Centrafrique: tout le monde s’enfonce

Centrafrique: tout le monde s’enfonce

le 15 mars, 2014 dans Afrique, Inter-national par

Tremblez machettes de Centrafrique ! Le machin onusien est dans la place… La commission mise sur pied par le Conseil de sécurité, afin d’enquêter sur les violations des droits de l’homme en République centrafricaine, vient d’arriver à Bangui.

Les experts, à la tête desquels on retrouve le Camerounais Bernard Muna, aujourd’hui âgé de 74 ans, ancien procureur au Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), ont pour mission de récolter le plus grand nombre d’informations sur les exactions, crimes et violences perpétrés entre les communautés. Une fois leur job de comptables Sherlock Holmes accompli, ils en rendront compte à la maison mère sise à New York. Tout cela pourrait finir par déboucher, un jour ou un autre, sur d’éventuelles poursuites, c’est le principe de la justice des vainqueurs.

La commission de l’ONU, combien de divisions ? Avec l’ami Bernard précédemment introduit, ils ne sont que trois ! Il y a la Mauritanienne Fatimata Mbaye, vice-présidente de la FIDH (Fédération internationale des ligues des droits de l’homme), et le Mexicain Jorge Castaneda, ancien ministre des Affaires étrangères. Trois pachydermes des relations internationales pour aller questionner les autorités locales, religieuses, militaires et pourquoi pas tant qu’on y est les réfugiés eux-mêmes.

Mais dès le lendemain de son arrivée à Bangui, Jorge Castaneda a sauté dans un avion, direction le Mexique ¡Ay, caramba! Jorge n’a pas, mais alors pas du tout apprécié les conditions d’hébergement qui lui ont été réservées. Il a donc tapé un gros scandale. La diplomatie humanitaire d’accord, mais en palace cinq étoiles luxe, sinon ce n’est pas la peine. Visiblement gênée aux entournures, l’ONU a dans un communiqué rhabillé le gros couac en « problème personnel urgent » ayant conduit Castaneda à quitter la Centrafrique précipitamment. Il avait peut-être oublié ses tortillas à la casa

Et tandis que les Pieds nickelés onusiens cherchent un hôtel avec piscine à Banguipour que se mette en place l’Eufor RCA promise depuis le début du mois de février, la France fait dans la retape auprès de l’Union européenne, comme une vieille catin harponne le micheton, allez viens chéri, tu montes ? !

L’UE avait accepté formellement de s’engager en Centrafrique, en soutien de la force Sangaris et à hauteur modeste d’un millier d’hommes. Plus d’un mois après, le contingent européen demeure une vue de l’esprit, faute d’engagements suffisants des pays de l’Union. Trois réunions devant valider la participation des pays membres ont déjà eu lieu, en vain. De quoi – largement – appuyer la crédibilité militaire de l’UE.

Heureusement pour les Centrafricains, Youssou N’Dour, Lokua Kanza et d’autres ont donné il y a quelques jours un concert de solidarité à Paris. L’objectif était de réunir des fonds grâce à la billetterie pour reconstruire… un centre culturel banguissois aujourd’hui détruit. Un lieu autrement plus important que l’hôpital, la maternité ou l’école.

Partager

1 Commentaire

Réagissez à cet article :