Le paradoxal soutien de la fausse gauche française à Hugo Chavez

Le paradoxal soutien de la fausse gauche française à Hugo Chavez

le 30 octobre, 2013 dans Inter-national, Provoquer le débat par

Disons-le d’emblée, une partie de la « gauche » européiste et impérialiste française veut faire d’Hugo Chavez sa figure de proue, sa nouvelle estampe pour T-shirt d’antifas casseurs de nationalistes. Il est donc important de démontrer à ces stérilisateurs de figures révolutionnaires – ils ont neutralisé la figure du Che et veulent maintenant faire de même avec Chavez – que bien loin de leur appartenir, Hugo Chavez défendait des valeurs et des idées diamétralement opposées aux leurs et donc hautement révolutionnaires, y compris si elles se répandaient en France !

Il y aurait, selon cette « gauche » maastrichtienne récupératrice de révolutionnaires latino-américains, deux nationalismes : d’un côté le « bon nationalisme », celui d’Hugo Chavez par exemple, et de l’autre le « mauvais nationalisme », celui que les français ne peuvent manifester sans se faire accuser de fascisme par tout le système médiatico-politique néo-féodal, fausse gauche en tête, Mélenchon en pointe. L’argument massue recyclé en permanence par ces culpabilisateurs professionnels est que nous, français patriotes, serions des impérialistes-nés et que cet impérialisme serait en quelque sorte gravé à tout jamais dans nos gènes. Par conséquent, pour eux, notre amour pour notre pays serait forcément raciste et prendrait nécessairement la forme de missionnaires armés, prêts à en découdre avec le monde entier.

Ce raisonnement ultra simpliste et insultant envers le peuple de France, il faut le détruire définitivement en affirmant que c’est au contraire parce que les français ne ressentent plus la France dans leur chair, dans leurs « tripes », comme aimait à le dire Hugo Chavez, que celle-ci se trouve aujourd’hui à genoux devant l’Empire, soumise à la volonté de nos élites apatrides et utilisée dans leurs funestes desseins.

Que ferait un Hugo Chavez en France ?

Bien loin de cracher sur notre pays, sur notre histoire, il rappellerait certainement que le passé colonial de la France a été imposé par les élites françaises à un peuple qui en a plus souffert que profité. N’est-ce pas d’ailleurs exactement ce qui s’est passé pour la Libye, sous nos yeux, en 2012 ? Notre oligarchie apatride n’a t-elle pas utilisé la puissance militaire de la France, contre notre gré à tous, et dans son seul intérêt ? Qui parmi nous pouvait empêcher cette guerre ? Qui parmi nous en a profité ? Personne ! Et pourtant, nos descendants, s’ils raisonnent comme notre extrême gauche française anti-nations, imputeront cette guerre à la France, c’est à dire à nous tous, et proclameront en se fourvoyant : « Regarde ce que la France a fait en 2012 à la Libye, pourquoi me battrais-je pour ce pays de colons ? Sus au nationalisme français, responsable de tous les maux de la Terre ! ». À ces générations futures, moi, contemporain de cette guerre, je veux leur dire que ce n’est pas le peuple de France qui a pillé la Libye, mais bien une élite apatride agissant en notre nom mais totalement hors de notre contrôle ! Et ce qui est vrai aujourd’hui, l’était encore plus hier !

Donc non, un Hugo Chavez français, j’en ai l’intime conviction, bien loin d’enfoncer la France plus bas qu’elle ne l’est déjà, s’emploierait à éclairer les moindres recoins de notre histoire souvent glorieuse et émancipatrice, à relever nos héros savamment diabolisés, et ce dans l’unique but de nous unir, quelles que soient nos origines et nos croyances, autour d’un amour commun et viscéral pour notre pays. D’ailleurs, ne reprenait-il pas à son compte, jusque dans les derniers mois de sa vie, les propos du « grand général de Gaulle », lui-même étrillé par ceux-là mêmes qui prétendent aujourd’hui représenter les idées d’Hugo Chavez en France ?

Je vais vous répéter une phrase du général De Gaulle : « Je n’imagine pas la France autrement que grande », moi je vous le dit aussi : je n’imagine pas le Venezuela autrement que grand ! ».

Hugo Chavez, derniers jours de sa campagne présidentielle, Octobre 2012.

D’ailleurs, pourquoi n’y aurait-il que la république franc-maçonne de Mélenchon qui serait universelle et imposable au monde entier, y compris à coups de bombes ? Pourquoi le nationalisme émancipateur d’un Hugo Chavez, d’un Thomas Sankara, d’un Gamal Abdel Nasser, lui, ne serait pas universel ? Moi je dis que raisonner comme ceci relève du racisme envers ces peuples du sud et qu’il est la marque d’un sentiment de supériorité, tapi dans le cœur de cette fausse gauche française, complice depuis toujours de l’impérialisme.

Français, n’écoutez pas ces mondialistes, diabolisateurs de patriotes : parce qu’on ne se bat bien que pour les choses qu’on aime, il est de notre devoir de reprendre à notre compte le nationalisme pacifique d’Hugo Chavez, de relever le drapeau français contre nos élites anti-patries, qui sont les mêmes ennemis que dut affronter Chavez toute sa vie. Car bien sûr, comme au Venezuela, nos maîtres ne veulent pas que nous aimions notre patrie, de peur qu’on veuille se battre pour la sauver et lui rendre sa dignité ! Il est donc de notre devoir de français d’entonner après Chavez ce chant de victoire et de libération, hautement universel et révolutionnaire :

Patrie ! Patrie ! Ma chère patrie ! Mon Ciel t’appartient, mon soleil est tien.
Ma patrie ! Tienne est ma vie, tienne est mon âme, mon amour t’appartient ! ».

Dernier discours public d’Hugo Chavez, 8 décembre 2012.

