Le sionisme (partie 1)

Le sionisme (partie 1)

le 15 juillet, 2014 dans Inter-national par

Le sionisme est un sujet tabou, sacralisé par des inquisiteurs aux pouvoirs redoutables. En France, aborder cette question est périlleux compte tenu des pressions politico-médiatiques, judiciaires et des intimidations de groupuscules violents.

Le projet sioniste remonte à plusieurs siècles, notamment lorsqu’au XVIème siècle, des puritains anglais souhaitaient le retour du peuple juif en Palestine « terre promise » et la reconstruction de temple du Roi Salomon pour que s’accomplisse une prophétie biblique.

En conflit avec l’Eglise anglicane, certains puritains s’exilèrent en Irlande, d’autres aux Pays bas. En 1620, une centaine part aux Amériques à bord du « Mayflower » pour fonder une colonie à Plymouth. Ce sont les « pères pèlerins », ils se définissent comme le nouveau peuple élu. Le projet sioniste est donc antérieur à l’organisation fondée par Théodore Herzl en 1897 et son livre programmatique « l’Etat juif ». Ouvrage qui appelle de ses vœux la création d’un état pour les juifs, en Argentine ou en Palestine.

Pour des raisons religieuses au départ, puis suite aux pogroms et à la Shoah, le mouvement sioniste s’est renforcé et a pris de l’importance dans le monde. Au fur et à mesure, la Palestine s’est imposée comme lieu d’élection. Les sionistes ayant refusé l’offre britannique d’installer le peuple juif sur une partie de l’Ouganda.
Le mouvement sioniste va donc légitimer l’occupation de territoires en Palestine, en transformant des textes sacrés et une histoire en cadastre. Le pullulement des colonies en Cisjordanie (appelée Judée Samarie) et Gaza devient donc chose naturelle, selon l’expression de Benyamin Netanyahou !

Chose naturelle semble-t-il, comme le sont aujourd’hui les centaines de barrages, les expropriations, les destructions de cultures, le détournement de sources, la surexploitation des nappes phréatiques, les humiliations quotidiennes aux check-points, les incarcérations arbitraires, les crimes de guerre (voir rapport Goldstone), et la désinformation

En novembre 1917, les sionistes obtinrent d’Arthur James Balfour, ministre des affaires étrangères Britannique, une déclaration en faveur de l’établissement d’un foyer national juif en Palestine. Au fil du temps, une diaspora s’est implantée dans une région où vivait un peuple sédentaire : les palestiniens.  Ainsi l’allégation : « Une terre sans peuple pour un peuple sans terre » est inexacte. Très organisé, le mouvement sioniste a trouvé des appuis politiques, des sources de financement (Rothschild), a créé une armée (la Haganah, l’Irgoun) et a conduit des attentats (Hôtel King David 22/07/1946). La création de l’Etat d’Israël s’est produite en 1948 suite à un vote à l’ONU, dans le contexte post-traumatique de la Shoah. Pour les palestiniens, ce fut la « Nakba » : la catastrophe.

                                                                                                                 A suivre… (16 juillet)

16 Commentaries

  • lamulle dit :

    Trés bon article,explications simples et concises… Sait on combien de Palestiniens ont été « rayés de la carte » depuis 1948;j’ai du mal a trouver des chiffres…

  • freydier dit :

    Bonne question qui impose des recherches précises…

  • gabrielB dit :

    Saga à absolument voir sur le sujet « the promise » (ou « le serment »)

  • moune dit :

    pouvez vous me confirmer la veracite de cette information qu’on m’a raconte svp:
    Hertz ordonna aux rabbins juifs d’assembler environ 6000 « belles » jeunes filles juives qu’il a envoye aux usa avec directives de n’epouser que les fils de richards americain pour la sionisation de leurs descendances et leurs capitaux.

  • Prof Crasseux dit :

    mais pourquoi ne sait-on pas que les Juifs proviennent pour la plupart de ce grand territoire compris entre la mer Noire et la mer Caspienne nommé Kahzarie, qui s’est massivement converti au judaisme au début du moyen-âge pour ne pas choisir entre l’Islam et le Christiannisme et probablement peu de la Judée de l’Antiquité ?
    Le type ethnique étant Gainsbourg et non Boujenah…
    Et qu’à ce seul titre il n’existe pas de droit au « retour » en terre sémite pour des non sémites.
    D’ailleurs le sionisme anglais ancien souhait seulement que Jérusalem devienne une Mecque et non pas ce qu’elle est advenue par la suite « Pour des raisons religieuses au départ, puis suite aux pogroms et à la Shoah »…

    • boumboum dit :

      pour le moins léger comme argument par contre je souhaiterais savoir pourquoi on est condamne pour révisionnisme en europe et pas aux états unis

  • Andalous dit :

    Au XVI , XVII ,XVIII siècle et suivants ,quand les Européens persécutaient les juifs ces derniers trouvaient refuge et paix chez les musulmans ,d’Afrique du Nord et du moyen orient n’est ce pas ? L’occupation de la Palestine n’est que Colonisation impériale d’une partie cruciale du monde musulman par le fer et par le feu d’une armée venant de tout bord et soutenue par l’empire .
    . . . Peuple élu par Dieu , Holocauste , Terre promise . . . Que de foutaises à faire dormir debout .

