins se souvenir par exemple de Gandhi donnant l’illusion d’être pacifiste par-devant. Mais c’était pour mieux endauffer la couronne britannique par-derrière, car ses grèves mettaient à genoux l’industrie textile. Si ce n’est pas une violence déguisée, ça, que de taper au lazingue des patrons !… Gandhi ? Derrière son sourire marloupin de pseudo-pacifiste, Gandhi fut le premier skinhead…

S’ils m’écoutaient, les Indignés, peut-être ils achèteraient des pistolets à grenaille, avant d’occuper les places et d’attendre gentiment que les matraques des bourres leur défrisent leur dreadlocks. Une réplique de Beretta, un 92F noir, tu la trouves à cent euros sur internet. Ensuite, ils se foutraient un coup de perceuse dans le canon pour faire sauter la chicane et débrider le flingot. Et à la place d’acheter des cartouches de petits plombs pour effrayer les piafs, ils pourraient en mettre des vraies. Pas du 9 mm, ça ferait sauter le fut et la main avec, mais un calibre plus petit, du 7.65. Balancée dans le canon, la balle doit se sentir un peu comme une bite de teckel au cul d’un dogue allemand. Mais au moins, quand la charge explose, y a peu de gaz qui s’échappe sur les côtés. La pression se fout dans tout le canon, et ça limite les chances de finir manchot.

Enfin bon, ce que j’en dis, moi… Qu’ils commencent déjà par lire Machiavel, les Indignés, ça les lavera de leur indignation, et ça les purgera de leur excès de moraline… Après, ils prendront peut-être d’assaut les commissariats, videront les râteliers de leur dotation en fusils à pompe et monteront sur le parlement. Mais qu’ils commencent déjà par lire Machiavel, les Indignés, que ça les dépucelle des bons sentiments… »

Alain Guyard (33 leçons de philosophie par et pour les mauvais garçons)

Partager

14 Commentaries

  • willbear dit :

    Oups, il a l´air vraiment indigné le mec la!

  • tristan dit :

    D’une grande constructivité cet article ! Est-ce que l’auteur s’est au moins donné la peine de suivre Lui-MEME les conseils qu’il donne ? A-t-il lui même acheté un ou deux flingue et tenté de prendre d’assaut un commissariat par exemple ?
    Et a-t-il prit la peine de se demander à quoi le mouvement des indignés pouvait bien servir ? Quel était son but, en somme ?
    De mon point de vu, ce mouvement n’est pas fait pour renverser le pouvoir en place en tuant un ou deux flics (processus voué à l’échec puisqu’aucun citoyen, ni groupe de citoyen, ne pourra jamais faire face aux hordes de CRS, ni aux fusils, ni aux chars d’assaut de notre armée, mais bon passons…), mais pour éveiller les consciences du plus grand nombre tout en essayant de mettre en place de nouvelles façon de penser et d’agir. Si cela semble avoir échappé à l’auteur, peut-être est-ce parce qu’il a, comme la plupart des gens, pris un maximum de 2 minutes de sa vie pour s’intéresser au sujet, et que, comme la plupart des gens, il se croit bien plus intelligent que des dreadeux capables de dormir dehors par conviction politique.

    • Tristan, ce texte est surtout un clin d’oeil à la philosophie de Machiavel. Parce qu’il faut lire Machiavel !
      Nous avons souvent écrit sur les Indignés, et je t’invite à lire ce texte de Kelly en particulier pour que tu puisses proposer un débat conséquent sur le sujet :
      http://diktacratie.com/la-democratie-ne-tient-plus-qua-un-fil/

    • Y a celui-ci aussi que tu pourrais lire sur le sujet : http://diktacratie.com/reves-droits-et-devoirs/

      Je ne sais pas si cela va te plaire mais bon, nous on les connait bien ces Indignés, et ils font plus de mal que de bien en définitive…

      • Tristan dit :

        en quoi font-ils plus de bien que de mal ?
        et pourquoi FAUTDRAIT-IL lire machiavel ?

