«Don Bibi», parrain de Jérusalem

«Don Bibi», parrain de Jérusalem

le 11 mai, 2015 dans Inter-national par

Gang d’extrémistes et extirpé in extremis du grand chapeau à Bibi, le tout frais gouvernement israélien de coalition est, comme promis, une sinistre farce. La nouvelle bande à Bibi, squattée par les nationalistes religieux et les ultra-orthodoxes, rassemble la fine fleur des talmudo-dingos du parti Shass et les hébraïco-possédés de Judaïsme unifié, ainsi que les petits fachos colonialistes du Foyer juif de Naftali Benett.

Le Likoud à Bibi et le parti centriste Koulanou – celui-là doit se sentir bien seul – complètent la galerie de ce gouvernement en forme d’improbable inventaire à la Prévert, du grand n’importe quoi dont le seul objectif est de maintenir aux commandes l’archange Bibi, descendu sur Terre pour distribuer le bien et la paix (non-sioniste s’abstenir ou se soumettre).

La fine équipe de Jérusalem est une mauvaise plaisanterie car parfaitement ingérable. Tenant une majorité de 61 sièges sur 120 au Parlement, elle ne tient en fait qu’à une seule voix… Qu’un député s’abstienne lors du vote d’une loi et cette dernière sera rejetée. Avec ça, ils vont aller loin.

Le parti colonialiste d’extrême droite Foyer juif, présent dans l’ancien gouvernement mais de façon discrète, décroche cette fois les postes clés de la Justice, de l’Éducation et de l’Agriculture. Très certainement, « Hitler » devrait occuper une place prépondérante au sein du gouvernement israélien. « Hitler », c’est le petit nom affectueux donné l’été dernier par le président turc Erdogan à la colistière de Naftali Benett, la jeune Ayelet Shaked, membre du Foyer juif qui aime bien comparer les Palestiniens à des nuisibles qu’il convient d’écraser.

La forte présence du Foyer juif est une belle fiente déposée sur l’autel déjà souffreteux du droit international, lequel condamne la colonisation israélienne des territoires palestiniens. Mais le droit international, c’est bien connu, ne vaut que pour ces abrutis de goys.

La preuve : dès l’annonce de la formation du gouvernement israélien, l’Union européenne adressait ses chaleureuses félicitations à Bibi la malice, et se permettait au passage de lui demander « des choix courageux pour la paix ». Alors que quelques heures plus tôt, le ministère israélien de l’Intérieur annonçait la construction de 900 nouveaux logements dans la colonie israélienne de Ramat Shlomo, à Jérusalem-Est

Mais sur ce coup-là, il aura fallu attendre trois jours supplémentaires pour que l’UE condamne la poursuite du processus de colonisation dans les territoires palestiniens. Bruxelles et Washington pissent dans un violon, de toute façon c’est Bibi qui paye l’orchestre…

Partager

3 Commentaries

  • Brice dit :

    C’est quoi cet article d’actualité politique Israélienne ?
    Intéressez-vous aussi à l’actualité politique Turque, au lieu de citer Erdogan sans recul.
    Sinon, niveau culture, le vocabulaire et le ton utilisés place cet article sur Quenel+ ou E&R plutôt que sur diktacratie, qui d’habitude se veut littéraire
    voire ampoulé, on voit vos références finalement.

  • Martha dit :

    @Brice: Nico Ramirez respire un autre air que vous cher monsieur…

  • Eric dit :

    Brice, cet article n’est pas ampoulé, il est lumineux !

Réagissez à cet article :