  • Anon dit :

    Vous oublier que les Rothschild et rockfeller ont été allié a Hitler pour la création de l’Israël moderne en ouvrant le 1er pipeline la bas et installant leur système bancaire

    Pour tout vous dire cela fait plusieurs année que j’effectue des recherche docu etc sur le sionisme et les conclusion a ce jour reste le fait que le sionisme est le descendant de l’idéal nazy qui cette fois ne se base pas sur la race mais bien sur la classe idéal se cachant derrière ce qu’on fait les nazy a leur époque ce qui fait l’antisémitisme et deviens un véritable prétexte et cela leur permet de s’autot protéger (soit dit en passant la plus part des gent ne save meme pas ce qu’est un sémite ^^)

    • Jean-Baptiste. dit :

      Justement, c’était l’occasion d’en savoir un peu plus sur les sémites d’après tes recherches, en ce qui me concerne tout du moins.
      Sem, l’un des fils de Noé ayant engendré les Sémites oui selon la Genèse plutôt fondamentaliste en fait, mais dans mes souvenirs de théologie, les langues sémitiques sont trés variées et couvrent une grande partie du proche et moyen orient, l’arabe est même une langue sémitique et dans les facultés de théologie les gens sont initiés à l’Araméen, autre langue sémitique, et en archéologie les gens vont se pencher sur l’ougaritique autour des tablettes de Mari si je me souviens bien et l’Akkadien deux autres choses langues sémitiques aussi.
      Alors oui celà semble complexe parce que dans la tête des gens, le terme Sémite doit se rapporter aux juifs exclusivement.

  • Marie dit :

    mais non chers amis…
    tout le monde (enfin un peu cultivé, coté ‘artifices pas vitaux’) sair bien que « semite » au sens propre désigne a priori un groupe de langues (et non de peuples, sauf, par extension, pour ceux qui parleraient ces langues).
    puis que vers l’epoque de « l’affaire », et quand le grand quotidien chretien (la croix) avait comme surtitre « le journal vraiment anti-juif »… donc il y a bien plus d’un siecle, il fut decidé de choisir un vocable un peu moins rugueux, quand la politesse fit passer du mot devenu souvent insulte « juif’ (comme negre negro ou bougnoule…) a un « israelite » bien edulcoré, la judéophobie fut baptisée ‘antisemitisme’.

    ce mot été forgé pour cela et uniquement dans ce sens.

    jamais quelqu’un n’a pensé stigmatiser un autre peuple a l’aide de ce concept là.

    antisemite ne peut que signifier, de manière moins rugueuse, que anti ou haine (gratuite) à l’encontre des juifs.

    le concept etant devenu pour cause de trop de persécutions peu employable, il fit un petit detour par « antisionisme » (en termes et modes de propagandes strictement identiques d’ailleurs!)

    les poncifs mensongers énoncés dans ce premier texte et le suivant en sont la parfaite illustration…

    bien sur les juifs comme tous peuples sont multiples, comprennent de veritables sangsues exploiteuses violentes et abruties et une foule de gens simples aimants et sinceres… et aussi quelques tres genéreux, intelligents et ouverts!

    l’etat qui est né parmi de nombreuses initiatives des diverses cultures et composantes dites peuples.. et lui aussi assez semblable helas a la plupart des etats… et plutot moins violent et dominateur que ne le sont les notres (et afaik, quasi tous!)…

    nous avons massacré en une seule journée à setif plus de nos concitoyens; maintenant algeriens; que tout le conflit du proche orient en soixante ans!

    et dsl, pour cette comptabilité macabre, car, une seule personne qui souffre (ne parlons pas de blessures et de mort!) c’est déjà insupportable!

    la liste des actionnaires de banque et medias en france…
    le jeu a deja été joué cent fois les juifs (un pour cent de la population francaise) y sont a peine sur representé..
    en politique c’est encore pire (surtout par rapport a la frequence de leurs engagements!
    delirer sur le tout petit et en rien maçon bnai brith… du tel delire courant!
    la preuve meme d’une carence dans le « lobby » eventuel est donnée dans le corps meme de ce torchon : une petite centaine de parlementaire se mobilise sur 500 a un millier, belle position hegemonique en effet!)

