Textes par Cédric Bernelas

Visitez le site de Cédric Bernelas

Nous voulons la loi du plus grand nombre

le 14 décembre, 2015 dans Démocratie, Provoquer le débat par | 29 Commentaires

Il est urgent de ne plus consacrer au pouvoir la caution qui le conforte. Dans nos prétendues démocraties, toute autorité se rend avant tout légitime par le consentement de ceux sur qui elle s’exerce. Autrement dit sans notre soutien, cette autorité s’effondrerait d’elle-même. Le choix de nos représentants via le…

Partager
Continuez à lire...

Volonté générale ou servitude volontaire ?

le 09 décembre, 2015 dans Démocratie par | 1 Commentaire

Il devient préoccupant de constater à quel point aujourd’hui l’opinion publique estime toujours la prise de décision à la majorité comme une spécificité foncièrement démocratique. Ainsi, il suffit qu’une grande partie de la population s’accorde sur une envie particulière pour que leur velléité devienne loi. Il n’y aurait qu’un pas entre…

Continuez à lire...

Entre tragédie et chaos

le 30 novembre, 2015 dans Asservissement moderne, Provoquer le débat par | 0 Commentaires

« Il n’y a pas d’innocents ! » rétorqua Emile Henry au juge lui reprochant de s’en être pris aux habitués du Terminus dans la soirée du 12 février 1894. Le jeune terroriste avait patiemment attendu que l’éminent café de Saint Lazare soit bien peuplé pour lancer sa marmite pleine d’explosifs. Il n’y…

Continuez à lire...

« L’intérêt, qui aveugle les uns, fait la lumière des autres ».

le 07 novembre, 2015 dans illusion artistique et sportive par | 3 Commentaires

Nous voilà plus heureux d’acheter une télévision, un Mac ou une tablette que de dompter la liberté pour ce qu’elle est : le simple refus de la servitude. Alors on chante et on danse, que l’on soit acteur ou spectateur on s’en divertit. Réelle diversion donc, pour préserver l’ordre social par…

Continuez à lire...

Houellebecq : une imposture littéraire

le 03 novembre, 2015 dans Provoquer le débat par | 1 Commentaire

Privilège du pamphlétaire il est le premier à donner des coups ; la politesse veut qu’ensuite on lui rende au centuple. Tout ça est de bonne guerre. A moi donc l’honneur de dézinguer le dernier roman de Michel Houellebecq, Soumission, avant de recevoir les salves de ses dilettantes. De toute façon,…

Continuez à lire...

Onfray mieux de le lire

le 16 octobre, 2015 dans Provoquer le débat par | 0 Commentaires

Il semblerait qu’en cette rentrée morose tout le monde ait son mot à dire sur Michel Onfray. Cela en est même devenu un show croustillant pour le spectateur lambda n’ayant que faire habituellement de métaphysique. Quoique, même si Onfray propose dans son œuvre une doctrine quelque peu explicite, il n’a…

Continuez à lire...

Thomas Sankara, l’homme intègre

le 15 octobre, 2015 dans Afrique, Inter-national par | 4 Commentaires

La patrie ou la mort, nous vaincrons ! »   L’audacieux leitmotiv de Thomas Sankara n’est pas sans rappeler le célèbre « J’aime ma patrie plus que mon âme » de Machiavel. Mais cet absolu politique, jusqu’alors trop peu concrétisé, ne bénéficie d’aucune aura historique car seuls les vainqueurs jouissent d’une…

Continuez à lire...

La servitude volontaire

le 02 octobre, 2015 dans Asservissement moderne par | 11 Commentaires

« Le peuple, dès qu’il est assujetti, tombe soudain dans un si profond oubli de sa liberté qu’il lui est impossible de se réveiller pour la reconquérir ».

Continuez à lire...

Le capitalisme de la séduction

le 21 septembre, 2015 dans Asservissement moderne par | 3 Commentaires

Il y a des livres nous divertissant et d’autres bouleversant foncièrement notre vision du monde. Des livres en mesure de réellement nous émanciper s’ils étaient plus partagés et mieux compris. Mais le système n’aurait rien à gagner d’une telle contagion, alors, pour préserver sa mainmise, il distille ces ouvrages pour…

Continuez à lire...

L’enfer de Lance

le 16 septembre, 2015 dans illusion artistique et sportive, Provoquer le débat par | 1 Commentaire

Beaucoup connaissent désormais notre maxime : Il n’y a pas d’innocents, soit on sauve personne, soit on sauve tout le monde. Il semblerait que Stephen Frears, le réalisateur de The program ne la partage pas. Ainsi, il profite du grand écran pour déshonorer un homme ayant pourtant déjà fait son…

Continuez à lire...