Artiste maudit

Artiste maudit

le 16 avril, 2014 dans Lecture de vacances par

Pour une explication politique de la vogue historique de l’artiste maudit

On présente souvent l’artiste maudit comme un asocial, une sorte de mystique dans le refus du monde, un névrosé, un fou, sous prétexte qu’il refusait d’être un vendu.
Refus du monde et refus de la société industrielle, du mensonge de sa froide raison mercantile, ce n’est pourtant pas la même chose.
Mais remontons le cours de l’Histoire.

D’abord l’artiste soumis à l’ordre divin, au service de Dieu et du roi, puis peu à peu l’artiste dans le monde sans dieu du « droit naturel ». C’est Jean-Jacques Rousseau refusant le premier la pension du roi et les cadeaux du prince de Conti, pour ne pas trahir sa vocation. C’est, après 1848, pour ceux dont la fonction est d’exprimer le beau, non plus dans l’imitation de l’ordre divin mais le souci du bien, l’impossibilité de travailler pour les nouveaux puissants du monde.
Or l’art, et surtout la peinture, est un art pour les riches, la poésie un art de salon. Pour supporter cette contradiction, éviter d’être directement l’employé, le fournisseur d’une bourgeoisie qui se sert de l’art pour cacher sa laideur et sa brutalité –comme sous l’ancien Régime on faisait dire des messes-, l’artiste invente des stratégies d’évitement : l’attitude romantique, le dandysme, l’art pour l’art, le spleen… soit cette lente tombée dans la dépression de l’inassumable qui mène à l’artiste maudit.

Une question de conscience, finalement très politique, qui explique, après Delacroix pourquoi Van Gogh voulut être pasteur auprès des pauvres et pas seulement peintre, pourquoi Rimbaud, qui vécut la Commune, arrêta net la poésie pour regarder en face sa condition de prédateur blanc en Afrique, pourquoi Fernand Léger, Picasso s’engagèrent sans illusions au côté du parti communiste, pourquoi Céline resta jusqu’au bout médecin des pauvres. Pour expier, supporter l’insupportable : être, quoi qu’ils fassent, des amuseurs de bourgeois.
Seule la musique, d’essence apolitique, échappe à cette fatalité moderne de l’artiste maudit, et encore, si l’on s’en tient à la musique classique et qu’on oublie les maudits du jazz

En fait, comme l’a magistralement montré feu Maurice Pialat dans un Van Gogh aux antipodes du lyrisme hollywoodien d’un Vicente Minnelli, l’artiste maudit est tout le contraire d’un illuminé, d’un psychopathe, c’est un moraliste.
Un combattant de la vérité par d’autres formes que le concept, qui perpétue la tradition d’un art au service de la transcendance dans un monde désormais désenchanté. D’où son refus coûteux de devenir un artiste de cour, un collabo ; un faux génie mondain désengagé comme le photocopiste Andy Warhol, ou quelque autre fumiste à la Daniel Buren. »

Alain Soral (Socrate à Saint-Tropez)

11 Commentaries

  • Ahmed Maroud dit :

    « Refus du monde et refus de la société industrielle, du mensonge de sa froide raison mercantile, ce n’est pourtant pas la même chose. »

    Évidemment, ce n’est pas la même chose, l’un est le produit des dieux, l’autre des hommes. Mais si l’on parle de mensonge et de froide raison, la différence est maigre. Pour ce qui est des arts, c’est vrai que la musique a sa place à part, vu que l’auditeur en fait ce qu’il veut avec, ce qui n’est pas le cas de la littérature ou de la peinture.

  • mazurkiewicz dit :

    Superbe texte sur une belle réalités de la société d initiation à la follie de la machine humaine comme dans les temps moderne du film de Charli Chaplin on peus nous voir comme les abrutis de nos désirs esclave d un marché de banquier et d homme politique corrompus

  • echo dit :

    .
    comprends pas que certain aprecient…
    il y a plein de textes ici ou.. parfois imho judicieux, parfois des poncifs ou de la neofachoterie aveuglée, imho toujours…

    mais souvent une certaine qualité meme si on est pas d’acc!

    mais la un tel salmingondis de lieux communs et d’idées plus ou moins bateau qd pas caremment nazes??? vois vraiment pas l’interet de gaspiller les moindres eletrons a diffuser ce genre de pipi insipide remaché???

    • barbara dit :

      et toi echo, tu le trouve pas bateau et insipide ton commentaire ? c’est l’anarchie syntaxique sérieux, et en plus tu te permets de donner des leçons, de donner ton avis, de juger… balaye devant ta porte!
      Cache ta misère intellectuel par des mots pseudo-savants et des acronymes merdiques, continues, tu feras peut etre illusion ailleurs… ici t’es pas vraiment à ta place.
      C’est pas contre toi personnellement, c’est que tu fais parti d’une masse informe, qui donne son avis sur tout, tout le temps, sans rien savoir, les rois de la branlette devant le miroir, tu ne fais rien avancé, tu ne nous apprend rien, apprend à t’abstenir quand ce n’est pas ton domaine.
      Je ne vais pas sur les sites de Tunning dire aux mecs « oh c’est laid bordel » , c’est leur domaine, c’est leur trip!

