Celui qui paie les musiciens choisit la musique

Celui qui paie les musiciens choisit la musique

le 13 mai, 2013 dans Démocratie, Dictature de l'économie par

L’élection permet aux plus fortunés d’acheter le pouvoir. De la sorte les plus riches ou leurs serviteurs, toujours minoritaires, dirigent un système qui prétend pourtant au gouvernement de la majorité. L’élection sert alors à les mettre au pouvoir.

La mécanique est simple, vraiment il n’y a que les plus lâches pour continuer à faire la sourde oreille…

Pas besoin de Médiapart pour rappeler la corruption inhérente à toute oligarchie…

Par ailleurs, nous avons souligné à plusieurs reprises le partenariat insolent entre les Banques et les médias. Partenariat, qui, favorisant la visibilité de certains candidats, participe ainsi à un meilleur score de leur favori le jour de l’élection.
Aussi, l’opinion est façonnée au point qu’elle croit d’elle-même choisir son poulain alors qu’elle ne répond qu’au formatage bienveillant de la propagande ambiante.

Ainsi nous consentons à notre servitude et nous alimentons cette soumission. Depuis que toute autorité n’est légitime que par le consentement de ceux sur qui elle s’exerce, les citoyens alors électeurs n’ont pas d’autre alternative que de choisir un maître pour s’y soumettre ensuite.

Mais ces maîtres sont eux-mêmes les esclaves d’une économie qui s’est affirmée en un gouvernement supra-politique. Cette justification diplomatique par l’économie s’est précipitée depuis 1973 sous la présidence de Pompidou. Elle n’a fait que s’accroitre de Mitterrand à Sarkozy : nous sommes alors passés du règne de l’argent-roi à l’empire du bling-bling.

Aujourd’hui notre chère démocratie, à défaut de ne toujours pas appartenir au peuple, est devenue le pouvoir d’une caste élue, mais soumise aux caprices d’une Finance apatride, elle-même subordonnée à l’humeur de quelques banquiers en sainteté, rentiers de luxe ou voleurs de pétrole…

L’oligarchie politique s’est convertie ainsi en tyrannie économique. Tyrannie tolérée par notre aveuglement politique ivre de prestige pseudo-démocratique.

De concert, ces oligarchies ont consolidé leur ascendant et planifié le pouvoir mondialisé de l’argent. Ceci afin de parfaire leur logique dominatrice tout en se protégeant de protestations trop ciblées. Dépourvues d’assise nationale, elles vivent là où leurs intérêts les mènent, où l’impôt est inexistant et l’exploitation facile.

Voilà donc une mondialisation abstraite, impersonnelle et insaisissable mais responsable de tous les maux politiques, de toutes les crises économiques, et sur laquelle converge toute l’indignation des citoyens. Ils en oublient du même coup que nos oligarques sont, au mieux les principaux maîtres d’œuvre de ce projet de domination mondiale, au pire les premiers complices. Ces voleurs de pouvoir que nous avons instauré par notre vote.

Partager

6 Commentaries

  • Ghislaine69 dit :

    Etienne Chouard
    Contrôler nos représentants

    L’élection ressemble à un mythe religieux, avec un dogme, un catéchisme enseigné très tôt aux enfants, des interdits de douter, des prêtres, des blasphèmes et des excommunications… tout ça au service d’un pouvoir bien réel, pas idéal du tout.

    Depuis 200 ans, l’élection permet aux riches d’acheter le pouvoir, (et donc de ne plus payer d’impôts, de mener durablement une politique de chômage, de bas salaires et de gros profits) et ils appellent ça le « gouvernement représentatif »

    Ce qu’ils appellent le «gouvernement représentatif», ce sont les élus vendus aux plus riches….

    Mais l’élection est-elle vraiment le seul moyen de désigner nos représentants ?

    Ne serait-il pas possible d’instituer un autre type de gouvernement représentatif, moins corruptible, mieux contrôlé à tout moment ?

    C’est une question qu’aucun élu (ou candidat à l’élection), évidemment, ne voudra débattre, pas plus que ceux qui financent leurs campagnes électorales pour défendre ensuite leurs intérêts.

    C’est donc une question à débattre entre citoyens qui n’aspirent pas au pouvoir mais qui espèrent bien interdire les abus de pouvoir.

    lecture de ces deux synthèses :

    • Élection ou tirage au sort ?
    1) Aristocratie ou démocratie ?
    2) qui est légitime pour faire ce choix fondamental ? Le peuple lui-même ou ses élus ?
    http://etienne.chouard.free.fr/Europe/Tirage_au_sort.pdf

    • Centralité du tirage au sort dans toute démocratie digne de ce nom
    1) dans les institutions d’Athènes
    (objectif central = égalité
    et amateurisme politique)
    2) dans nos institutions modernes
    (réponses aux objections)
    http://etienne.chouard.free.fr/Europe/centralite_du_tirage_au_sort_en_democratie.pdf

    Pas de démocratie digne de ce nom sans tirage au sort
    pour que nos représentants restent nos serviteurs
    http://etienne.chouard.free.fr/Europe/tirage_au_sort.php

    • Bonjour Ghislaine69 !
      Nous avons travaillé sur le tirage au sort suite aux belles déclarations de Chouard. Deux textes principalement : « démocratie antique et démocratie moderne » (http://diktacratie.com/democratie-moderne-et-democratie-antique-partie-1/) [(voir aussi Finley qui a inspiré Chouard encore plus que Manin, nous pensons)] et « pouvoir égalitaire » (http://diktacratie.com/pouvoir-egalitaire/). Je t’invite à les lire…
      Nous travaillons actuellement sur d’autres formes de démocraties directes en particulier celles expérimentées en Russie lors des révolutions… Nous ferons part très prochainement de ces expériences qui semblent pour nous encore plus intéressantes…

      • Ghislaine69 dit :

        Cher Cédric,
        Je suis fidèlement beaucoup de vos articles.
        J’ai déjà lu ceux que vous me conseillez et vraiment j’y adhère à 100%.
        Comment faire pour que les gens comprennent le système du « tirage au sort » afin d’avoir une vraie démocratie, si ce n’est de faire de la « propagande », propagande gentille.

        Merci d’avoir créer ce site qui nous donne une bonne analyse et
        appelle au débat d’idée pour une vraie démocratie.

  • Libanesepride dit :

    Le fait d’avoir peut être tort ne vous effleure même pas?

    • Tom dit :

      Quelle plaidoirie admirablement bien argumentée. Je suis totalement convaincu par ta prose, merci de m’avoir éclairé de tes lumières, cher ami.

  • jofroi dit :

    Le problème viens de l’être humain lui même.
    Tant que l’être humain ne changera pas le scénario se reproduira encore et encore.

Réagissez à cet article :