La vérité, toute la vérité, rien que la vérité

La vérité, toute la vérité, rien que la vérité

le 05 janvier, 2016 dans Asservissement moderne par

On ment. Un peu tout le temps. À sa famille, à ses amis, à son travail, à ses amants. On se ment souvent à soi-même et presque toujours aux enfants…
Ainsi, le jour, la nuit, de nos rêves à nos non-dits, que l’on prétende ou qu’on espère, que l’on se pare de belle manière, éloquent ou introverti : on ne fait que trop semblant de la tenir ferme entre nos poings cette foutue vie !
Alors on ment, invraisemblablement.

Qu’on l’use par simple courtoisie ou qu’on s’en farde avec élégance, le mensonge est un outil toujours à portée de nos égos. Avec on flatte et on séduit, on fait la cour, on parle d’amour. On dit bonjour, on dit merci, même à contre coeur quand on est bien poli ! On fait le beau, on fait le marrant. On dit qu’on sait alors que non… Ou on ne dit rien pour être tranquille ! On ment même pour avoir raison.
Bref, on ment pour exister, assouvir nos instincts, et tout ça l’air de rien…
Et quand l’ennui nous accable, que la souffrance vire au fardeau, que la vie cherche un sens ou que la mort hante le cerveau, alors on philosophe, on romance, on médite et on prie, on idolâtre, on fantasme, on consomme et se divertit !

Mais on ne vivrait pas longtemps en société si on se disait toute la vérité. 

En effet, aussi salutaire soit-elle, on préfère se laisser subjuguer par les éclats bien policés de nos mensonges…
Car la vérité est triviale, sans gêne. Même qu’elle est brutale quand elle abat sa peine. La vérité est bien sale et toujours seule. Tout comme elle est glaciale et souvent aigre. La vérité y a donc pas grand monde pour l’embrasser. Elle ne fait pas de cinéma et encore moins de la télé. Elle mendie plutôt sur les trottoirs, puis elle se saoule pour supporter…
Ainsi, la vérité n’a pas de parti politique, car elle ne s’accapare pas. Elle ne fait donc pas de beaux discours, puisque la vérité ne s’invente pas. Par contre elle s’éparpille sous les obus français. De Benghazi à Tombouctou, la vérité c’est qu’on s’en cogne du moment que c’est pas chez nous ! C’est pourquoi elle crève de faim un peu partout…où les banquiers font leur beurre sur la flambée du prix des grains.

Eh ouais… On n’est pas des putains de bons samaritains. Aujourd’hui faut se faire la guerre juste pour pouvoir gagner son pain. D’ailleurs, on est toujours gouverné par les pires d’entre nous, et si on le voulait on leur mettrait la corde au cou !
C’est ça la vérité. C’est qu’il faut mentir pour gagner ! qu’il faut vaincre pour régner !
Et qu’au sommet, il n’y a pas de place pour chacun…

La vérité, c’est une agonie qui n’en finit pas. La vérité de ce monde c’est la mort. Il faut choisir, mourir ou mentir. Je n’ai jamais pu me tuer moi. » – Céline

Partager

7 Commentaries

  • raz dit :

    ne dit on pas que la vérité n’est pas toujours bonne à dire? encore moins à entendre… ;)

  • La Vérité est venue et l’Erreur a disparu. Car l’Erreur est destinée à disparaître.???

  • Paul dit :

    Très beau texte, merci!

  • MetroExpress dit :

    Merci pour ce moment ! … voici un article en relation, avec la vérité la plus crue :
    http://rue89.nouvelobs.com/2014/10/10/toute-verite-rien-verite-jai-teste-lhonnetete-radicale-255396

  • Dcembre dit :

    La Vérité est une utopie. Il y a des vérités et la plupart ne méritent pas d’être connues ou publicisées, tant qu’elles satisfont ceux qui les choisissent et en retirent satisfaction. . .

  • enebre dit :

    Voilà un bon sujet à mettre sur l’établi de ce siècle.

    « La vérité réhabilitée »

    La remettre en forme, l’encadrer de savoir vivre, la border de règles propres et sans failles, en faire un apprentissage, une école pour son usage et depuis le plus jeune age, en faire un challenge au quotidien, des jeux, des joutes verbales, etc…

    Je crois qu’il y a là un nouveau monde à découvrir.

    Pour ça l’esprit de l’Homme est prompt et vivace, lorsqu’il s’agit d’avoir la meilleur place, de prouver sa supériorité intellectuelle, prouver sa faculté à faire du beau langage, travaillé, ciselé, expression véritable et vrai sans pour autant dévoiler les débordements de manière ostentatoire.

    Tout est dans l’usage, qu’il en fut de la fourchette ou simplement de la tasse, il y a moyen de ne pas se piquer la langue ou de baver comme un malotru.

    Ça s’apprend !

    Parler vrai, n’est en effet pas encore bien maîtrisé, mais il y a moyen d’y arriver.

    Comme dans la Bible il est dit de ne pas regarder derrière soi, pour ce challenge aussi, il ne faut pas regarder en arrière et ressasser ces citations du passé qui ne font que nous prouver la valeur de vivre dans le mensonge.

Réagissez à cet article :