La grève des moutons

La grève des moutons

le 31 janvier, 2012 dans Journal d'un vaurien par

En France, on a le droit de vote et le droit de grève. Mais surtout l’impudence d’appeler ça « démocratie » !

Le midi avec mon collègue Vincent on discute, assis sur notre banc pendant qu’on surveille les gosses, ça réchauffe !

Il est encore bien jeune Vincent, étudiant, il travaille pour l’argent de poche, ça paye les bières et les concerts, à Paris c’est pas donné. Il profite d’un petit studio vers Jaurès, un pied à terre familial, c’est parfait quand on a 20 ans.

Hier, on parlait de la grève des enseignants, et le ton est vite monté tellement que ça m’énerve leurs mascarades !… Y a une réforme, et ils sont contre, pas étonnant. Le ministre Chatel veut revoir leurs évaluations personnelles, une sorte de barème d’évolution de salaire, et au passage supprimer des postes comme souvent.

Vincent, ça lui rappelait des souvenirs la grève, il était lycéen du temps de Villepin et de son plan du CPE. Il s’était bien marrer qu’il a dit. Et pendant des semaines… Donc là, il voyait pas l’ennui, ça lui était un peu égal, d’ailleurs, c’est comme la plupart, sur le principe personne n’est contre la grève, ça semble bien normal quand on est mécontent… Mais voilà, le problème, c’est que ça cache un vice… un vice de fond.

« Regarde que je lui dis, dans les dictatures, la grève c’est interdit, t’es d’accord ? Hé ben ici, désormais, faut une autorisation pour la faire ! Hé oui, leur grève, ça fait plus d’un mois qu’elle est prévue. Et qui est-ce qui a déposé le préavis ? C’est pas les instits de l’école, mais des syndicats ! Et qui sont ces syndicats ? Des substituts ! Des intermédiaires entre les pouvoirs et le bon peuple qui travaille…

_ Oui et alors, c’est le principe, y a des règles… les syndicats, ils défendent les intérêts de ceux qu’ils représentent, non ? Et puis ils ont sans doute raison de s’opposer à cette réforme si elle est mauvaise pour eux… c’est comme ça qu’on défend nos droits, nos acquis. Regarde en 36 la grève, elle a porté ses fruits !

_ Le problème Vincent, c’est pas la réforme, elle n’est qu’un prétexte, car fondamentalement ça change pas grand chose à la merde dans laquelle on est. En 36, hé bien la grève elle fût générale ! Un vrai rapport de force, ils ont bien fait baver les entreprises qu’exploitaient le travailleur, et ce qu’ils ont obtenu c’était le minimum syndical : deux semaines de congés payés, la semaine de 40 heures au lieu de 48, les allocations chômage … Alors qu’aujourd’hui, les enseignants vont défiler entre Nation, Bastille ou République, là où ça ne gêne personne sauf les riverains ! Car, y a aucun dirigeant autour de ces avenues là ! C’est le peuple défilant devant le peuple ! Avec des pancartes, des sifflets, et des slogans qui n’atteignent que ceux qui les chantent ! Et tout ça, en troupeau! Pour réclamer quoi ? Que la réforme ne passe pas ? Tu trouves que c’est une avancée sociale toi ?… Moi je suis un vacataire, on est très nombreux comme ça. On n’a pas de congés payés, pas d’arrêt maladie! On est des précaires Vincent, des travailleurs pauvres, tu crois qu’ils vont parader pour nous ? Non, ils en ont rien à foutre, au pire ça leur chagrine le coeur mais ces choses là c’est vite oublié ! Tout ce qu’ils savent faire, c’est moutonner, ce qui arrange bien tout le monde… Car comme ça, c’est la démocratie qu’on sauve, ouais, incarnée dans d’insignifiantes manifestations !!!