                             Vincent Lapierre (https://www.facebook.com/Hugo.Chavez.page.de.reinformation)

32 Commentaries

  • vilistia dit :

    Excellente synthèse. Un texte complémentaire :
    « De Guy Mollet à François Hollande, le tropisme colonial »

    http://oumma.com/155238/de-guy-mollet-a-francois-hollande-tropisme-colonial

  • Lamberjack dit :

    Superbe article et je suis prêt à m’engager dans l’action pour chasser ces politiques qui trahissent la France

  • P.Rémond dit :

    Voilà bien un débat qui réjouirait ces « élites apatrides » (si elles étaient amenées à le lire bien sur). Pendant ce temps elles continuent à s’étourdir avec les montants vertigineux de leurs escroqueries, étonnées je l’imagine que cela fonctionne toujours.
    « Prenons l’argent là où il se trouve : chez les pauvres, ils sont tellement nombreux ».
    Quant à nous, « les pauvres », nous aurons toujours le loisir de nous étourdir en s’époumonant à coup de « fascisme », « nationalisme », « racisme », « gauche », « droite », « patrie ».
    A regarder de l’extérieur ça doit être drôle. Faut rigoler d’ailleurs car il ne nous reste plus que ça.

  • fc dit :

    Ce que vous écrivez me semble un contre-sens absolue !

    La gauche française est pacifiste ! Elle était contre la guerre en Libye, comme elle est contre la guerre en Syrie. Seul l’Humanité était vent debout contre la guerre en Syrie quand tous les médias de Libé au Figaro tentait de nous vendre la guerre juste. Même position que Chavez sur cette question donc …

    Ce même Chavez est un des fers de lance de l’intégration du continent latino-américain, c’est donc un nationaliste un peu teinté internationaliste, non ? Moi ça me rappelle la position du Parti de la Gauche Européenne a propos de l’intégration européenne, du protectionnisme solidaire aux frontières de l’Europe … L’ambition de la Gauche Européenne et des progressistes latino-américain me semble donc très similaire …

    Dans l’échiquier politique, où est porté l’héritage de la grandeur de la France de De Gaulle ? A l’UMP ? Non ! Au PS ? Non ! Au FN ? Rien que de poser la question, c’est oublié que le FN abhorrait De Gaulle. Et c’est pas quand Philippot va poser une gerbe sur la tombe du Général que ça fait oublier 50 années d’histoire … Alors oui j’ose dire qu’aujourd’hui, le seul qui parle de la grandeur de la France comme De Gaulle, c’est Mélenchon …

    • Nico dit :

      Bonjour fc.
      Donc les gauchistes européens sont pour le protectionnisme et pour le rétablissement des frontières, au moins autour de l’UE ?

      C’est amusant comme retournement de situation sachant le mal que tous vos leaders se sont données pendant des dizaines d’années pour parler d’ouverture aux autres, de l’absurdité des frontières, etc.

      Pour information, le FDG français est dirigé par un libéral de première (ce n’est plus à prouver) qui sent bien que le vent tourne et qui essaye de colmater les fuites électorales de la gauche vers le FN. On appréciera le nombre de décisions prise par Mélenchon en faveur de l’UE et du libéralisme mondialisé.

      Chavez cherchait l’internationalisme pour contrer la domination sans partage des USA. L’alliance des nations, en Amérique du Sud comme en Afrique, reste le seul remède efficace au néo-colonialisme occidental. Il n’y a donc aucune dissolution de la nation dans une entité plus grande ! C’est fondamental dans la pensée de Chavez ou Sankara et c’est ce qui différencie totalement leurs idées de celles de l’extrême gauche contemporaine et de la construction européenne !

      Enfin, le FN peut changer, même dans sa vision par rapport à De Gaulle (personnage complexe)… On pose moins de question au PS qui suit une politique libérale bien éloignée des fondamentaux anti-capitalistes de ses débuts et du SFIO…

      Et il faut être foncièrement malhonnête pour imaginer que De Gaulle serait dans un parti autre que le FN ou, à la limite, DLR.

      Le seul parti cohérent et sérieux qui s’est historiquement opposé à la toute-puissance américaine c’est le FN. Le seul parti qui propose une politique socialiste (interventionnisme étatique et protection des salariés français) c’est le FN, etc, etc. Je pourrais continuer longtemps là dessus.

      Mélenchon le traitre qui a voté Maastricht, qui a été plus de 30 ans au PS, franc-maçon notoire et qui feint de connaitre le diner du Siècle devant ses militants (http://www.youtube.com/watch?v=3CbBZRVmeSw) ne représente en rien la grandeur de la France. Il a trahi le peuple, les salariés et son pays. C’est une insulte gravissime que de le comparer à un patriote véritable qui a combattu de toutes ses forces pour la souveraineté de la nation française.

  • Benoit dit :

    @fc > La gauche francaise est pacifiste ? Es tu sur d’avoir bien analyser la sémantique et rhetorique de la « gauche » que tu cites ?

    Je sais pas si tu vas comprendre ce que j’essaie de te dire, ou cataloguer ca comme message fasciste d’extreme droite (en bon simplet gauchiste)

    Si on écoute Jean Luc Melenchon, qu’on va au bout de sa rhetorique, on va a la guerre civile. Pour quelqu’un qui prone l’humain d’abord, c’est quand même cocasse ?

    Il faut a tout prix voir la violence de cette pseudo gauche, qui provoque des jeunes pas fute fute et pas costaud a aller se battre physiquement contre ce qu’on considère comme faciste, tout en appliquant leurs methodes.

    Ca finit par des morts. ET si l’on continue, ca finira en guerre civile.

    Et sur le net c’est la même histoire, faut voir la pleurnicheuse @juliedelpapa sur twitter. ELle se fait remarquer pendant une manifestation « anti FN », ou elle se permet d’exprimer publiquement qu’il faudrait expulser des millions de francais car ils ne votent pas correctement. Forcement, après avoir souhaiter leurs expulsions, des simplets de l’extreme droite l’insultent.

