Casting oligarchique

Casting oligarchique

le 19 mai, 2012 dans élections 2012 par

Enfin le changement est arrivé ! Toutes les têtes sont tombées, non par décapitation, mais par de tranquilles passations. La République a répondu à tous les indignés révoltés : nul besoin de s’exciter, de prendre les armes, de faire une révolution,  le suffrage fait l’affaire !…

En ce mercredi 16 mai, le tapis rouge a quitté les graviers détrempés de l’Élysée pour les marches ensoleillées de Cannes. Mais l’attention reste à son comble devant le palais parisien. Les spéculations fleurissent, l’on scrute le moindre va et vient. Car c’est ici que se décide le grand casting républicain

Vous croyez encore être en démocratie ?

Pourtant voilà une nouvelle preuve irréfutable de l’accablante imposture… qu’une majorité s’obstine à défendre comme modèle de vertu, indépassable, répétant ce que les médias ineptes leur implantent dans leur cerveaux perroquets.

Car en effet, comment ne pas voir la démarche oligarchique de cette entreprise, quand deux hommes, dans un bureau, choisissent sans consultation préalable de la population tout un gouvernement ? Seul un renoncement aveugle explique ce consentement du peuple qui, si le pouvoir lui était acquis, serait l’incarnation même de l’exécutif.

Ah, certains vont nous parler du Parlement, que c’est nous qu’allons choisir… Voyons, avez-vous une fois participé à l’élaboration d’une loi, ou même seulement soumis une proposition ?

Mais pardon, c’est vrai qu’ici à Diktacratie on se prend pour ce qu’on n’est pas…

…c’est à dire des citoyens ! Participer directement à la vie politique, pour quoi faire ? On n’a ni le temps ni la compétence, n’est-ce pas ? Par contre élire des maîtres bourgeois ça on sait faire. Et en plus ça demande pas trop d’investissement. Ouais, tant qu’on se satisfera de substitut travestissant l’original, nos destins seront scellés à leurs intérêts carriéristes. Ne nous plaignons donc pas, car tant que l’on remuera la queue, nous resterons leurs chiens !

De fait, acceptons les règles du jeu oligarchique, et rongeons l’os du gouvernement représentatif qu’ils nous servent depuis déjà si longtemps… Mais alors :

-Que représente Moscovici au ministère de l’Economie et des Finances si ce n’est certains intérêts industrialo-Rothschildiens,
-Que représente Fabius au ministère des Affaires Etrangères si ce n’est le prolongement d’une Françafrique digne de l’ère mitterrandienne – D’ailleurs le fils Bongo n’a-t-il pas été le premier chef d’Etat à saluer la victoire de François Hollande (20h15 !).
-Que représente Duflot au ministère de l’égalité des territoires et du logement si ce n’est l’opportunisme et l’incompétence de ces écolos bourgeois qui ignorent tout des réelles préoccupations d’une France rurale majoritairement dénigrée.
-Que représente Taubira en tant que Garde des Sceaux si ce n’est la « caution positive » d’une justice qui jusqu’à présent condamnait d’autant plus les petites forfaitures des pauvres et des sans grades, qu’elle détournait l’attention des délinquances à cols blancs (délits d’initiés, financements occultes, blanchiments…).

Stoppons là ! La représentation est, pour nous, une imposture. Vous le savez, c’est l’un de nos slogans. Ces ministres, qui n’ont de socialiste que le nom, ne sont en définitif là que pour légitimer le bon fonctionnement de la machine libérale. C’est ainsi qu’ils fomentent les réseaux utiles pour parvenir au pouvoir et s’y maintenir…

Cédric Bernelas & Yohan De Doncker

Partager

Il n'y a pas de commentaires pour cet article, laissez-en un!

Réagissez à cet article :