_ Alors tu dis qu’ils vont bêler tous ensemble ? Quand même, t’exagérerais pas un peu ?…

Yohan de Doncker

Partager

7 Commentaries

  • orgerus dit :

    Déjà l’autre fois l’éloge de l’autre méchant d’Iran, aujourd’hui vous vous en prenez gratuitement aux syndics, c’est la goutte!
    Ca m’énervait pas mal votre site, là je suis rassuré vous avez rien compris petits merdeux! Hé oui vous croyez que je vais vous laissez taper sur mes camarades sans rien faire!
    Je suis de Sud et des grèves j’en ai faite. La grève ça ne consiste pas à aller en troupeau défiler, ça consiste après concertation syndicale (voilà notre démarche démocratique à nous d’ailleurs!) à ne pas travailler tous ensemble, en majorité. On emmerde comme ça les passagers et ça fait du bruit aux oreilles des ministres.Les instits c’est pareil, ça fait bien chier les parents de voir la classe de leurs gosses fermée. C’est ça notre force: nous imposer pacifiquement.Y a que le gouvernement et les tarés comme vous qui croyez le contraire.
    La Révolution, la commune, le front populaire c’était quoi sinon des troupeaux!
    Dans le genre contradictoire votre site on fait pas mieux, mais je me répète. Je ferais bien de me casser…

  • pat dit :

    Une grève ne sert que si elle est suivie par une majorité et si elle perdure dans le temps. Un jour de grève, pouah! une jour chez papy, mamie ou la nounou c’est pas grave, mais plusieurs jours alors là ça fait chier! Allez voir dans les banlieues si les grèves de plusieurs jours n’embêtent pas les parents.
    Biensûr les fonctionnaires perdent de l’argent, biensûr c’est la crise, mais il faut penser à notre avenir et celui de nos enfants. Tous nos acquis bientôt seront supprimés, balayés, rayés.
    Biensûr que nous sommes des moutons car on ne croit plus en rien. Gauche ou droite c’est kiffe kiffe!

  • sanihan dit :

    Alors là orgerus je ne suis pas complètement d’accord avec toi, pourtant la dernière fois je t’ai trouvé pas mal. Pourquoi quand on tape sur tes copains syndicalistes on est des cons? La vérité c’est qu’avant le syndicalisme concernait tout le monde, il n’y avait pas de différence, tous les travailleurs se reconnaissaient dans les luttes et les demandes syndicales. Aujourd’hui qu’est ce qu’il se passe? Les syndicats ne viennent pas sensibiliser les travailleurs, surtout pas ceux qui sont précaires car eux ils dégageront bientôt… Tu connait beaucoup de corps de métier où on voit les représentants syndicaux autrement qu’en période électorale (exception faite des cheminots là c’est encore différent. Quand un travailleur non syndiqué (parce qu’il a la plupart du temps peur des retombées sur sa potentielle carrière)a des problèmes, que finalement il prend son courage à deux mains et qu’il se tourne vers le syndicat (vu qu’il n’a plus rien à perdre)on lui rétorque souvent tu n’es pas adhérent, on verra ce qu’on peut faire pour toi (et généralement on ne peut pas grand chose). Je vais édulcorer mon propos en disant que oui les syndicats sont utiles et la grève est elle aussi utile pour obtenir de façon pacifique des avancées significatives pour la démocratie, pour les travailleurs et avant tout pour le peuple. Les syndicats sont utiles s’ils jouent leur rôle à fond , qu’il sensibilisent les travailleurs afin que ces derniers se sentent concernés et soutenus afin de ne pas avoir peur de se dire syndiqué (pour vraiment avoir du poids). C’est comme ça la démocratie représentative (là c’est une provocation pour les membres du collectif pour qui il n’y a pas de représentation possible!!), si vous voulez avoir le soutien du peuple interressez vous au peuple en lui montrant comme en 36 que vous aussi vous êtes le peuple et pas seulement une fraction du peuple. Peut être que toi Orgerus tu ne penses pas comme la majorité des syndiqués mais le problème est que ceux qui disposent d’une vitrine et d’un temps de parole ne nous montre pas qu’ils s’interessent à nous nous, pauvre travailleurs…. Les choses changeront quand les grèves ne seront plus ignorées par les gouvernants, quand tous les syndicats auront le même poids et que les tables rondes ne seront plus des lieux de tractations secrètes entre les patrons, les politiques et les représentants syndicaux.