    La ou ca devrait s’arreter la, surtout avec la grosse provocation qu’elle a fait (incitation a la haine et aux crimes), elle pleure auprès de valls (qu’elle voulait expulser lui aussi quelques semaines plus tot) de la « violence de l’extreme droite ».

    N’est ce pas violent de souhaiter l’expulsion des electeurs du front national ? c’est ca la democratie selon la « gauche » ?

    Quelle vaste fumisterie.

    Je vous crache a la gueule les pseudos gens de gauches qui passent leur journée a cracher la haine, et a ne souhaiter que la guerre civile au lieu de la reconciliation.

  • Oskar dit :

    N’importe quoi, cet article est infondé, à croire que vous l’avez écrit pour vous rassurer personnellement, c’est méconnaître la pensée de Chavez : « Je ne peux pas me définir comme un trotskyste mais je tends dans cette direction, car je respecte beaucoup les écrits de Trotsky, et plus je le comprends, plus je le respecte. La théorie de la révolution permanente, par exemple, est extrêmement importante. On doit tous lire ses écrits, et personne ne doit se dire qu’il en sait suffisamment. »

    Sans parler du bolivarisme, pilier du chavisme, qui est nécessairement à l’exacte opposé du nationalisme puisque ça signifie une union latino-américaine. Simon Bolivar a lui-même libéré une grande partie de l’Amérique Latine du colonialisme, Bolivar n’était pas vénézuélien, il était latino-américain comme il le revendiquait, de même pour Chavez. De même que pour Mélenchon qui souhaite une union européenne sociale et débarrassé de l’OTAN, c’est plus ou moins la même chose. Aucun des trois personnes cités ne souhaite(aient) une nation isolée.

    Chavez a énormément fait pour l’intégration des minorités, de même que pour les minorités européennes ! il avait en effet menacé les pays de l’UE que s’ils continuaient à expulser des sans-papiers, il allait de ce pas arrêter d’envoyer du pétrole chez nous. Si ce n’est pas parlant ça…

    • Nico dit :

      T’es sérieux ?

      Tu penses vraiment que pour Chavez la patrie, la nation n’était rien ?!
      Évidemment que non !

      Arrêtez de vouloir récupérer à tout prix Chavez en essayant d’éviter l’écueil impensable pour vous du nationalisme qui est la cause de toutes les horreurs pour les gauchistes contemporains.

      Chavez était nationaliste ET pour une alliance des nations sud-américaines ! Pas dans le but d’effacer ces nations mais bien avec la visée de résister à l’empire US.
      Là où les gauchistes internationalistes veulent la fin des nations, ce qui servirait à merveille le grand capital.

      Enfin bref, stop la mauvaise foi, si Chavez avait été un homme politique français parlant de la patrie française comme il parlait du Vénézuela, tous les gauchistes français l’auraient catalogué directement à l’extrême droite.

    • Nico dit :

      Entrevue de 46 minutes sur Chavez qui met les choses au clair !

      À regarder impérativement pour tous les gars du FDG qui croient encore qu’on peut se battre contre le capitalisme et l’ultra libéralisme sans être patriote.

      http://www.dailymotion.com/video/x11t8c1

  • Ons dit :

    lol désolé mais quelle arnaque que de vouloir dédouaner comme par magie un peuple qui a profité et s’est également gavé du colonialisme, à moins de vouloir me faire croire que les centaines de milliers de colons venus piller dérober voler et se multiplier comme des cafards en terre conquise (avant de devenir plus tard des pieds-noirs) étaient tous de l’oligarchie de l’époque !? faut arrête de prendre les gens pour des idiots 2 minutes, le cacao, le sucre, le coton et tout le reste, y’avait pas que l’oligarchie qui s’en délectait ! « y’a bon banania » c’était pas un slogan qu’on entendait que dans les réunions d’oligarques. C’est là où je suis diamétralement opposé à ce que dit là-dessus quelqu’un comme alain soral et d’autres, alors qu’en règle générale je souscris à une grande partie de ses thèses et analyses.

    désolé faut voir la vérité en face, le comparaison avec la situation actuelle en libye est un sophisme éhonté, oui chaque personne a le droit d’être patriote sans se faire traiter de fasciste, MAIS, les peuples des empires coloniaux se sont gavés aussi, à leur échelle surement plus modeste mais quand même, des crimes et pillages coloniaux.

    • Dukedepouille dit :

      Intéresse-toi vraiment à l’évolution de la vie populaire au cours des trois derniers siècles. Ça a été essentiellement de la dégradation et de la perte de sens, avec un feu d’artifice au cours du XIXème siècle, qui a vu les masses populaires européennes s’urbaniser, se prolétariser, se paupériser, se couper d’une grande partie de leurs traditions, leur identité, et atteindre des niveaux sans précédent d’aliénation.

      Donc certes, des français issus du petit peuple ont pu partir eux-mêmes aux colonies pour faire les balayeurs et les écuyers de l’empire d’outre-mer. Il faut pas rêver, les prolos qui sont devenus des bourgeois aux îles ou aux Amériques, ce sont des exceptions, en fait quand ils étaient présents c’était essentiellement pour faire tampon entre les esclaves et les exploitants, moyenniser des sociétés amorçant leur sortie d’une économie esclavagiste qui aura duré trois siècles et n’aura enrichi essentiellement que des gens déjà riches. C’est d’ailleurs là-dessus que s’est constituée la classe bourgeoise et commerçante qui a fomenté et mené la révolution française.

      Certes, grâce au colonialisme les masses européennes ont pu se mettre progressivement à visiter des musées humains (avant ça portait ce nom, maintenant on appelle ça du tourisme), manger des bananes, nager dans le sucre… etc. Est-ce que c’est significatif, comme avantage? Est-ce que ça pèse vraiment lourd face aux désastres qui se sont abattus sur la psyché et la vie quotidienne populaires françaises aux XVIIIe et XIXe siècles? Je ne pense pas. Et je pense qu’il est grand temps qu’on arrête avec cette culpabilisation collective qui repose surtout sur des mensonges et qui n’en finit plus d’être morbide.

