La leçon de révisionnisme du professeur Bibi

La leçon de révisionnisme du professeur Bibi

le 24 octobre, 2015 dans Inter-national par

Celui qui paye les musiciens choisit la musique. Mais celui qui rédige la partition, lui peut carrément choisir la mélodie ! On savait le roi de la pantalonnade sioniste enclin aux farces et attrapes de tout calibre, on ne le devinait pas conteur le soir au coin du feu.

Bibi a plongé ses gros doigts dans l’Histoire pour apporter un petit rectificatif à la version officielle. En tant que dépositaire de ladite version, il pouvait se le permettre, sans avoir évidemment de compte à rendre à qui que ce soit. Comme ça, c’est plus simple, hein…

Après 70 ans de bons et loyaux services, il était temps de dépoussiérer la Shoah, lui donner un petit coup de jeune, la situer en capacité de résonnance avec l’époque comme aiment à dire les clercs sodomites. De là à parler de « relooking », il n’y a qu’un pas de l’oie, allègrement franchi par Bibi, authentique vieille taupe du révisionnisme…

Incarnation quasi-hollywoodienne du salaud aryen façon Curd Jürgens, l’Allemand a fait son temps et frise le has-been sur la scène des ennemis choisis du peuple élu. Le nazi n’est plus ce qu’il était, et puis il a quand même beaucoup servi, au point de s’user et de se retrouver donc inutilisable.

 Abracadabra ! Il suffit d’un mot magique qui veut dire en hébreu « la bénédiction a parlé ». Et quelle bénédiction puisqu’elle émane du roi Bibi. On rembobine le film et on repart au début ou presque : en 1941, Hitler ne voulait pas exterminer les juifs, c’est le grand mufti de Jérusalem, Haj Amin al-Husseini, qui lui a soufflé l’idée de s’en débarrasser. Voilà pour la version servie par Bibi devant le Congrès sioniste mondial cette semaine.

Quand Bibi raconte, il fait même les dialogues : « Hitler, à ce moment-là, ne voulait pas exterminer les juifs, mais les expulser. Alors Haj Amin al-Husseini est allé voir Hitler et a dit: ‘Si vous les expulsez, ils viendront tous en Palestine’… ‘Et qu’est-ce que je vais en faire ?’, a demandé Hitler. Le mufti a dit: ‘Brûlez-les’».

L’air de rien et avec ce sens de la subtilité qui le caractérise, Bibi est venu nous dire que la responsabilité du génocide n’incombait pas [plus ?] aux Allemands, mais aux Palestiniens… Franchement attristée de se voir privée de son rôle de « gross » soumise de la repentance éternelle, Angela a fait part de sa peine à Bibi : « Pour nous, il n’y a en aucun cas de raison de changer cette vision de l’Histoire. Nous nous en tenons à cette responsabilité de l’Allemagne dans l’Holocauste et la Shoah ». Bibi bientôt victime de la loi Gayssot ?

Partager

1 Commentaire

  • Brahim dit :

    Réponse de 99.9% du World Zionist Congress:
    « Fermez-la Bibi, nous risquons de rembourser tous les milliards exhortés à l’Allemagne depuis 70 ans, de plus les Palestiniens sont trop pauvres, triple idiot. De plus que voulez-vous que l’on fasse avec tous ces milliers de Documenteurs et filmes produits depuis des décennies ? Les…bruler ? Alors FERMEZ-LA Nut and Yahoo, FERMEZ-LA !!! ».

Réagissez à cet article :