Chevauchée fantastique contre la Fifa

Chevauchée fantastique contre la Fifa

le 29 mai, 2015 dans Inter-national par

Dans les films de John Ford comme l’autre matin à Zurich, pour y cueillir dès potron-minet les margoulins du ballon rond, la cavalerie arrive toujours à temps. Sonnez clairon et trompettes, la charge se mène à fière allure : près d’une cinquantaine de chefs d’inculpation et une quinzaine de mises en examen pour blanchiment d’argent, racket, corruption, contre des responsables de la Fifa et leur univers pitoyable. « Les choses ne font que commencer », a prévenu le général Lee, ici sous les traits du procureur de Brooklyn qui mène l’instruction du dossier.

Derrière les moyens considérables déployés par la justice américaine, il y a cette rancœur, tenace, apparue après l’attribution des Coupes du monde 2018 et 2022 respectivement à la Russie et au Qatar. Les Américains, qui souhaitaient fermement se voir confier l’organisation du Mondial, l’ont eu très mauvaise quand la Fifa leur a préféré la Russie de Vladimir et le trop riche Qatar. Leur courroux n’a fait qu’empirer quand ils ont compris que les dés étaient complètement pipés dans le processus d’attribution.

C’est donc la très grosse artillerie que l’oncle Sam a choisi d’utiliser, façon rouleau compresseur : les 47 chefs d’inculpation retenus courent sur une période de 25 ans ! Période au cours de laquelle ces nababs du fric sur gazon auraient amassé des millions de dollars en pots-de-vin et rétrocommissions, via les droits médiatiques et marketing des tournois internationaux de football.

Les juges yankees caressaient le doux rêve de se payer la Fifa depuis longtemps, et l’attribution douteuse du Mondial 2022 au Qatar n’a fait qu’accélérer les choses. En 2011, Chuck Blazer, ancien secrétaire général de la Confédération nord-américaine, s’est amusé à ne plus payer ses impôts. Rattrapé par la justice, il a accepté de dénoncer ses petits copains pour échapper à des poursuites fiscales. Le FBI lui a fait un joli cadeau, un porte-clé micro-espion avec lequel Chuck a piégé tous les pontes de la Fifa. Une fois les enregistrements les plus croustillants obtenus, la cavalerie s’est mise en selle. La suite est à venir mais elle est déjà écrite…

Partager

1 Commentaire

Réagissez à cet article :