      PS: en 1945 la vaste majorité du petit peuple de France ne connaissait pas le chocolat. C’est dire s’il a tant que ça profité des crimes et pillages coloniaux que l’on faisait en son nom.

  • marcoelkako dit :

    bonjour et bravo pour ce texte extrêmement juste,je te salue aussi, vincent ,pour tout le travail que tu fournis afin de nous informer sur les événements d’amèrique latine,bonne continuation à toi.

  • jean dit :

    Le seul problème que je verrais dans cette déclaration est que l’identité française s’est constituée par la constitution de l’empire français. C’est grâce à l’intériorisation des idées des Lumières, de la Révolution, diffusées par l’école rendue obligatoire et gratuite par Jules Ferry, que s’est développée l’idée d’une nation française porteuse des valeurs universelles qu’elle se devait d’exporter dans d’éventuelles colonies. Aujourd’hui encore, lorsque l’on veut justifier les bienfaits de la colonisation, on recourt à ce même argument.C’est grâce à la diffusion d’une idée de la supériorité de son histoire que l’on a tenté de construire le corps d’une nation nommée France et d’un peuple de France. Voilà pourquoi le nationalisme français peut difficilement s’émanciper d’idées impérialistes, puisque c’est sur elles qu’il s’est construit.
    Lorsque je parle d’idées impérialiste, ce n’est pas nécessairement la volonté de partir à la conquête de nouvelles colonies, c’est plus précisément de se fonder sur une idée de supériorité de la nation française qui a justement été l’alibi dans le passé pour s’octroyer de nouveaux territoires.
    Qu’il faille défendre la France et son peuple, comme tous les peuples du monde, contre les ravages du mondialisme, est une évidence. Que cela doive se faire à partir d’un imaginaire de patrimoine intrinsèquement supérieur à sauvegarder en est une autre.
    La nation française doit être préservée, de même qu’il faut préserver toutes les nations du monde. Mais ce but n’a pas besoin d’un argumentaire fondé sur des idées qui ont justifié l’impérialisme par le passé.

    • Dukedepouille dit :

      La nation française n’a été construite ni par les Lumières, ni par la révolution, ni par Napoléon. Elle a été bâtie et consolidée pendant plus d’un millénaire par la monarchie. Et ce n’était pas une nation conquérante: au cours de son histoire féodale la France n’a généralement demandé qu’à rester stable et maîtresse d’elle-même, unie autour d’un roi qui faisait barrière aux abus seigneuriaux et aux menaces impérialistes extérieures.

      Autrement dit la monarchie française a fonctionné comme un contre-empire durant la vaste majorité de son histoire, que ça nous plaise ou non ça a plu à nos ancêtres et ça a fait la gloire de notre pays. Les salopards qui ont pris le pouvoir en France à partir de la fin du XIXème siècle n’ont fait que récupérer le bébé et l’aliéner pendant trois siècles, jusqu’au point d’orgue contemporain, où le patriotisme est banni de la classe politique respectable.

      Donc le nationalisme français n’est pas impérial, ça c’est un mensonge propagé par des mecs comme Zemmour, au contraire il est profondément anti-impérial. On n’est pas le pays d’Astérix et Obélix pour rien. Si les français s’y identifient autant à ce récit, c’est parce que des histoires de moustachus débonnaires qui n’accepteront jamais de se laisser gouverner par un empire, ça résonne profondément dans leur fibre.

  • Philippe dit :

    Je comprends votre raisonnement … mais dans ce cas pourquoi ne pas alors accuser les actuels consommateurs français de produits d’origine israélienne d’être responsable du génocide palestiniens … etc … en toute équité la responsabilité d’un trafic incombe très clairement au « dealer » … le « consommateur » ne se « gave » pas, ni ne se « délecte » … il est maintenu dans l’ignorance et/ou la dépendance … certes, je vous l’accorde, ça ne le dédouane pas en totalité.
    Les responsables des crimes et pillages coloniaux que vous évoquez, sont en revanche hautement condamnable … soit l’actuelle oligarchie dirigeante autoproclamée qui ne représente plus qu’elle même et poursuit son oeuvre destructrice (BHL, Bolloré … pour ne citer qu’eux)

  • Vlad dit :

    Jean-Luc Mélenchon était POUR la guerre en Libye. Il a voté pour l’intervention « d’exclusion aérienne » soi-disant parce que s’était « l’ONU qui… », etc…
    Bref, Kadhafi offrait des logements gratuits aux couples mariés. Kadhafi était un résistant à l’impérialisme américain depuis 1969 (certes très imparfait et qui a fait de grosses conneries -privatisations notamment- dans les années 2000 qui lui couteront très cher). La Libye était le pays le plus avancé du monde musulman en terme de respect de la femme. Elle était un bastion musulman anti-islamiste. Son IDH (et donc pas seulement son PIB qui ne suffit pas à décrire le niveau de développement d’un pays) était le plus élevé d’Afrique. Les noirs immigrés (qui ne sont pas de méchants mercenaires…) venus de la zone subsaharienne étaient respectés.
    Grâce à notre ami Mélenchon, à Besancenot, et à l’ensemble de la gauche européenne, la France, puis l’ONU et enfin, inévitablement, l’OTAN, sont venus mettre le pays à feu et à sang après avoir secrètement appuyé la révolte islamiste de Cyrénaïque et du Djebel Neffoussa (notamment les services secrets français et britanniques). Des véritables « brigades » djihadistes, entrainés et armés par la France aux EAU et Qatar, comme celle du « 17 Février », sont venus en Libye avec l’approbation des gauchistes européens… et l’opposition radicale de tous les autres partis communistes du monde (indiens, arabes, russes, latino-américains…), y compris de Chavez… ! Bah oui, logique, puisque la Libye de Kadhafi protégeait les minorités noires, le droit des femmes et menait une politique sociale plus développée que n’importe quel autre pays d’Afrique.
    Grâce à nos amis les libérateurs-sexuels internationalistes du Front de Gauche, l’OTAN et les multinationales du pétrole ont pu installé leur pion dans un pays ruiné, où les femmes ont perdu tout leur droit, où les noirs se font battre à coup de bâton dans des cages pour animaux, et où l’islamisme radical marche main dans la main avec l’ultra-libéralisme des grandes sociétés pétrolières (le pétrole libyen est d’une particulièrement bonne qualité par sa faible teneur en souffre… il faut bien que Total s’enrichisse pour promouvoir avec le Front de Gauche la libéralisation sexuelle en Occident ! -qu’aurait désapprouvé Chavez au passage) ainsi qu’avec bien-entendu, l’atlantisme (géopolitique américaine).
    Mélenchon n’a pas seulement voté pour le traité de Maastricht, il a également approuvé la ruine d’un pays et le retour en arrière de 40 ans de celui-ci par la perte de tous ses acquis sociaux.
    Chavez (fervent chrétien par ailleurs), a logiquement soutenu, et jusqu’au bout, le colonel Kadhafi. Tout comme il soutient Bachar el-Assad.
    En Tunisie et en Egypte, preuve en est qu’il n’y a même pas eu besoin d’intervention extérieure : les deux pays étaient déjà pro-occidentaux et leurs dirigeants respectifs étaient effectivement méprisés par le peuple. Contrairement à la Syrie et à la Libye, deux pays socialistes, soutenus par la gauche latino-américaine et tous les partis communistes du monde… sauf, comme par hasard, les dégénérés de la pseudo-gauche occidentale.

