La rue, vérité du peuple

La rue, vérité du peuple

le 26 juillet, 2015 dans Lecture de vacances par

 

 

Fin 2008, Michel Onfray, dont certaines réflexions valent sincèrement le détour – n’en déplaisent à certains ! -, Michel Onfray donc, rédigeait ce petit texte croustillant. Aujourd’hui il n’y a pas une virgule à changer, sinon quelques noms à intervertir. Ceci expliquant alors cela…

Il est politiquement correct de défendre le Parlement qui serait le lieu démocratique par excellence parce que celui de la représentation nationale, donc de la quintessence de la nation. On a voté, on a donc effectué de ce fait une singulière opération de l’esprit en vertu de laquelle, 49=0 et 51=100 : autrement dit la majorité, c’est à dire la moitié plus les miettes, vaut tout, et la minorité, c’est à dire la majorité moins deux, vaut rien… Singulière mathématique qui met au ban représentatif la moitié des votants dès la promulgation du résultat de l’élection !

Ensuite regardons la composition de l’hémicycle : la sur-représentation masculine est une insulte à la moitié féminine du pays ; la quasi-absence de musulmans est un affront à au moins cinq millions des tenants de cette croyance-là; l’invisibilité des couleurs, en dehors du prétexte colonial des DOM-TOM, est une erreur de casting visible à l’oeil nu et un nouveau camouflet au métissage que les thuriféraires du Parlement portent en bandoulière – théorique; l’abondance de professeurs, de fonctionnaires à gauche, de notaires, de médecins et d’avocats à droite, la probable inexistence d’un chauffeur de taxi, d’un vendeur de poissons, d’un chômeur, d’un député en chaise roulante, voilà qui trahit le décalage entre la France représentée et la France réelle.

Dans le bar d’un hôtel qui me sert de salle d’attente à mon train pour rentrer dans ma sous-préfecture, je regarde d’un oeil distrait la séance du mercredi : le Premier ministre parle, peu importe ce qu’il dit, la droite applaudit, la gauche reste les bras croisés, François Hollande lit ostensiblement le journal. Les idées libérales de droite que la gauche défend à son tour quand elle portée aux affaires déclenchent donc le bravo ou la critique suivant la couleur de qui harangue à la tribune.
Gageons que Ségolène Royal présidente avec Bayrou en Premier ministre (rappelons aux mémoires courtes que c’était tout de même le ticket « socialiste »), aurait probablement défendu le même programme : on aurait alors vu Fillon, député de la Sarthe, lire son journal et François Hollande, député de la Corrèze, applaudir le tribun royaliste… Guignolades, pantalonnades, mascarades qui écoeurent des millions de gens.

Il est bon d’affirmer que le Sénat ne sert à rien. Encore un effort pour ajouter que le Parlement, comme il fonctionne, à savoir en machine godillot de la présidence de la République, n’est guère plus utile. La politique qui s’y fait est celle de Bruxelles; le libéralisme y triomphe, porté par les alternatives issues de Mitterrand et de Chirac. La politique se fait ailleurs, notamment dans la rue qui est la vérité du peuple. »

                            Michel Onfray

Partager

5 Commentaries

  • pascale dit :

    décidement, Michel Onfray n’est pas un être humain,
    c’est un Saint… Quel homme admirable !

    • Lee dit :

      Onfray un saint?
      Que penser de son intervention dans une émission populaire où il descendait par son phrasé le petit représentant du monde ouvrier? Des idées il en a mais il fait malheureusement lui aussi parti de la caste des gens à revenus, critiquer le système certes mais soutenir un changement de paradigme total le pas est plus dur à franchir.

  • Ghislaine dit :

    Je pense que La philosophie de M.Onfray s’arrête là où commence la politique!
    …entendez par là qu’il est très bon sur les questions existentielles mais sa capacité à faire la distinction entre ce qui est bien pour l’humain (ses intérêts) et le pouvoir (partis), ça c’est une autre affaire!
    Il est très intéressant dans ses contradictions quand on analyse ses propos, sa façon de pensée.

  • enebre dit :

    Bonjour Diktacratie et les coms,
    Bien sur qu’il fait partie du jeu des dirigeants, ils ont tous bien compris que le simple fait de produire sporadiquement un article/déclaration/TV/etc traduisant l’expression de la grogne populaire suffit à calmer et satisfaire la population la plus revendicative, quitte à aller jusque dans la parodie judiciaire, cour international, menace, méa-culpa public, etc

    Le fait est là, vous pouvez vérifier par vous-même, quand le peuple gronde un peu, ils ouvrent « un dossier » une parodie qui calmera tout le monde.

    Les meilleurs à ce petit jeu, se voient toujours bien récompensés, oui-oui vérifiez ça aussi.

    Merci pour vos articles

  • Frédérique dit :

    Je suis globalement d’accord avec Onfray, sauf en ce qui concerne sa vision de la composition de l’Assemblée Nationale.
    Je pense que la sur-représentation masculine n’est pas là pour faire insulte à la femme, mais est plutôt dû au fait que les femmes s’investissent moins en politique.
    La parité obligatoire, comme la discrimination positive fait courir le risque d’égalitarisme par le bas.
    Idem pour la quasi-absence de musulmans, la république est laïque, la religion peut être être un critère de sélection si un candidat se présente sous son couvert, mais c’est quand même l’électeur qui décide.
    Je suis par contre favorable, à ce qu’un gouvernement s’enquière des désidératas des représentants religieux lorsqu’une loi doit les concerner.
    Il en va aussi pour les gens de couleur, sinon pourquoi pas le pourcentage d’homosexuels, d’handicapés, de roux, d’obèses…
    Par contre une meilleure représentation des classes sociales serait la bienvenue.
    Elle permettrait une représentation plus juste de la société en donnant la parole et pourquoi pas un droit de veto au « petit peuple » qui lui à l’avantage d’être « terre à terre », un frein possible à la mégalomanie des élus qui règne aujourd’hui.
    Et, n’oublions pas que dans toutes les classes sociales, nous trouvons des femmes, des musulmans, des homosexuels, des noirs, des handicapés, des roux, des obèses…

Réagissez à cet article :