  • Kelly dit :

    Bonjour Orgerus. Tout d’abord, je pense que nous essayons ici de nous défaire des croyances et logiques manichéennes, la réalité étant bien complexe (et tu n’es pas sans le savoir, à la vue de ton engagement) et mérite donc que l’on cherche, que l’on porte plus loin l’analyse, et qu’on ne se laisse pas « endormir » par des pensées toutes faites. Donc le « méchant » Iran,(par ailleurs, un des derniers résistants aux volontés expansionnistes de l’empire occidental) non, on ne peut raisonner en ces termes là. 
    Ensuite, il apparaît comme évident que les dominants, les privilégiés si tu veux, ( sais tu combien gagne un sénateur, pendant que tu trimes, pour faire simple acte de présence dans l’hémicycle? ), ont retenu les leçons de l’histoire! Tu parlais de la Révolution, mais le changement s’est uniquement amorcé par un rapport de force et une certaine violence (avec la Terreur notamment)  Alors oui, maintenant le jeu c’est qu’ ils nous tendent la main pour mieux nous prendre le bras! Des micro-concessions pour faire soupape et assurer la diversion. (on devrait peut être tous faire « la grève de la citoyenneté » telle qu’on nous la propose, contre l’escalade des prix,la récession qui avance masquée, l’absence de contrôle sur les pouvoirs, la création monétaire confisquée, la voix du peuple méprisée avec le « non » à la constitution européenne, la réforme des retraites, ect…ect…)
    Ne le prends donc pas de manière affective,  car loin de vouloir offenser, nous essayons et ce de différentes manières d’être sur le terrain de la raison pour introduire le débat. Alors mettons de côté nos différences formelles qui sclérosent le combat pour l’intérêt général (car le nombre fait la force comme la faiblesse!) et considérons les privilèges comme le « marqueur » des ennemis de la démocratie. 
    Pourquoi continuer à défiler alors, si c’est pour se contenter des miettes? 
     

  • L'air de rien dit :

    Orgerus, je ne sais pas si tu liras ces lignes car tu es peut-être déjà parti jouer à la belote avec les copains de Sud.. Mais je te livre quand même cet extrait d’un sketch de Coluche, à propos d’un délégué syndical. Si tu ne ris pas, tu n’as plus qu’à avoir peur du Grand Méchant Iran, qui mange des petits enfants.. tralala lala..
    —————
    … A mon usine, j’arrive le matin : – « Camarades, nous étudierons aujourd’hui la contestation syndicale face au grand capital ! Camarades, la contestation syndicale est née du capital, elle est engendrée par le capital. Le capital est donc plus important que la contestation car la contestation… ne vit pas de ce qu’elle conteste ! Alors que le capital vit de sa contestation ! »
    Je vais vous rassurer tout de suite : les autres ne comprennent pas non plus !
    Mais au moins, ça fait plaisir aux mecs de savoir qu’ils sont compris par des mecs qui comprennent des trucs qu’on comprend pas. Parce qu’on est pas cons, au syndicat. On fait croire qu’on comprend, hein ! On est pas con !
    ——————
    La version intégrale du sketch : http://www.youtube.com/watch?v=LSYfi2fA30E

  • Odin dit :

    Euh… pour moi la grève c’est l’endroit où j’échoue mon drakkar..

  • sourcier de vérité dit :

    orgerus mon pauvre amis ou devrais-je t’appeler un certain H Dumont(cf caméra café), tu me fais penser exactement à ce personnage télévisé,dans tes propos. Va t’informer sur ce qu est ou plutot ce que fut le syndicalisme il n ‘y a pas si longtemps (quoique héhéhé)

Réagissez à cet article :