  • Socarate dit :

    Dernière élection présidentielle avec Chavez chez le QG du Front de Gauche, organisation d’une soirée événement avec la présence de farid fernandez conseiller à l’ambassade vénézuélienne (http://www.dailymotion.com/video/xumgqa&start=7740)(https://si0.twimg.com/profile_images/3396129628/95d3443fb866d03378d4fdc21fbc5299.jpeg) et d’un membre du gouvernement, Temir Porras vice ministre des affaires etrangeres(http://www.dailymotion.com/video/xumgqa&start=5712)(http://towelto.files.wordpress.com/2013/05/temir-porras.jpg).

    http://www.cbparis.net/article-dimanche-18-mars-prenons-la-bastille-101640756.html

    Site présent dans les favoris du site de l’ambassade du venezuela à paris

    http://www.embavenez-paris.fr/

    http://www.cbparis.net/article-lula-vote-chavez-avec-toute-la-gauche-latinoamericaine-108173794.html

    Site qui a d’ailleurs en lien les vidéo des saintes traduction de notre saint et unique prophète récent doctorant de sa magnificence EL Grande Commandante ( C bien ce peuple vénézuélien qui a su très vite passer à autre chose et ne pas vivre dans l’idolaterie éternelle )

    .
    « L’Amérique latine pourrait-elle servir d’exemple à l’Europe ?

    Bien sûr ! Ce qui frappe en Amérique latine, c’est que l’intégration passe moins par l’économique que par le politique. C’est la volonté politique qui prime, l’exemple de l’ALBA étant à cet égard significatif. C’est aujourd’hui le continent le plus stable du monde, on devrait donc s’y intéresser ! Or ce qui est sidérant, c’est le peu d’intérêt que la majorité de la gauche européenne lui porte, pour partie en raison du matraquage médiatique hostile. A cet égard, les agissements de la CIA et du département d’Etat ont porté leurs fruits. Le terrain est d’autant plus facile à occuper pour la propagande américaine que peu nombreux sont les dirigeants de gauche qui ont un minimum de culture « latine » et qui parlent espagnol ou portugais.

    Ceux qui ont une bonne connaissance de l’Amérique latine et qui en tirent vraiment les enseignements sont Alain Lipietz (mais il n’a plus de responsabilités nationales chez les Verts EE) et surtout Jean-Luc Mélenchon. Le candidat présidentiel du Front de gauche y a fait plusieurs voyages d’études, il parle bien l’espagnol, et le titre de son livre Qu’ils s’en aillent tous ! est un clin d’œil au mouvement social argentin du début des années 2000 avant l’arrivée au pouvoir de Nestor Kirchner. A un degré moindre, j’ajouterai Olivier Besancenot qui se réfère souvent au Che et qui a fait des visites à Cuba et au Venezuela. »

    http://www.embavenez-paris.fr/noticias/noticia_detalles.php?id=2313&catid=18

    « République Bolivarienne du Venezuela
    Ministère du Pouvoir Populaire pour les Affaires Etrangères
    Communiqué
    Le Président de la République Bolivarienne du Venezuela, le Commandant Hugo Chavez, félicite le président élu de la République Française, Monsieur François Hollande, qui a remporté une nette victoire dans le second tour des élections présidentielles le dimanche 6 mai 2012.
    Trente et un ans après la victoire historique de François Mitterrand, et dans le contexte d’une Europe assiégée par la crise économique, le peuple français a réaffirmé sa profonde vocation républicaine, qui place la volonté politique au dessus de la fatalité des marchés, la sensibilité sociale au dessus des ordonnances financières et la justice et la solidarité au dessus de l’exclusion.
    Dans cette conjoncture historique marquée par la crise structurelle du capitalisme, le gouvernement bolivarien du Venezuela fait le vœu que dans cette nouvelle période politique, la France reprenne le chemin de la construction d’un monde multipolaire, où règnent la paix, le respect de la souveraineté et la solidarité entre les nations.
    Dans cette occasion spéciale, le Président Hugo Chavez et son gouvernement réitèrent leur volonté d’approfondir la coopération avec la République Française et, sur la base du respect mutuel, d’explorer des espaces d’échange novateurs qui aident à élever à un autre niveau les relations historiques d’amitié qu’ont maintenu nos pays.
    Caracas, le 06 mai 2012 »

