La FED (partie 2)

La FED (partie 2)

le 26 juillet, 2012 dans Dictature de l'économie par

La première grosse mobilisation de crédit de la Réserve Fédérale Américaine (fondée sur l’impôt  sur le revenu alors créé) fut pour financer la Première Guerre Mondiale. La FED a dépensé l’argent du contribuable américain au rythme de dix milliards de dollars par an pour que la guerre perdure alors que les pays belligérants, englués dans une boucherie insensée, recherchaient la paix dès 1916…

Pourquoi le président Wilson leva l’embargo sur le transport des armes vers le Mexique en pleine décade révolutionnaire ?

Pourquoi les financiers de la Réserve Fédérale ont-ils apporté des fonds à Lénine et Trotski si ce n’est pour renverser le régime tsariste tout en maintenant la Russie dans la Première Guerre Mondiale.

Pourquoi cette crise agricole américaine de 1920 à 1921 si ce n’est pour se rembourser d’agriculteurs trop indépendants, dans l’Ouest du pays, qui refusèrent de dilapider leur argent dans les spéculations sibyllines d’une Banque trop lointaine.

Pourquoi les principaux actionnaires de la Réserve Fédérale, alors opportunément tous éclipsés du Marché dès février 1929, ont-ils laissé la population et le pays se kracher dans une Dépression mémorable ?

Quelles étaient les réelles ambitions de Gordon Richardson, banquier le plus influent du monde de 1973 à 1983 et alors patron de la Banque d’Angleterre ? N’était-il pas avant le président de la J. Henry Schroder Company of New York (l’un des autres actionnaires de la Réserve Fédérale) de 1962 à 1973 ? Et ne parlons-nous pas ici de cette banque, la Schroder donc, qui approvisionna  l’Allemagne de 1915 à 1918, finança Hitler et rendit possible la Deuxième Guerre Mondiale, favorisa l’élection du président américain Herbert Hoover quelques mois avant la crise de 1929 (et pour laquelle ce dernier resta étrangement inactif) ? Cette même banque, qui associé à Rockfeller dès 1936, mandata au début des années 80 deux secrétaires très influents de l’administration Reagan : Schultz à l’Etat et Weinberger à la Défense.

De telles connexions ne peuvent que nous interpeler. Mais il semblerait, encore une fois, que l’ivresse démocratique corrompe notre raison au point que nous laissons faire sans réagir les caprices oligarchiques d’un empire au masque trop charitable…

                                                                              Cedric Bernelas

Partager

1 Commentaire

  • Enfin je rajoute, pour ceux qui ne sont pas rassasiés, la disparition subite au sein de la FED de 9 billions (neuf mille milliards!)de dollars au mois de septembre 2008. Les réponses trop courtes et trop évasives de l’inspectrice générale de la Réserve Fédérale Elisabeth A. Coleman, le 5 mai 2009, devant le comité sénatorial et le député démocrate Alain Greyson en particulier, témoignent de l’obscure destinée de cette somme équivalente à trente mille dollars par habitant des Etats Unis. Mais peut-être n’était-ce qu’un sacrifice des oligarques qui, pour affermir leur pouvoir, ont investi cet excédent sans le dépenser – en le thésaurisant donc -, empêchant de la sorte le peuple de se perdre dans une fatale inflation!!!
    Pour preuve:

Réagissez à cet article :