La démocratie est une aristocratie déguisée

La démocratie est une aristocratie déguisée

le 15 avril, 2012 dans Démocratie, Lecture du dimanche par

D’après la théorie du suffrage universel, l’expérience aurait prouvé que la classe moyenne, qui seule exerçait naguère les droits politiques, ne représente pas le Peuple ; loin de là, qu’elle est, avec la monarchie, en réaction constante contre le peuple. On conclut que c’est à la nation, tout entière, à nommer ses représentants.

Mais s’il est d’une classe d’hommes que le libre essor de la société, le développement spontané des sciences, des arts, de l’industrie, du commerce ; la nécessité des institutions, le consentement tacite ou l’incapacité notoire des classes inférieures ; d’une classe enfin que ses talents et ses richesses désignaient comme l’élite naturelle du peuple ; qu’attendre d’une représentation qui, sortie de comices plus ou moins complets, plus ou moins éclairés et libres, agissant sous l’influence de passions locales, de préjugés d’état, en haine des personnes et des principes, ne sera, en dernière analyse, qu’une représentation factice, produit du bon plaisir de la cohue électorale ?

Nous aurons une aristocratie de notre choix, je le veux bien, à la place d’une aristocratie de nature ; mais aristocratie pour aristocratie, je préfère celle de la fatalité à celle du bon plaisir : la fatalité ne m’engage pas.

Ou plutôt, nous ne ferons que ramener, par un autre chemin, les mêmes aristocrates ; car, qui voulez-vous qu’ils nomment pour les représenter, ces compagnons, ces journaliers, ces hommes de peine, si ce n’est leurs bourgeois ? A moins que vous ne vouliez qu’ils les tuent !

Bon gré, mal gré, la prépondérance dans le gouvernement appartient donc aux hommes qui ont la prépondérance du talent et de la fortune ; et dès le premier pas, il devient évident que la réforme sociale ne sortira jamais de la réforme politique ; que c’est la réforme politique, au contraire, qui doit sortir de la réforme sociale.

L’illusion de la démocratie provient de ce qu’à l’exemple de la monarchie constitutionnelle, elle prétend organiser le Gouvernement par voie représentative. Ce qu’elle veut c’est toujours l’inégalité des fortunes, toujours la délégation du souverain, toujours le gouvernement des notabilités. Au lieu de dire : Le Roi règne et ne gouverne pas, la démocratie dit : Le Peuple règne et ne gouverne pas, ce qui est nier la Révolution. »

Proudhon ( Solution du problème social )

Partager

1 Commentaire

  • Jean dit :

    Il n’y pas de démocratie dans le monde, elles sont quasiment toutes représentatives et le peuple doit régulièrement choisir l’un des candidats proposés par l’oligarchie…

    Une véritable démocratie directe, avec tirage au sort fréquent des responsables, n’est pas pour demain.

Réagissez à cet article :