    Soutient et félicitation officiels du Venezuela à un partie fraichement élue à la tête de la cinquième puissance mondiale et se disant socialiste. Chavez est un géopoliticien redoutable et non un déblateur de fadaise sur canapé rouge, il sait que dans sa situation de pays menacé par l’impérialisme américains il a autant à gagner à mettre dans sa poche les « non alignés » russes et iraniens que la France.

    http://www.youtube.com/watch?v=J0zjWhVpq9E (discours critique de chavez sur le hollandisme) :

    « Le cas de la Syrie. Rends toi compte que les gouvernements qui s’entêtent à renverser Bachar El Assad sans en mesurer les conséquences, parmi eux la France d’ ailleurs (…) Malheureusement car il y’ a eu un changement de gouvernement en France. Le peuple de France s’est librement exprimé dans les urnes et a élu un gouvernement qui est de gauche non ? Le parti socialiste c’est ça ? Le socialisme est de gauche non ? Et pourtant le nouveau gouvernement français avec semble t-il plus d’acharnement que l’antérieur, s’entête à vouloir renverser le gouvernement d’un pays souverain ! Mais c’est quoi ça Chico ? (…) cette élite Européenne politique économique, qui ne semble pas, malgré les années qui se sont écoulées, à se défaire de l’idée impériale ! »

    Du mot pour mot ce que prononce aujourd hui n’importe quel gringo de gauche anti-impérialiste se sentant trahi par la politique de hollande.

    Emouvante manifestation de soutien à la Révolution Bolivarienne du Venezuela en France.

    Paris, 11 avril 2013 – Une importante et émouvante rencontre pour honorer la mémoire du Président Hugo Chavez et soutenir la Révolution Bolivarienne du Venezuela et la candidature de Nicolas Maduro aux élections du 14 avril prochain s’est déroulée sur l’esplanade parisienne du Parquet de Bal.

    A ce rendez-vous assistèrent les représentants de partis politiques français, tous les Ambassadeurs de l’Alliance Bolivarienne pour les Peuples de Notre Amérique accrédités en France, les diplomates vénézuéliens de pays européens (Espagne, Hollande, Belgique, Italie, Hongrie et Chypre) et des membres de la solidarité latino-américaine.

    Au cours de cette manifestation, de nombreux orateurs qui avaient pour dénominateur commun d’exprimer leur solidarité avec l’Amérique Latine prirent la parole. Parmi eux, Eric Cocquerel, coordinateur du Front de Gauche, Nordin Idir, Secrétaire Général du Mouvement des Jeunesses Communistes de France et Sophie Thonon, Présidente de l’association France-Amérique-Latine.

    Olivier Dartigolles, porte-parole du Parti Communiste Français, a souligné dans son intervention le legs du président Chavez qui, non seulement a modifié le sens de la démocratie dans son pays avec une nouvelle Constitution mais a transformé la vie de millions de Vénézuéliens marginalisés par une pauvreté extrême en en faisant le centre d’une société plus équitable et participative dont l’action politique s’exprime en trois mots qui expriment le caractère et la solidité de son œuvre : démocratie, échange et unité.

    L’Ambassadeur vénézuélien en France, Jesus Arnaldo Perez, dans une déclaration à la presse, insista sur le devoir du peuple vénézuélien de continuer l’œuvre et la pensée du Président Chavez, et que pour cela, la mobilisation était nécessaire pour obtenir la victoire dans les urnes de Nicolas Maduro.

    Christophe Ventura, membre de la direction nationale du Front de Gauche de France dit l’importance qu’ont les processus de libération latino-américains en tant que force et impulsion pour les peuples européens pour en finir avec les doctrines néo-libérales et l’ordre économico-financier international.

    Ensuite, furent envoyés des messages de soutien de bon déroulement des élections du 14 avril au Parti Socialiste Uni du Venezuela, de la part de Pierre Laurent, Secrétaire National du Parti Communiste Français et de Jean-Luc Mélenchon coprésident du Parti de Gauche.

    La réunion se termina par une activité culturelle des étudiants vénézuéliens et le groupe musical cubain « tentacion de Cuba » qui enchantèrent tout le monde avec des poésies et des chants à l’unité latino-américaine. (Ambacuba France)

    http://www.cubadiplomatica.cu/francia/FR/Solidarit%C3%A9/CubaenFrance/tabid/14697/ctl/Details/mid/23463/ItemID/27373/Default.aspx (site de l’ambassade de cuba)

    http://www.cubadiplomatica.cu/francia/FR/Accueil/tabid/14677/ctl/Details/mid/23427/ItemID/33126/Default.aspx

    Voila une page démontrant l’importance d’une collaboration continue entre les pays de l’Amérique latine de tendance bolivarienne et le peu de partie dits de gauche qui arrive à atteindre le pouvoir dans la vieille Europe première puissance mondiale et toujours première préoccupation des USA. LE vrai danger pour les États unis ce ne sont ni les russes ni les Iraniens mais bien l’UE première puissance économique mondiale.

    http://www.lepartidegauche.fr/viedegauche/article/419-le-congres-en-direct-samedi

    « Jean-Luc Mélenchon monte à la tribune pour saluer les délégations internationales qui nous ont fait l’amitié de participer à ce congrès constituant, et tout particulièrement la délégation Vénézuelienne conduite par l’ambassadeur de la république Bolivarienne du Venezuela en France Jesus Arnaldo Perez ( http://toulouse.blogs.liberation.fr/2007/2009/03/toulouse-capita.html ) et les deux députés du Partido Socialista Unido de Venezuela (PSUV) Carlos Echezuria et Augusto Montiel

    http://www.lepartidegauche.fr/system/images/inline/illustrations-delegation.jpg

    « Au premier rang de la photo : Farid Fernandez (conseiller politique à l’ambassade du Venezuela), Augusto Montiel (député et membre du bureau politique du PSUV), Raquel Garrido (membre du bureau national du PG), Jean-Luc Mélenchon, Carlos Echezuria (député et responsable des relations internationales du PSUV)
    Au second rang (Ariel Basteiro, président du groupe parlementaire « Bloque Encuerdo Popular y Social », SG adj. du PS de la province de Bueno Aires), Fritz Schmalzbauer (responsable de Die Linke Bavière), Leyde Rodriguez (PC Cuba) »

  • Socarate dit :

    Bah alors on censure vincent.