      Personnellement je suis étudiante en Arts et je trouve cet article très à-propos, c’est du Soral, y’a pas grand chose à redire, il sait remettre les choses à leur place, effacer l’usure des mots, pour toucher à l’essentiel d’un concept.

      • echo dit :

        eh bé… barba…
        oui j’ecris (si c’est du com.. pour des articles je soignerais…= selon ma devise mal et vite…
        je trouve amusant que qqu’un semble t-il asez jeune ‘juge’… comme elle semble le reprocher… sans connaitre… (on a un tel /mail.. et tu serais peut-etre sur un effet de grande surprise!!)

        pour le jeu si tu souhaites recevoir une copie corrigée des erreurs orthographiques qui parsement ton billet… cela ne ns prendrait que quelque minutes… proposition amicale legere..; et serieuse!
        surtout si on a souhait a s’exprimer avec qualité..

        apres vous mettez le doigt involontairement sur uen divergence importante qui conduit peut etre a rendre sans doute peu fecond une tentative de dialogue…
        vous semblez reverer (au moins un peu) un type a tendance eructante..
        que dans nos milieux nous tenons plutot pour un semi analphabete tendance à frimer un peu alors que quasi totalemnt ignare…
        sans animosité particulierer a son egard… nos systemes culturels et sociaux créant tant de ‘valeurs’ pourries… competion… besoin « d’exister » meme si faussement… et cela crée des tas de miseres affectivo-culterelles… et des ratés comme ces pauvres type condammnés a s’agiter ainsi… a tenter de guruter des plus jeunes cherchant eux aussi leurs voies ds ces tumultueux tenebres…
        mais voila c’est juste un avis… (avec bcp d’experiences concretes et de recul… et bcp croisé ds une longue vie de ce genre de tristes, bien tristes sires…) donc un simple avis, et rien ne vaudra vos propres ‘veritables’ reflexions et choix/chemins.

        si sur l’art, l’idée (ou sa deconstruction) de fonctions comme « artiste » vous interesse vous avez peut etre deja croisé des pensées, pour nous autrement plus fécondes, comme celle des situ (acreation non separée de la vie quotidienne/ non ‘specialisation’, sul chef d’oeuvre possibles … nos vies.. et les résurgences approfondissements dont toute une section de http://infokiosques.net rendra surement compte, au moins en partie, petits textes ou collectors comme « la fete est finie » ou encore « a mort l’artiste »

        voila, sans rancune, pour vos avis imho, un peu hatifs… et bons chemins a vous.

  • Lionel dit :

    N’en déplaise à certains, cet article est juste. Et compléments de lectures, Gauguin, dont le livre Oviri, donne dans le même style, et Eluard qui, avec Les Frères Voyants, donne la parole à de nombreux peintres.

    • avis dit :

      oui… non pas que cet article dise particulierement des betises… mais un ton tout bousouflé, pour juste enoncer quelques truismes, platitudes, lieux communs… plus eructer au passage sur quelques noms de plus ou moins ephemeres vedettes? quel interet? se polluer la tete et le coeur? une sorte de discours/texte pub?

      mais bon si certains aiment surtout ne vous privez pas!

  • Django dit :

    Je ne suis pas vraiment d’accord avec cette explication concernant les peintres. Van Gogh, sans l’aide de son frère Théo, n’aurait jamais pu peindre. Picasso, sans l’aide de Kahnweiler et surtout si les allemands n’avait pas confisqué ses tableaux, il n’aurait jamais été un des génie de la peinture du XXème siècle. Andy Warhol était aussi un génie qui, plus qu’aucun autre artiste a su démontrer une certaine absurdité et le cynisme de notre société moderne. Ne pas oublier que depuis Cézanne, la peinture a pu se dégager des académies d’art pour enfin s’individualiser et permettre une plus libre expression. Les anarchistes Dada qui n’utilisaient exclusivement que des instruments, des machines, des objets industriels, qui se refusaient de laisser une trace humaine pour encore mieux exprimer l’idée que l’industrie est un concept imaginé par les véritables anarchistes et les spéculateurs qui ont compris que la machine allait révolutionner la société et produire dix fois, cent fois, mille fois plus qu’un être humain. L’art moderne est en quelque sorte une révolution dans le sens où l’artiste ne dépend plus de la noblesse et de la bourgeoisie. Le problème est que le peintre ne peux se passer des galeries et des musées, galeries qui sont dépendantes d’une certaine économie et les musées qui sont entretenu par les notables de la société, intellectuels, administrateurs, politiciens, etc. Les artistes veulent se dégager de toute emprise et des obligations liées à la logique commerciale mais cela n’est pas si simple que cela. C’est un peu comme sortir d’un trou pour retomber dans un autre trou. Et l’art moderne laisse place depuis quelques décennies à l’art contemporain, fourre-tout artistique qui est aujourd’hui pris en charge par la politique de droite et qui en définitive ne sert qu’un système culturel devenu une industrie de la culture. Paul Gauguin, l’ex banquier avait tout compris à propos de cela, un des derniers grand romantique libertaire à mon avis et non un anarchiste. Seul celui qui dirige la société et les entreprises peut encore aujourd’hui prétendre à l’anarchie. Ni Dieu, ni maître. Je connais un peintre qui a réussi à vivre exactement comme il le souhaitait et qui ne peint que pour son propre plaisir sans être dépendant du marché de l’art ou de l’industrie de la culture. Son travail consiste dans la récupération d’objets divers et sa peinture est constituée de matériaux absolument naturels. Il poursuit son propre chemin sans entraves, sans limites, sans frontières. Ne pas oublier que l’art existe depuis la Renaissance. L’artiste qui peut enfin prétendre être plus qu’un artisan et qui signe son travail car ce qu’il exécute est unique, original et bien souvent flirte avec la grâce. Ce qu’il exprime en formes et en couleurs permet de tous nous toucher au fond du coeur. La peinture est le propre de l’Occident et de l’Europe. Il est le témoin de notre histoire, c’est une musique pour les yeux autant que Bach, Beethoven, Mozart et bien d’autres compositeurs sont les troublants choristes qui réussissent à faire danser notre âme, entre la tristesse et la joie.

