La Suisse rejoint l’axe du mal

La Suisse rejoint l’axe du mal

le 15 décembre, 2014 dans Inter-national par

L’air de rien, la Confédération helvétique est en train de rejoindre le club très sélectif des pays antisémites. Et pour cause : les Suisses osent tenir tête à Israël, en ne se soumettant pas à genoux, la tête baissée et les mains dans le dos…

En tant que dépositaire des fameuses conventions de Genève avec lesquelles la fine fleur du sionisme s’est allègrement torchée depuis un demi-siècle, la Suisse s’est mise en tête de convoquer un gros barnum international afin d’examiner, tel un horloger penché sur un cadran, l’application des dites conventions dans les territoires occupés. Ce qui revient à promettre une bonne fessée à ceux qui badineraient avec les textes, c’est-à-dire Israël pour ceux qui n’auraient pas encore compris…

Dans leur démarche rien que pour énerver Jérusalem, les Helvètes agissent à la demande de l’Assemblée générale des Nations unies (un repaire de fachos) et de l’Autorité palestinienne, enfin ce qu’il en reste.

Un « geste amoral » a décrété Israël qui en connait un rayon question moralité, car la Suisse violerait sa neutralité en « détournant à des fins politiques un instrument humanitaire ».

Helvètes dans toute leur splendeur, les Suisses considèrent qu’ils ne font que leur boulot, sachant que le cas de la protection des civils est justement au centre de l’une des conventions de Genève. Et toc !

Déterminés à proprement dynamiter le projet suisse, les Israéliens ont déjà obtenu une promesse de boycott de la part des fidèles ricains et des non moins acquis Canadiens. En face, Berne a quand même le soutien des Européens, enfin jusqu’à présent…

Partager

6 Commentaries

Réagissez à cet article :