    • Socarate, nous ne sommes pas du genre à censurer. Ton précédent commentaire proposait trop de liens. Il s’est donc retrouvé bloqué dans nos « indésirables » avec les spams. Chaque soir en rentrant du boulot je vérifie si un ou deux commentaires valides ne s’y sont pas égarés… Voilà pourquoi le retard de leur publication. Je m’en excuse sincérement.
      Par ailleurs Vincent est plutôt ouvert au débat et se distingue de nombreux de mes anciens camarades du front de gauche hostiles à ce genre de joute intellectuelle…préférant même le poing et l’insulte à l’argument et la remise en question !

      • Socarate dit :

        c beau tout ça mais ça répond toujours pas à la question ! il est ou l’album photo de vacance de Monsieur Vincent au Venezuela !!

        Sinon c pas cool ça de supprimer la belle preuve de patriotisme de Lepen avec son discours sur Pinochet.

        Non sans deconner les gars arreter on vous a interdit votre doc larmoyant par ce qu’on les a briffé avec qui vous fricotier : un gourou chauve neo nazi à la tete d’une secte de neuneu en mal d’identité.

        Allez soyez bon joueurs les gars, le nationalisme n’ a plus aucune place au 21è siecle, preparons l’europe de l’avenir, préparons l’UE socialiste à l’image de l’ALBA de Chavez.

        • Bonjour Socarate ! Il y a une partie de ton commentaire qui est plutôt nébuleux.
          Ton but ? Saloper notre travail sans doute.
          Si en plus tu nous considères comme des nationalistes, c’est vraiment que tu ne nous lis pas et que t’es là pour parasiter le débat… Hum… symptomatique de ces égarés qui fantasment leur révolution et qui diabolisent tous ceux qui ne réfléchissent pas comme eux ! On connaît par coeur. Aussi faut-il du temps pour saisir la teneur de notre idéologie qui est par delà droite et gauche !
          Maintenant, si tu patientes quelques jours, tu auras un petit dossier sur Diktacratie, d’un camarade tunisien qui t’explicitera tout ça…Et lui il n’a rien à voir les nationaleux dont tu parles. Et puis là bas (Tunisie), la révolution, elle n’est pas que dans la tête…

          • Socarate dit :

            « au delà de la droite et de la gauche »

            Discours typique de l’extrême droite. Qu’est ce que vous avez du mal a assumer votre courant.

  • Socarate dit :

    la terre est plate…au dernieres nouvelles

  • Socarate dit :

    Non vraiment vincent, tu ne veux pas me répondre ?

    • Socarate, diktacratie c’est 400 textes, pas un seul ne partage l’idéologie du Front national. Et dès le début nous avons été clairs : http://diktacratie.com/la-politique-du-pire/
      Maintenant, Socarate, je ne pense pas que tu es là pour débattre avec nous, sinon à l’heure du vétché, du mir et de Kronstadt on t’aurait aperçu. Mais bon si ça t’amuse de jeter ton fiel de pseudo-gauchiste sur notre site, je t’en prie, mais je ne pense pas que ça te libérera de tes démons et de tes lâchetés. Et puis à par moi qui tu intéresses Socarate ? Ta bile au fin fond des commentaires d’un texte de quelques jours, qui ira la lire ?
      Alors on dit quoi ? A bientôt camarade ou bonne route ?

      • Socarate dit :

        non non non non !!! on a clairement indiquer a monsieur vincent qu’on ( pas moi je n’ai rien a branler de chavez et j’ai envie de payer le gaz moins cher alors j’attends avec impatience quand la tige autiste a moustache dégagera de syrie) ne voulais pas de lui dans la parage ! Qu’il chouine ensuite que le FDG ait fait jouer son grand reseau d’influence pour interdire son minable film.

        Sinon j’ai pas de reponse au sujet qui m’interesse, il traine bien avec Soral le néo-nazi et Dieudo l’antisémite qui se fait payer le fisc qu’il a au cul en organisant de pathétique conférence-hommage à chavez payante.

        Vous vous dites patriote mais soutenez les interet russe en syrie plutot que ceux français. Faut assumer votre collaboration, vous etes les collabos d’aujourd hui, quand la russe enverra tous ces missiles pointé en priorité sur paris ou serez vous.

        Donc j’attend toujours la diffusion des fotos de vacance du sieur vincent au Venezuela.

        http://europe.jean-luc-melenchon.fr/wp-content/blogs.dir/2/files/recontres/chavez.

        Non chavez lui ne s’y ait pas trompé !

        • Resalut Socarate !

          Comme je te l’ai déjà écrit, tu ne trouveras aucun remède à tes ressentiments dans l’écriture de commentaires burlesques que personne ne lit.
          Je sais, je sais, chacun tente de soulager ses haines comme il peut. Et je vais même tenter de t’aider en répondant précisément à tes questions.

          Nous débattons avec tout le monde sans exception, c’est un principe démocratique de base. Et Alain Soral est un de nos interlocuteurs privilégiés, de même Kemi Seba. Dieudo, moins.
          Dis moi, Socarate ne débats-tu qu’avec ceux qui partagent la même idéologie que toi ? Car si c’est le cas, je comprends les limites de ta réflexion…et la multiplication de tes insolences?

          Vois-tu je discute avec Soral, Seba, et bien d’autres, mais plutôt étiquetés à gauche…extrême ! Y a même le père Onfray qui alimente foncièrement mon matérialisme athée.
          Par ailleurs mon intérêt pour Sankara est quelque peu lié à la mère de mes enfants, qui vient du Burkina. Tiens, tiens ! Soral se revendique de Sankara, et du fait qu’il ait cotoyé le FN il y a quelques années, je ne dois pas partager mon engouement pour le capitaine patriote avec lui ? Mais où va-t-on ?
          Enfin, mon athéisme radical ne peut-il pas trouver des points de convergence avec sa critique lucide de l’Ancien Testament ? « Antisémite, antisémite ! » Oui, oui, on les connaît, les loups !