    • mazurkiewicz dit :

      L’art est l image des sociétés du passé present future fondement de la philosophie donc de la politique des religions interprétation de l homme et de sa suprematie où de son malheur

  • Lionel dit :

    D’accord avec Django, je vis du RMI (l’habitude: RSA) et je passe mes journées à peindre et sculpter avec des matériaux de récup. Je ne vends que rarement (ce n’est pas le but), et pas cher, je m’en fous, je ne fais cela que parce que c’est ce que j’aime. Je vis avec le minimum mais ce n’est pas important tant que je peux faire mon art. J’ai bossé 15 ans en usine (métallurgie), puis en BTP… mais je n’étais pas heureux (même avec un bon salaire, quand je dis bon, c’est relatif, un bon salaire d’ouvrier, sans plus). Maintenant je vis ma vie peinard et je passe des dix-douze heures sur mes travaux.
    Un point sur lequel je reviens, l’art existe depuis très longtemps, bien avant la Renaissance, je dirais depuis l’homme en fait, il n’y a qu’à voir les peintures préhistoriques pour s’en convaincre.

    • Django dit :

      Ok! Sans le dessin, quelle serait l’Histoire de l’écriture et du calcul? Afin de justifier mon propos concernant l’origine des artistes à partir de la Renaissance, c’est qu’avant cette époque, un sculpteur était encore un artisan et non un artiste. L’artiste existe depuis qu’il a commencé a signer son oeuvre, l’artiste se distingue de l’artisan dans la mesure où ce qu’il réalise est unique et original. Léonard de Vinci, Michel Ange, Nicolas Poussin, Le Caravage, Rubens, Goya… il n’y en a pas deux pareil. Les artisans par contre… le sujet est plus tendancieux. Bien sûr il y a des artisans de génie. Une question intéressante est ce qui sépare vraiment l’artiste de l’artisan aujourd’hui. Et l’ouvrier, n’est-il pas un artisan aussi? Au fond, on pourrait affirmer que nous sommes tous unique et donc tous des artistes. L’art est une forme d’expression qui vient de soi. L’art en vérité c’est quoI? Il y a des sculptures, des installations artistiques que je ne pourrais jamais acheter car je n’ai pas de place dans mon studio. Comment pourrais-je me payer une oeuvre d’art qui pourrait me coûter 5000 ou 10000 Euros? Dans ce sens l’art EST le symbole d’une certaine bourgeoisie, d’une certaine société nantie sur le plan économique et social. L’artiste maudit c’est quoi pour finir? Une sale gueule ou une personne qui ne veut pas suivre la mode ou qui n’a pas trouvé l’agent artistique qui saura vendre le fruit de son travail ou qui ne travaille pas avec une grande galerie d’art reconnue internationalement. Artiste maudit, faut voir… Imaginez l’artiste qui doit produire sous contrat 50 oeuvres tous les 6 mois et en plus se renouveler constamment. J’appelle cela l’industrie de l’art. Si on pense que Van Gogh était un artiste maudit, on peut néanmoins penser aussi qu’il a toujours été libre de peindre ce qu’il voulait sans autre influence ou pression psychologique. Et Gauguin? Pareil. Il a vécu comme un indigène toute sa vie puis un jour il est considéré comme un des grands génie de la peinture. J’aime tellement la peinture et les arts visuels, je suis extrêmement critique mais par-dessus tout je ne juge pas. Je juge surtout l’Histoire en Europe. Ailleurs cela ne me concerne pas. Arte Povera vous connaissez? Mon pote peintre, il fait à la fois de la récup mais ses tableaux sont juste 100% réalisé avec des produits les plus naturels possible. La différence étant je pense que son travail existera encore dans 500 ans. Je me demande la gueule qu’auront certains tableaux de certains artistes dans un siècle avec les couleurs, les vernis ou les huiles d’origine chimique.

Réagissez à cet article :

FERMER
CLOSE