    et si les trop fortes??? craintes israéliennes et une culture classique de blanc occidental entraine des violences et des lacunes dans la recherche rapide d’une paix et d’un equilibre dans l’equité et la fraternité humaine…
    (sauf heureusement pour une part ‘eclairée’ des israelienz en particulier, sur place, et de bcp de juifs lointains de par le monde…)
    trop d’experiences de violences et de haines subies de par l’action d’autres peuples (europe) et en ce cas present par les menaces, insultes, dénis, agressions et dominations passées de la part des peuples dits ‘arabes’
    (sauf heureusement pour toute une part ‘eclairée’ du monde arabe qui souhaite la sortie de ces horreurs et un vrai developpement dans l’harmonie et la simplicité de leurs peuples et cultures!)
    bref bcp de facteurs qui encourage plutot haines et chaos que concorde et construction /reparations: communes

    et ce n’est pas ce genre de tissus de calomnies delirantes qui peut aider a une compréhension des difficultés de ces situations ni a leurs evolutionns positives.. helas!

    et pour sortir des delires sur de l’ennemi baptisé ‘sioniste’ (quasi inexistence de ce ‘mouvement’ et en rien une ‘force organisée’ avec poids sur l’evolution du/des mondes!!) se pencher sur ce qui peut réellement nous rapprocher dans la construction d’espaces vivants et chaleureux en communs?

    • Sébastien dit :

      Je ne sais pas quelle langue vous parlez, mais d’après ma traduction personnelle, vous avez peu de leçons à donner à l’auteur de cet article, sachant que tous les chercheurs sérieux s’accordent. Ce que vous racontez ne s’appuie sur aucune lecture ni source.
      Sur le point de détail de l’apparition du terme « antisémitisme », il apparait au même moment que le mouvement sioniste, mouvement « coaché » par des personnes qui n’ont rien à voir avec la religion. Donc en effet, merci de continuer à amalgamer l’un et l’autre. Vous devez y avoir un intérêt certain……..

      • Marie dit :

        – compati a vos difficulté a lire du texte touffu/foisonnant

        – pouvez vous preciser les points sur lesquels des ‘chercheurs s’accorde[eraie]nt?

        – ou voyez vous du lien entre « religion » et « antisemitisme »
        (même si oui il y a aussi des formes d’antiemitisme religieuses et que c’est souvent a partir d’un vieux fond d’ideologie chretienne et (et dans d’autres pays, musulmane) que peuvent posperer ces formes de racisme particulieres d’extreme droite a-religieuse et aussi chez des ‘laics’ de gauche et extreme gauche..

        mais la il n’y etait point fait references…

        au plus une synchronisté sans aucun ien de caue, si ce n’est l’epoque…

        • Marie dit :

          suite (dsl)

          aucun lien non plus entre l’apparition du mot (de quelques dizaines d’années anterieur) avec celle d’un developpement rapide du sionisme (forme de gauche et issue du monde laic, de lutte/mouvement de liberation (et d’aspiration) tres ‘nationale’ et marqueur type de cette epoque!

          bref notre type d’ecriture a du un peu vous perdre car a mon tour je ne comprends guerre ce que vous souhaitez exprimer dans votre reponse (j’y percois un message de desaccord… certes… mais) sur et a propos de quoi??

          merci!

  • yul dit :

    Arrêtez de vous jeter des références à la figure, d’après machin ou d’après truc!
    Comme dans « Tintin au pays de l’or noir », « cherchez à qui le crime profite » (lol)!
    Pour une analyse tout à fait personnelle, il faut s’en tenir aux faits réels puis, avec sa propre analyse et sa propre sensibilité, voir les tenants et aboutissants et identifier les ultimes bénéficiaires.
    Cela demande un peu plus d’effort mais c’est tellement gratifiant!!!

  • yul dit :

    …suite.
    D’autant plus qu’avec un bon « pilpoul » on peut faire passer les « bons » pour les « méchants » et vis-et-versa!

  • Deb dit :

    Je cherchais de quoi alimenter ma dernière étude sur la Palestine, errant d’un site à un autre. Je pensais avoir enfin trouvé quelque chose de sérieux, d’historique. Au lieu de quoi, je tombe sur le brouillon d’un pseudo-historien prénommé R. Hajar qui prétend apporter un regard critique constructif à un conflit complexe, qui manifestement dépasse totalement les capacités de compréhension de ce monsieur. Ce pour quoi je me permets de lui adresser le conseil de ressortir ses vieux cahiers d’histoire afin de repréciser certains éléments majeurs qui lui auraient échappé. Et de suggérer par ailleurs aux personnes qui seraient véritablement intéressés à comprendre en profondeur des questions géopolitiques complexes d’aujourd’hui de se tourner vers des sites plus fiables, ce qui ne sera sans doute pas difficile.

Réagissez à cet article :

FERMER
CLOSE