          Pour Vincent c’est pareil, d’origine vénézuélienne, son intérêt pour Chavez est avant tout viscéral. Pourquoi ne pourrait-il le partager avec Soral, qui admire presque autant le guide bolivarien ? D’ailleurs n’est ce pas grâce à l’alliance d’un Vincent et d’un Soral que la critique de Chavez s’est dédiabolisée en France ? Parce que Mélenchon, à part faire des photos sur le tard avec Chavez pour se donner une caution révolutionnaire, n’a strictement rien fait pour promouvoir la révolution chaviste dans notre pays…

          Pour la Syrie, nous pensons que la guerre impérialiste ne peut résoudre la crise. De là à faire l’éloge de Bachar, il y a une série de textes, que tu n’as définitivement pas lu.
          Pour ce qui est des russes, alors là je ne peux vraiment t’expliquer…il y aurait comme un truc génétique qui fait que nous sommes tout autant leurs camarades que des patriotes français.

          Bon voilà, Socarate, je tenterai de te répondre chaque fois que je le pourrais -Vincent, je crois qu’il ne lit les commentaires que sur notre page facebook, alors de là à venir te répondre…
          Tout ça m’amuse, me divertit et puis dans le fond je t’aime bien, il nous manquait, un clown… un bouffon même, pour mettre en valeur nos réparties.
          A très vite donc !

          • socCACA dit :

            Wé W c ça, vous etes des collabo point ! Avant c’etait avec les nazis aujourd’hui avec la Russie qui je le redis a ses moitié de tete nucleaire dirigé vers paris, le point névralgique du prochain conflit mondiale n’est pas Washinton ni londre , c paris et vous vous collaborer avec l’ennemi russe.

  • Anne W dit :

    Point de vue personnel
    Quand Chavez était vivant, j’ai vu fort peu de gens se soucier de lui, en France comme en Belgique, à gauche comme à droite, sinon pour le dénigrer.
    Aujourd’hui tous ceux qui veulent se démarquer de l’impérialisme s’arrache sa dépouille. C’est assez sordide. La question serait peut-être de se demander en quoi peut-être Chavez, comme beaucoup d’autres en Amérique Latine, sont en dehors ou au-delà de ces notions de gauche et de droite, à l’européenne, que de plus en plus de personnes impliquée dans la lutte pour la souveraineté comme faisant également partie de cet héritage colonial qui fait obstacle à la souveraineté, à l’autodétermination. Peut-être la réponse à cette question ouvrirait-elle la porte vers des solutions intéressantes pour les petits européens engoncés dans les cercles vicieux de conceptions obsolètes que nous sommes.
    Quelques remarques cependant, en précisant bien que je ne prétends pas énoncer ce qui aurait été La Vérité d’Un Vrai Chavez, l’Unique, le Bon, le Mien, excluant tous les autres. Simplement ce que j’ai entendu et reçu et retenu.
    Je ne pense pas que le patriotisme de Chavez soit comparable au nationalisme européen. D’abord vers l’extérieur, parce qu’il se fonde dans une notion de coopération pour laquelle la prospérité de la Patrie ne fonde pas les moyens d’imposer sa domination à d’autres Nations pour conquérir encore plus de prospérité au détriment d’autres peuples. Chavez a agit de telle manière à partager cette prospérité et pas seulement avec des pays et des peuples d’Amérique Latine, mais bien avec la main tendue vers tous les peuples du monde en quête de souveraineté, de droit à l’autodétermination de tous, et de bien-vivre.
    Ensuite à l’intérieur, ce qu’a fait Chavez de particulièrement remarquable, c’est de réaliser un multiculturalisme digne et syncrétique, celui du petit peuple réel qui rejette l’acculturation, celle d’une oligarchie qui a ces racines plus 0 Miami qu’à Caracas et dont les dirigeants politiques se trouvent à Washington et non au Venezuela.
    C’est le grand problème de la théorie d’une « certaine » droite française que ce coup de force logique qui fait qu’au cours d’un raisonnement dont le point de départ est la stigmatisation de l’acculturation (yankee), elle en vient sans justification à la conclusion que le multiculturalisme est la cause de tous nos maux, et que le principal problème sont les musulmans et autres immigrés.
    Chavez amené un grand combat contre l’acculturation yankee, à travers ce combat il a réalisé l’union d’un peuple bigarré, métissé, aux origines variées, l’unité multiculturelle d’une diversité, un syncrétisme heureux dans lequel ces apports multiples sont considérés comme sources de la richesse culturelle du pays.
    Ce qu’il n’a pu réaliser, c’est cet état communal qui était et reste le but principal du projet chaviste, aussi parce que la communalité est le seul modèle propice à l’unité harmonieuse d’une diversité qui conjugue souveraineté d’une patrie et autodétermination pour chacun.
    Bref si je résume mon point de vue : Chavez était un patriote internationaliste, qui réalisait dans le pays un projet fondé sur la multiculturalité (modèle d’intégration, de partage de complémentarité, coopération et non concurrence) et rejetait l’acculturation, mode de la domination culturelle de l’Empire du Nord (modèle élitiste d’exclusion, de domination et d’apartheid), alors que vers l’extérieur sa démarche a été de contribuer à l’union de tous ceux qui rejettent la domination impérialiste sans ingérence interne dans les affaires des autres.

  • Victor Manche dit :

    Avez vous été vivre au Venezuela? Je vis au Panama, qui reçoit une enorme vague d’immigration vénézuélienne. Les gens fuit la criminalité, les penuries, la corruption, les confiscations, l’arbitraire, la torture.
    Vous devriez aller la bas pour vous rendre compte, ou au moins parler aux gens qui fuient ce pays. Vive la revolution…

Réagissez à cet article :

FERMER
CLOSE