        • Tristan, pour la réponse à ta première question, je t’invite tout simplement à lire les deux textes proposés ci-dessus !
          Pour la seconde, parce qu’un auteur politique qui est compréhensible par le plus grand nombre quatre siècles après sa mort, possède à coup sûr toute la sagesse nécessaire à la mise en place d’un régime politique profitable au plus grand nombre….

          • DTC dit :

            Machiavel compréhensible par le plus grand nombre ? Pardon, mais d’où tiens-tu cette information mon grand ? De plus, profitable au plus grand nombre, mais sais-tu réellement de quoi tu parles ? Lis plutôt les Protocoles des sages de Sion que l’on dit plagié du Dialogue aux enfers entre Machiavel et Montesquieu, convenablement détruit pendant la 1ère guerre mondiale pour ne pas pouvoir en faire la comparaison, et dis-moi qu’il s’agisse bien du plus grand nombre dont on parle…

            Vous condamnez le pacifisme, mais quand comprendrez-vous enfin que la haine attise la haine ? Cet article se moque du respect, et tout le monde l’applaudit, quand vous rendrez vous compte que c’est bien ce genre de faiblesse d’esprit et d’individualisme qui nous ronge jusqu’à la moelle.

            « Comme s’il fallait être digne pour faire de la politique ! avoir des retenues morale et des égards ! Tous ces grands couillons nettoient les places où ils manifesté (parole d’honneur : je l’ai vu) »
            Ouais, c’est vrai, t’as raison, ils ont trop nocifs ces indignés dis-donc, ils respectent autruis et la ville, mais visiblement, c’est pas réellement ce que l’on cherche dans la société de nos jours… Hein, tu fais certainement partis de ces abrutis finis qui disent qu’ils créent de l’emploi en polluant, non ?! J’aimerais réellement bien que tu développes un peu plus au lieu de cracher ton vénin gratos, parce que ça sonne vachement creux ton histoire…

            « Ils apprendraient que la politique est le règne de la force et que quiconque refuse l’exercice de la violence a déjà perdu le combat ». Faux, si tu lis le manifeste des indignés avant d’ouvrir ta grande gueule, tu lirais ceci :

            -Les citoyens sont les engrenages d’une machine destinée à enrichir cette minorité qui se moque de nos besoins. Nous sommes anonymes mais sans nous, rien de cela n’existerait, car nous faisons fonctionner le monde.

            – Si en tant que société nous apprenons à ne pas confier notre avenir à une rentabilité économique abstraite où la majorité ne bénéficie pas de ses avantages, nous pourrons supprimer les abus que nous endurons.

            Nous avons besoin d’une révolution éthique. Plutôt que de mettre l’argent avant les êtres humains, il faut le mettre à notre service. Nous sommes des personnes, pas des objets. Je ne suis pas le produit de ce que j’achète, pourquoi je l’achète ou à qui je l’achète.

            A comprendre que pour éteindre un feu il suffit d’arrêter de le nourrir… Pas besoin de force, juste de réaliser que l’on a pas plus de pouvoir sur toi que celui que tu veux bien concéder…

            Commencez par réfléchir par vous même, peut-être vous indignez-vous un jour, le pire étant que vous vous indignerez contre vous-même en premier lieu.

            Article inutile, écrit par un vieux frustré, fanatique d’armes à feu, cela en dit long, tu détales davantages ta connaissance des armes et munitions que tes arguments, mais steuplé quoi ! Rentre chez ta mère…

    • Rob Binnet dit :

