De l’Empire (partie 3 : la rareté garantit le profit)

De l’Empire (partie 3 : la rareté garantit le profit)

le 26 juin, 2013 dans Inter-national par

Hannah Arendt nous avait pourtant prévenu : l’impérialisme « n’a d’autre règle de conduite que celle qui concourt le plus à son profit et il dévorera peu à peu les structures les plus faibles jusqu’à ce qu’il en arrive une ultime guerre qui fixera le sort de chaque homme dans la victoire ou dans la mort ».

L’actuel Vice Président du Comité des Droits de l’Homme des Nations Unies, le suisse Jean Ziegler, l’explique plus radicalement :

Aujourd’hui la planète croule sous les richesses. (La terre peut nourrir 12 milliards d’habitants). Autrement dit, l’infanticide, tel qu’il se pratique jour après jour, n’obéit plus à aucune nécessité.
Les maîtres de l’empire de la honte organisent sciemment la rareté. Et celle-ci obéit à la logique de la maximalisation du profit ».

Ces maîtres, qu’il nomme « cosmocrates », planifient la pénurie et la faim. Une captation des richesses par des classes dirigeantes corrompues et rendue possible par l’action militaire américaine. Nous l’avons déjà vu avec Emmanuel Todd, Thierry Meyssan et Naomi Klein.
Avec la complicité des grandes instances financières internationales (FMI, OMC, Banque Mondiale), les féodalités capitalistes ont engendré un endettement des Etats de l’hémisphère sud (122 pays sont aujourd’hui concernés) abdiquant leur souveraineté en restant solvables pour rembourser les créanciers du nord.
Par la faim qui découle de cette rareté des biens et de cette dette injuste, les peuples agonisent et renonce à lutter pour la liberté.

Ce nouvel ordre mondial établi sur « l’organisation de la faim » n’est pas près de changer. Aristote définissait l’homme comme un  animal politique, de fait, nous le percevons plus comme une bête corruptible.
Aussi, pour préserver leur pouvoir, nos seigneurs de la guerre n’ont d’autre alternative que de conforter leur mode de vie économique.

S’ils veulent survivre aux postes qu’ils occupent, les cosmocrates doivent être féroces, cyniques et impitoyables. S’écarter du sacro-saint  principe de la maximalisation des profits au nom de l’humanisme personnel équivaudrait à un suicide professionnel. »

Partager

5 Commentaries

  • enebre dit :

    Il n’est plus de bon ton, de démontrer que le sud versus les affameurs du nord.
    Il serait extrêmement plus judicieux de préciser que les « cosmocrates » (comme ici dénommés) ne sont ni plus de l’hémisphère nord ni plus de l’hémisphère sud, ils sont de partout, ils forment une caste qui n’a pas de frontière qui se nomme à-fric et si ce sont les pays du sud qui sont actuellement le plus touchés, ce n’est pas à cause de leur position géographique, c’est juste le fait que les loups attaques d’abord les plus faibles et en profitent pour diviser le troupeau.

    Il serait bon également de préciser que nous sommes sur la liste des cibles convoitées de ces prédateurs insatiables, le petit blanc à l’échalote est sûrement aussi savoureux qu’un banana-split.

    Je dis ça car ces cosmocrates ont tendance à profiter de cette hostilité naissante anti-blanc qui gronde et menace de plus en plus, c’est quand même nous les populations du nord qui avons milité contre l’apartheid et contre l’esclavage et le racisme, nous avons milité pour l’égalité.

    L’animosité s’étend actuellement des deux côtés, ce n’est pas Notre projet Amen et inch’Allah.

    Que les gens de couleurs ne se trompent pas d’ennemi, il y a de partout le peuple qui endure l’oppression, nous occidentaux nous sommes battu pour la liberté du nègre, faudrait pas qu’ils l’oublient ça, sinon ça finira en foire d’empoigne car le blanc ne se laissera pas faire et nous irons tous droit dans ce piège que nous tends les cosmocrates, ils n’espèrent que ça.

  • mehdi dit :

    Malheureusement…au sud, une propagande de masse anti-occidentale à lieu…certains croient à la fin du règne occidentale et espère pouvoir jouer un rôle majeur dans cette transition, ils n’ont pas tout à fait tort…non sur la fin de règne de l’occident mais plutôt qu’ils ont rôle à joué dans ce jeu multipolaire.
    Seulement le prix à payé qu’auront à payé les peuples est humainement innaceptable…parce que c’est avant tout bien des guerres contre les peuples, les élites mondialisé du nord au sud ce sont organisés pour imposé aux peuples de nouvelles règles…tout en redessinant les cartes à l’échelle globale, ils vont redistribuer des nouvelles cartes géographique.

  • enebre dit :

    je crois moi aussi mehdi que la carte que joue les enfants de Mendela est une carte pipée par les oligarques réunis, ils pensent qu’ils seront invités au banquet, ils ne savent que lorsque les portes du château s’ouvriront, s’ils n’ont pas leur livrée de laquet bien repassée ils ne rentreront pas.

    Ils sont utilisés et ne le savent pas encore.
    Dans quel monde vivons nous mehdi… dans quel monde ? Une si belle planète, quelle tristesse. Homo sapiens, avec sa grande destinée de joyaux de la vie, que sommes nous devenus. Qu’allons nous laisser faire comme monstruosité au non de le pouvoir et l’argent.

    Je pense que sur ce coup, c’est l’ensemble de l’humanité qui risque son ticket de sortie.
    Il y a d’autres planètes et probablement habitables, Dieu si cette force existe, alors nous pouvons espérer qu’il reconnaîtra les siens et nous nous rencontrerons sûrement sur un autre monde.

    Personnellement je ne crois qu’ils me sélectionneront pour faire partie d’un des cinq cent millions d’individus qu’ils veulent laisser vivant sur terre.

  • mehdi dit :

    Enebre…ton commentaire puise dans l’inspiration, je ne pas tout à fait saisie ton ironie ! Sinon ce monde…je me fait pas d’illusion, les hommes en générale ne sont rien d’autre que des automates à répéter simplement ce qu’ont leurs à appris, je ne crois pas aux hommes et encore moins à je ne sait quel religion profane où non.
    Sinon tu pense quoi du rôle des réformistes fondamentalistes (islamistes) dans la société francaise ? Tu en pense quoi de la stratégie israélienne qui se met en place ?

  • mehdi dit :

    Ce système à bien compris l’esprit de révolte…celà à était sa plus grande crainte, il ont bien compris ses mécanismes…le temps des révoltes sont cyclique, la différence et à une époque où il ignorait ces mécanismes et de ces conséquences qui étaient parfois désastreuse, ce chaos imprévisible et advenu un chaos constructif…tout dépend de l’orientation du vent, il à bien compris qu’il fallait orienter le sens du vent…s’il ne voulait pas que ce soit le hasard qui dirigent les choses, il se devait dans le temps…d’écrire l’histoire, semer les graines de la discorde, former les meneurs et orienter les opinions, soit on sauve « personne »…soit on sauve tout le « monde ».

Réagissez à cet article :