Appréhender l’essence divine

Appréhender l’essence divine

le 26 décembre, 2014 dans Lecture du dimanche par

Quelquefois j’entends dire, dans les discussions, et par un homme de bon sens : « Ma foi, j’étais matérialiste absolument ; Je voulais voir et toucher avant de croire. Mais maintenant, après que j’ai constaté les effets d’une volonté exercée et comme d’une gymnastique morale, je me demande s’il n’existe pas une force psychique ou mentale ou comme vous voudrez dire, impalpable enfin, réelle et agissante pourtant ; et cela ferait comprendre la plupart des pratiques de la religion, et peut-être toutes. Nous apprenons du nouveau tous les jours. Les rayons X et la télégraphie sans fil furent pour moi des espèces de révélations. Voilà donc des faits incroyables à entendre, et qui sont pourtant réels, qui sont enfin utilisés industriellement. Ces choses rendent prudent, et empêchent qu’on prononce maintenant en étourdi sur le possible et l’impossible. Bref, j’ai dit autrefois contre la religion des choses qui me font rougir maintenant. »

Ces discours enferment une grande confusion. Car, en premier lieu, c’est mal définir les forces matérielles, ou si l’on veut physiques, que les définir par ce qui est directement palpable et visible. Le lien entre un aimant et le fer qu’il attire n’est ni palpable ni visible directement ; pourtant on sent bien à la main la traction d’un gros aimant, et on peut la mesurer. Quand un homme se chauffe devant son feu, je ne vois point et je ne palpe point comme une chose solide ce qui va du feu jusqu’à ses genoux, et il l’appelle chaleur ; et l’on mesure la chaleur par ses effets, par exemple d’après un certain poids de glace transformée en eau. La lumière même, qui nous fait voir les choses, n’est ni palpée, ni même vue au passage, lorsque l’air est sans poussières et sans fumée. Moi spectateur je ne vois pas passer la lumière qui entre dans votre œil et qui vous fait voir une étoile. Et toutes ces actions sont justement aussi étonnantes que les rayons X et les ondes hertziennes, ni plus ni moins ; seulement nous y sommes habitués.

Et en second lieu, pour dire seulement l’essentiel, quand on comprendrait scientifiquement le mécanisme de la religion, jusqu’à expliquer, par radiations ou fluides, tout le détail de ses pratiques, je ne vois pas en quoi cela pourrait lui valoir la plus petite parcelle du respect qu’elle demande. Quand je sais comment le prestidigitateur opère, je ne crois plus ce qu’il voulait me faire croire, par exemple qu’il fait naître des écus d’argent entre ses doigts ; j’admire maintenant son adresse et la connaissance qu’il a des hommes et qu’il montre en détournant leur attention par des discours ou par des coups de pistolet. Or je veux bien aussi, et dès maintenant admirer la puissance de persuasion d’un jésuite, ou l’art étonnant d’un guérisseur ; je vais jusqu’à admirer la puissance de l’idée de Dieu, par laquelle on inspire la terreur aux uns, l’enthousiasme à d’autres, et la probité à quelques-uns. Mais, dans ce genre de preuves, je n’en vois pas une qui puisse plaire au pape, car le pape ne veut point prouver qu’il est adroit psychologue ou bon comédien, mais bien qu’il est ministre de Dieu. »

   Alain (propos 28 janvier 1912)

2 Commentaries

  • Reazle dit :

    Une force mentale ne se definit pas matériellement. Nous avons en nous une reclamation, un elan vers le bien, le beau, le vrai, qui ne se definira jamais scientifiquement. Le tout matériel détruit notre société tant que l’on renoncera a suivre cette aspiration spirituelle. Et si cette aspiration existe, c’est qu’il y a quelque chose à aspirer. Il n’y aura jamais de preuve rationnelle quand a l’existence de Dieu, tout comme la science ne parviendra jamais a comprendre le mystère de la vie. Le big-bang n’est qu’une jolie onomatopée pour definir scientifiquement la création, le tout créé à partir de rien sans plus d’explications. Dieu donne un sens au mystère de la vie, et à cette aspiration vivante que notre coeur veut suivre, outre passant la finitude de notre raison.

  • enebre dit :

    Un sujet que j’aime beaucoup, permet moi Cédric d’en parler comme si.
    Définir Dieu et sa Création.
    Car il serait vain de chercher à définir Dieu sans le lier à sa création, il y aurait donc un commencement, un esprit qui engendra la matière, dans laquelle il mit la flamme de la (sa) vie et il s’incarna en elle.
    Dieu serait donc né de lui-même, ni créé ni engendré.
    Mais voilà tout Dieu qu’il était il n’arriva jamais à obtenir une multitude (clone avant la lettre) conforme à ce qu’il était et ce qu’il espérait, ça finissait toujours en horreur et monstruosité.
    Alors il décrétât le libre arbitre et décida de juger au résultat et il se retira du devant de la scène pour n’être que l’inconu. Certains « clones » ressentirent le besoin de la cellule unique et d’autres le communautarisme, le libre arbitre était décrété et donc chacun faisait comme il voulait.
    Beaucoup de cas des cellules uniques voulurent régner, usant d’oppression, de mensonges, et d’endoctrinement, les religions et les états totalitaires étaient nés. D’autres voyant bien que ça ne serait pas accepté par l’esprit de la vie (Dieu), ont opté pour le choix du serpent en trompant Dieu et les hommes et voilà les démocraties étaient nées, se faisant passer pour des communautaristes, tous sont trompés depuis Dieu jusqu’à sa plus faible création.
    C’est bien ça le secret de cette force obscure, elle fait croire ce qui n’est pas et jette la confusion dans tous les esprits, c’est une nouvelle façon de régner pour imposer son point de vue, en d’autres mots ; si j’éteins la lumière et que je viens dans la grotte avec une lampe de poche qui suivrez vous parmi ceux qui proclame savoir.
    En jetant la confusion sur toutes choses, on crée l’abrutissement des masses par l’obscurité dans leurs esprits et qui n’ont alors plus d’autres choix que celui de suivre ceux qui leur montrent la lumière. (prince de lumière, Lucifer était né)
    Ainsi ils firent pareil avec la connaissance de Dieu et de son but originel (notre but) maintenant ils proclament qu’il n’y a que trois choses essentielles :
    Qui sommes nous
    D’ou venons nous
    Ou allons nous
    Ces questions supérieures disent que nous ne connaissons pas la réponse, et tous le croient.
    Ces questions font de nous des moutons car ignorants, nous ne pouvons que suivre (l’enseignement et les lois, pauvre Socrate), avons nous d’autres choix que celui de tout faire pour se défendre au mieux dans l’arène ( le système économique, vive Darwin), en définitive nous ne sommes là que pour servir ad nauseum (les saigneurs, les nouveaux « Seigneur »).
    Dupé que nous sommes du plus petit au plus grand, car eux se sont créé une caste à part… les riches, même pas, ils sont déjà au delà de ce que nous les moutons appelons « riche », ils règnent sur le monde, ce n’est plus des fortunes qu’ils détiennent c’est littéralement le sang du monde. Ils ont prit le droit de vie et de mort sur l’humanité toute entière, les portes de l’eugénisme sont à nouveaux grandes ouvertes.
    Et ça c’est l’inacceptable. Et il n’y a rien à définir de plus car la liste de l’inacceptabilité serait infinie pour cette condition.

Réagissez à cet article :

FERMER
CLOSE