      tristan,DTC,
      Vous aurez sans doute finalement compris que le ton est celui de l’humour, moi perso je suis plutôt pacifiste et pas trop machiavel (seulement pour la stratégie quand c’est nécessaire) mais ça m’a fait bien rire. Je suis plutôt du même avis que l’auteur (pas sur le faite d’utiliser de la violence physique) mais sur la nécessité d’opter pour une attitude révolutionnaire. Révolution des consciences, c’est bien beau, mais bon dieu, les rouages du système, on les connait et on sait qu’il fait les faire sauter (ou au moins vachement évoluer). Les révoltés du printemps ont le droit de faire tomber leur petit gouvernement de marionnette mais surtout il ne font pas s’en prendre à l’Europe, à l’OTAN, au système bancaire ou autres et surtout éviter toute confrontation avec les forces de l’ordre. Y en a qui dirait que c’est le système qui encadre le mouvement pour éviter de faire péter les fusibles dans un contexte social vachement chaud …qu’on les croirait. Et l’idée d’une révolution individuelle par un changement des mentalité, perso, je n’y croit pas et en plus c’est quelque chose de très culpabilisant, très pression sociale et qui a très peu de chance d’aboutir en plus. Si on veut changer les choses, c’est par une révolution collective qui passe par la remise en question des institutions et des mécanismes, une indignation générale ne peut rien changer si elle en reste là.

  • Sylvie dit :

    « La pire des erreurs, en politique, c’est l’indignation ».
    La pire des erreurs en politique, ne serait-elle pas plutôt notre soumission à nos affects ? Colère, indignation, tristesse… peu importe.
    Machiavel était dans l’analyse, ayant certainement identifié en partie ses passions, ses affects… il ne leur était pas totalement soumis. Il savait contacter sa Raison, sans cela « Le Prince » ne serait certainement pas parvenu jusqu’à nous…
    Il pourrait être intéressant pour certains d’approfondir la manière dont l’auteur de l’Ethique s’inspire de Machiavel ; citation de Spinoza dans le Traité politique, chap V : « Le très pénétrant Machiavel… cet homme très sage, dont il est évident qu’il fut pour la liberté, pour la défense de laquelle il a donné les conseils les plus salutaires. »
    A vos livres messieurs, vous comprendrez peut être en quoi stagner dans le premier genre de connaissance (dont le jugement est un symptôme) nous laisse dans la soumission à ceux que l’on croit combattre…

    • Merci pour ton commentaire Sylvie. Même s’il préjuge quelque peu du potentiel de nos débats. L’arrogance ne suffit pas non plus pour se délivrer du premier genre de connaissance…

      Je suis un fervent défenseur de Machiavel comme de Hobbes qui sont deux penseurs qui ont foncièrement influencé la philosophie de Spinoza…
      Je reste convaincu que le succès du « Prince » provient de sa dimension exotérique…je réfléchis même à un texte sur le sujet, pour plus tard.
      Quant à Spinoza, c’est plutôt les chapitres XVI à XX du Traité théologico-politique qui nourrissent la vision politique de Diktacratie…

      • Sylvie dit :

        Cédric, j’apprécie ta critique constructive en ce qu’elle n’est pas une réaction émotionnelle.

        Il est vrai que le ton que j’ai utilisé est celui de la colère déguisée.
        En cela, je sais que je fais exactement ce que je critique chez l’auteur de cet article.
        Le risque de ce positionnement dans un premier temps est d’entrer en guerre et non de favoriser la construction de la notion commune ; en effet, le ton utilisé est très susceptible d’engendrer la réaction émotionnelle de colère en réponse.
        Je le savais avant de commenter, je l’ai fait quand même.
        Je n’aurais certainement pas utilisé ce ton là si j’avais été en position d’écrire un article pour la raison qui suit.

        Ce qui commence réellement à me lasser au sein de ce que l’on nomme généralement la « dissidence », c’est qu’au lieu de chercher à rapprocher le peuple en regardant ce qui relie, on se tape dessus allègrement en mettant en exergue ce qui sépare. On juge, on ridiculise, etc.
        Pire, on pervertit la pensée de certains auteurs en les citant de manière inappropriée pour servir sa propre colère !

        Processus qui, de mon point de vue, finira par discréditer totalement les auteurs de ce type d’articles, et le mental humain ayant tendance à la généralisation, au final, l’idée même de « dissidence ».

        Cela ne fait-il pas le jeu de nos « maîtres » ?

  • Les indignés sont des gauchistes à peine repentis !

  • pnzr dit :

    juste une question technique,sur le M92 sur les modèles +récents ,il ne suffit pas juste de démonter le rétrécisseur a l’extremité et retirer une pièce « bride » sinon ça marche avec du 22.lr ?

Réagissez à cet article :